Il ne faut pas oublier de laisser un petit commentaire sur prd et bazzart.
Merci de privilégier les inscriptions masculines.

Partagez|

Mais sérieux, dans quoi me suis-je fourré? - Amber and Ezster

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Mais sérieux, dans quoi me suis-je fourré? - Amber and Ezster Sam 16 Mai - 17:23



S uper, une soirée pas comme les autres.
    ft. Ciaràn and Amber and Ezster

   
« Bzzzzz....Bzzzzzzzz. » Couché dans mon lit, je n'entendais pas mon téléphone vibrer. De sombres images se déchaînaient dans ma tête, réveillant des frissons sur ma peau, alors qu'une fine couche de sueur froide roulait dans mon dos. Je la vois. Je vois son visage pâle, ses cheveux blonds, ses yeux bleus. Elle parle mais je ne l'entends pas. Elle semble muette, pourtant son regard semble me hurler toute sa souffrance, toute sa honte. Elle porte sa main à son coeur, alors qu'une aréole rouge commence à s'étendre sur son haut blanc. Je tends la main, je veux venir vers elle, pourtant, mes jambes ne répondent plus. Je tombe à genoux, les yeux remplis de larmes, le coeur serré par cette douce amertume que sont mes regrets. C'est de ma faute, oui, voilà ce qu'elle tentait vainement de me dire à travers ses lèvres muettes. Mon dieu, pardonnes-moi de ne pas avoir été àla hauteur. Oui, pardonnes-moi de ne pas avoir été assez fort, assez rapide.

« Bzzzzzzz....bzzzzzzz ». Je bouge légèrement dans mon sommeil, dérangé par le vibreur de min Iphone, dérangé par cette peine qui me submergeait douloureusement. La scène change et je me trouve devant lui, simple mortel qui avait osé tuer cet amour éternel. Il hurle sous cette souffrance que je lui inflige, il hurle en se tortillant devant lui. Mais brutalement, alors que je souris, la personne change et se transforme en elle...Je dois cesser cette torture mais je n'y arrive pas. A ce moment-là, je me réveille en sursautant, le corps couvert de sueur, les yeux mouillés alors que j'avais pleuré durant mon sommeil. Je déteste cette sensation qui me prend quand j'ouvre les yeux, comme si mon monde venait de s'écrouler une fois de plus, comme si mon univers avait cessé de tourner. Deux ans, voilà deux ans que je souffrais encore et encore, alors que le destin se jouait de moi et de ma peine.

« Bzzzzzz....Bzzzzzz. » Je tourne doucement mon visage vers mon portable, alors qu'en silence, d'une main tremblante, je le pris pour lire mes quelques messages.  Un de mes rares amis n'avait rien trouvé d'autre de mieux à faire que de m'envoyer des messages, encore et encore, essayant ainsi de me réveiller alors que je m'étais assoupi. Qu'elle heure est-il ? Je regarde mon réveil qui indique paresseusement 17h. Aujourd'hui je n'avais pas cour, j'en avais donc profité pour me reposer, rattrapant ainsi mes heures de sommeil en retard. J'avais beau dormir des heures convenables, mes cauchemars m'empêchaient de me reposer comme il se doit. J'examine donc mes nombreux messages. Ceux-ci m'annonce qu'il y a une soirée de prévu chez mon ami en question, qu'il voulait absolument que je sois de la partie, ajoutant également que je serais sympas de ne pas faire mon associable pour une fois. Charmant. Je soupire, n'aillant nullement l'envie de bouger ce soir. Je me recouche et observe le plafond avec une attention mal placée. Le sommeil semble m'avoir radicalement quitté. Honte à toi foutu téléphone, je t'enverrais bien dans le mur si je n'avais pas si besoin de toi.

Je fini par me lever doucement, étendant mes muscles avant de me diriger vers la cuisine en boxer. Heureusement, grâce à l'argent de mes parents j'avais réussis à m'acheter une jolie maison, pas très grande mais assez pour y contenir une famille avec trois enfants si nécessaire. Mon premier réflexe fut de me servir une tasse de café, ouvrant un bouquin de psychologie, je me mis à lire quelques lignes avant de soupirer de nouveau. J'allais le regretter, j'en étais sur, mais pour une fois je me décidais à sortir.

Je fini ma tasse de café, n'étant pas pressé par l'heure, je pris mon temps en buvant une deuxième au passage. Je filais alors sous la douche et pris soins de me détendre sous l'eau bien chaude, effaçant ainsi tout signes de stress qui envahissait mon corps depuis mon réveil. Les heures passèrent et je vaguais à mes occupations, m'apprêtant, lisant, regardant un peux la télévision. 22H30, il est temps de m'en aller, estimant l'heure assez bien pour foutre mon nez dans une soirée qui commençait à 21h. Descendant dans le garage, je sors ma voiture et me dirige vers les quartiers de luxe de la ville. Effectivement, mon ami était un fils à papa, il habitait donc dans un appartement grande classe et immense. Une fois mon véhicule garé, je prends soins de fermer les portes , me dirigeant par la suite vers l'appartement en question.

La musique au départ lointaine se fit de plus en plus bruyante, quand enfin je parviens devant la porte, je ne prends pas la peine de sonner, pénétrant dans les lieux que la porte ouverte avait laissée accessible. Je repère mon ami, déjà bourré apparemment, de loin. Ne souhaitant pas le voir directement, je vais me servir un verre en poussant un soupire. Déjà, je me sentais trop entouré, étouffant devant ce monde. J'ai envie de partir, mais avant, pourquoi ne pas boire plusieurs verres...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Mais sérieux, dans quoi me suis-je fourré? - Amber and Ezster Sam 16 Mai - 19:31


Ciaràn Ò Dònaill, Eszter Vilma & Amber Page

Never, ever, believe you



Amber ! J'espère que tu pointes ton nez à la soirée de ce soir. Non c'est pas j'espère. C'est tu viens et tu discutes pas. C'est Alexei qui régale et tu sais comment sont les befores chez lui. Au pire tu restes pas.

La blonde ne put retenir un immense sourire avant de répondre oui et de faire semblant d'écouter le cour. La théorie était quand même bien plus nulle que la pratique, il n'y avait pas à dire. Elle eut envie d’étrangler les étudiants de psycho qui n'avaient pas eu cour de la journée mais ses horaires du lendemain lui remontèrent le moral. Et ceux des étudiants d'histoire aussi. Un grand sourire fleurit sur les lèvres d'Amber. Histoire signifiait sa meilleure amie et aussi Eszter. Et malgré ce qu'on pourrait penser, la blonde s'était prise d'affection pour la none. La trainée et la bonne soeur, elles formaient un duo plutôt étrange entre Amber et ses tenues très courtes et son amie trop différente d'elle.

Son sourire et son plateau se posèrent sur la table de la cafeteria devant Eszter alors qu'elle lui tendait le flyer de la soirée au thème plutôt soft. "Sortez couverts". C'était quand même mieux que la semaine dernière et leur "Sodomize Me" écrit en gros sur fond bleu. Tu viens, y a pas de discussion possible. Au moins au before. C'est chez Alexei. Tu sais le beau gosse brun qu'est en psycho. Des magnifiques yeux bleus à la Ian Somerhalder, un corps de dieu et elle baissa la voix avec un sourire pour ajouter une agilité déconcertante de ses quatre doigts. Allez Esz. Je te demande pas de t'envoyer en l'air ou de te bourrer la gueule. Juste de faire plaisir à ta pote. S'teuuuuuuuu plait

Les prières avaient marchées. Et un immense sourire aux lèvres, perchée sur quinze centimètre de talon haut, vêtue d'une robe qui laissait ses courbes aguicheuses bien visibles, Amber attendait derrière le volant de sa Mini, retouchant une dernière fois son maquillage implacable mettant en valeur son regard de chat. La blonde se savait belle et en jouait comme toujours. Elle détailla la tenue d'Eszter de l'œil alors que la jolie rousse s'approchait. De toute manière, la sorcière qui s'ignorait avait prévu une tenue de rechange dans le coffre si celle de son amie ne lui convenait pas. Les autres filles du groupe n'avaient pas pu venir, se souvenant de cours à rattraper et de petits amis à aller voir. Elles se retrouvaient seules mais c'était loin de déplaire à Amber. Il fallait décoincer la jolie rouquine et elle n'allait pas s'en priver. Prenant une gorgée de vodka mélangée à du sirop de pèche, la blonde mit la bouteille entre les cuisses d'Eszter et démarra.

Elles étaient mis en retard mis à l'heure. Assez pour finir minable avant d'aller en boite en tout cas. Amber maitrisait le timing d'une main de maitre, trop habituée aux soirées pour son fois de jeune adulte. Plantant une bise sonore sur la joue de la rousse qui l'accompagnait, elle fit une entrée fracassante, formant de ses doigts les signes du métal et tirant la langue, aussi sexy que d'habitude. Son tatouage était si visible dans le dos nu de la robe, le dragon hurlant alors que le volume de la musique se faisait trop puissant. Celui de son avant-bras se faisait plus discret que l'immensité du reptile.

Bon Eszter. Un petit pari juste pour commencer la soirée. Je suis sure que tu peux me battre, je crois qu'il me déteste. La première qui embrasse Ciaràn, le mec que tu vois là-bas a gagné. Joueuse ?

Armant ses paroles de son petit sourire auquel personne ne pouvait résister, Amber tenait le bras de son amie, sachant qu'elle ne laisserait pas une débutante seule dans une telle soirée. Et ce n'était que le before.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Mais sérieux, dans quoi me suis-je fourré? - Amber and Ezster Sam 16 Mai - 21:32



le titre du rp
ft. Amber, Ciaràn & Eszter


La fourchette faisait des petits ronds dans l’assiette de purée de brocolis au fromage. Et le bras qui ne tenait pas l’ustensile était accoudé d'une part sur la table, la main à l'autre bout refermée en un poing qui soutenait la tête d'Eszter. L'appétit n'y était pas vraiment, alors que son regard se perdait, plus loin, regardant une bande d'étudiants jouant à imiter des monstres de films d'horreur. Une fille avait un foulard, le même que le sien, et par réflexe elle vérifia qu'il était toujours là , le remettant en place instinctivement. Puis elle observa de nouveau sa nourriture qui à force d'être remuée, se faisait liquide. Elle laissait tomber la fourchette, optait pour la cuillère, allait pour porter l'étrange mixture à sa bouche lorsqu'un plateau vint se poser face à elle, suivi par Amber. Elle. La rousse se demandait comment elle en était venue à traîner avec des filles Roks et sa compère, elle les aimait bien, elle étaient pleines de vie, mais pourtant si différentes d'elle. Elle se demandait aussi pourquoi elle se retrouvait seule à l'aube, la gorge en sang, après avoir nourri des vampires qui ne ressemblaient pas à Frederik, le disparu. Ainsi va la vie, des liens se créent et se défont, sans qu'on ne sache trop comment ni pourquoi.
Elle écoutait donc la blonde tout en observant le prospectus qu'elle lui avait donné. Une soirée. L'une de celles où les jeunes boivent à outrance et finissent par coucher avec leurs rivaux. L'une de celle où elle ne perdrait pas de sang si Amber se montrait convaincante. Et elle parlait d'Alexei, mais qui diantre pouvait bien être ce Alexei ? Les deux furies lui avaient présenté tellement de garçons qu'elle était incapable de remettre des noms sur des visages. Avaient-elle essayé de la caser à l'un d'entre eux ? S'étonnaient-elles encore que ça ne fonctionne jamais ? Il fallait croire que oui, car cette invitation sentait le piège, au moins elles ne la soupçonnaient pas de convoiter un autre type de garçon. Elle n'accordait pas de grande valeur à la peau chaude des humains, préférait la fraîcheur nocturne. La fraîcheur nordique plus particulièrement, elle ne voulait toujours pas croire qu'il puisse être parti, ou même mort. Peut-être tendait-elle sa nuque aux autres dans l'espoir vain qu'il ne revienne affirmer son territoire.
Elle écoutait à peine Amber. N'avait retenu que les mots clés pour comprendre le message, tournait les yeux vers la silhouette d'un étudiant blond, puis daignait enfin adresser un regard à son amie.


« Ian Somerhalder n'a que quatre doigts ? Dommage pour lui, tu sais je connais un type, il a... Peu importe. J'espère pour toi qu'ils ont du jus de cranberry, et des trucs sans viande et sans gluten à manger. Mais je te préviens ! Mes fais pas le même coup que Roks la dernière fois, elle m'a laissée seule avec un parfait inconnu pendant qu'elle était dans la chambre à l'étage, si tu vois ce que je veux dire. On arrive ensemble, on part ensemble. »

Les règles du jeu étaient imposées. Eszter était bien naïve, même si elle savait d'avance que si ça lui chantait Amber rejoindrait un garçon. Sauf qu'en ce moment, une soirée en compagnie d'humains même ivres lui ferait le plus grand bien.
Elle était donc rentré se changer après les cours. D'abord une douche, puis comme toujours, un peu de ce parfum aux saveurs de pomme d'amour, qui laissait une douce odeur caramélisée sur sa peau. Elle connaissait Amber et Roks, cette dernière n'était pas de la partie, mais Eszter savait déjà qu'elle serait renvoyée chez elle pour se changer en vitesse avec coaching vestimentaire si sa tenue n'allait pas. Elle préférait choisir elle-même une tenue suffisamment convenable pour être acceptée par son amie, plutôt que de se faire relooker dans une tenue qui lui ferait saigner les yeux tant elle manquerait de tissus. Son choix se portait donc sur une robe noir, simple mais efficace, peu décolleté, trop à son goût puisque l'on voyait la naissance de sa poitrine, mais Amber ne tolérerait probablement pas moins. Et la robe, dont le bas était plissé, arrivait au-dessous de ses genoux, la limite aussi. Et pour finir, des chaussures noires, simples, des talons légers.
Rejoignant Amber dans sa mini, elle espérait que cela convienne, avec un mince trait de maquillage. Apparemment, ça faisait l'affaire, la robe était suffisamment courte pour qu'Eszter se retrouve avec une bouteille d'alcool entre les cuisses, quelle drôle d'idée. Elle resserrait les jambes, baissait un peu le textile, elle ne tenait pas particulièrement à ce que l'on découvre ce qui se trouvait plus haut sur ses jambes. Elle enlevait d'ailleurs la bouteille pour la prendre en main, observer le liquide à l'intérieur.


« Pas très prudent de boire au volant. J'imagine que si j'en prend pas, c'est toi qui va te servir en roulant! »

Certainement. Pour éviter la prise d'otage, Eszter portait la bouteille à sa bouche et prenait une mince gorgée avant d'avaler cul-sec comme dans les films et de tousser. Diable que c'était fort ! Elle n'en prendrait pas plus. Tant mieux car la route fut rapide et très bientôt la rousse qui préférait les entrées discrètes recevait une grosse bise sur sa joue, tandis qu'Amber attirait tous les regards vers elles, effectuant une entrée digne d'un show télévisé de catch. Eszter regardait ce tatouage dans son dos, il en fallait du culot pour marquer ainsi sa peau. Peau ! Marques ! Elle voulut porter sa main à son foulard mais se souvint à temps qu'elle n'en portait pas, l'item substitué par une épaisse couche de fond de teint dans les zones stratégiques.
Mais pas le temps de s'en préoccuper. Amber lui proposait déjà un défi... Et forcément, il s'agissait d'emballer un type. Elle l'avait vu faire de nombreuses fois, elle avait beau dire qu'il ne l'appréciait pas, elle l'aurait comme tous les autres, à quoi bon ? Et puis Eszter ne le connaissait pas, pourquoi irait-elle lui sauter dessus ? Alors réfléchissant à une excuse, elle posa son regard vers une fenêtre qui donnait sur l'obscurité de la nuit. Elle n'y voyait rien. Personne. Elle attrapait donc au vol deux des quatre verres qu'une fille trop ivre pour réaliser tenait. De toutes façons, ils se seraient renversés. Elle en tendait un à Amber, quittant enfin des yeux cette satanée fenêtre. Bienvenue chez les humains, il faut s'intégrer, ici on attend pas que les morts se relèvent.


« T'es consciente que même avec une heure d'avance, je ne suis pas sûre de te battre ? Je suis nulle avec les garçons au cas où t'aurais pas vu! »

Demi-foutaises. Mais au fond, elle se demandait bien ce qu'elle était si ce n'est une poche de sang qui prenait son pied juste à se faire mordre. C'était malsain. Il fallait aller de l'avant, compter sur ses compétences sociales pour créer des relations. C'est tout du moins ce qu'elle se disait pour avoir bonne conscience, sans vraiment le penser.
Elle quitta donc la main d'Amber qui lui chatouillait étrangement le bras, une drôle de sensation, pour se diriger vers le garçon, non sans lancer quelques regards d'appel au secours à la blonde, même si elle cherchait à montrer qu'elle pouvait avancer seule. Puis une fois plantée face au jeune homme, elle le fixa quelques secondes, l'air bête, à chercher ses mots.


« T'es tout seul ? … Euh non, excuse moi, c'est pas ce que je voulais dire. Enfin, je veux pas dire que t'as pas d'amis, mais c'était plutôt... Oublie. Oui, donc, je ne peux pas te dire pourquoi je viens te parler, sinon tu ne me croirais pas, mais puisqu'on y est, Eszter, enchantée. »

Elle tendit maladroitement son verre contre celui du jeune homme pour trinquer, puis avala une généreuse gorgée pour étouffer son embarras. Et elle toussa de nouveau. Il ne lui faudrait probablement pas plus de trois gorgées pour sentir les effets de l'alcool, et elle en était à la deuxième. Au secours, Amber ! Elle retournait d'ailleurs la tête vers son amie pour voir si elle l'avait suivie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Mais sérieux, dans quoi me suis-je fourré? - Amber and Ezster Lun 18 Mai - 16:27



S uper, une soirée pas comme les autres.
    ft. Ciaràn and Amber and Ezster

   
Regardes-moi,. Je suis là, à cette fête, essayant de vivre normalement, de ne pas paraître moi-même tout simplement. Je me sens mal dans ma peau, je me sens seul et froid, incapable d'éprouver un quelconque sentiment sincère. La fête semble bien se passer. Oui, les jeunes boivent, les humains ne semblent pas se soucier des créatures comme moi, comme eux, qui sont là pour les menacer dans le noir. Pourtant moi je sais. Oui, je sais qu'ils sont là, mais je sais également que les humains peuvent être un danger, peuvent être égoïste. Je tiens mon verre dans ma main gauche, laissant mon regard vaciller sur le mur non loin de moi. Je n'éprouve aucun plaisir à être ici, d'ailleurs, éprouvais-je encore du plaisir depuis sa foutue disparition ? Non. Mon coeur se serre à cette sombre pensé. Oui, j'éprouve un certain plaisir à faire souffrir les autres, mais ce plaisir est malsain, presque étrange et puant de méchanceté, de noirceur.

Je n'étais pas né ainsi, je l'étais devenu à cause d'une vie cruelle et d'un destin salopard. Je soupire, je m'oblige à rester encore une petite heure voir deux, histoire que mon ami ne soit pas déçu. D'ailleurs, il croise mon regard et me sourit en me saluant d'un signe de la main. Je fais de même, laissant un faux sourire s'élargir sur mes lèvres, alors qu'une fois le dos tourné, mon visage redevient froid et impassible. Si seulement il savait ce que je pensais de lui. Il est faible, il est bête. Fils à papa il ne réalise pas que tout ses amis ne sont que des êtres superficiels, certains ne savent même pas son prénom. Pourtant, il s'en fiche. Lui, ce qu'il souhaite c'est vivre entouré de fantômes et de voix, alors que moi je préférais nettement les murmures voir le silence le plus total.

J'ai une folle envie de le secouer, de le faire souffrir pour qu'enfin il ouvre les yeux sur cette foutue réalité. Mais je n'en ferais rien, après tout, si il décide de vivre dans le déni c'est son droit. Il sera faible toute sa vie, entouré de faible, engendrant des faibles...Tous des faibles. Je soupire de nouveau, détournant les yeux de cette foule qui me donnait envie de vomir. C'est alors qu'un événement complètement inattendu se produisit. Alors que je tentais de garder cette solitude bien ancrée à moi, restant à l'écart de ce monde, une jeune fille vient à moi. Une jolie rousse, un visage timide voir même très mal à l'aise. Elle se mit alors à me parler et j'écoutais à peine, laissant mon regard froid se poser sur elle. Je suis loin d'être sympathique, tout le monde le sait...Je suis loin d'être un coureur, tout le monde est également au courant. Je regarde à peine les filles, je les évites, je les nies sans même en avoir réellement conscience. Elle se présenta sous le nom de Eszter.

Je ne pense pas l'avoir l'avoir déjà vue. Certes, je l'avais peut-être déjà croisé mais sans plus, en tout cas, je n'y avais pas fais attention. J'étais peut-être salop de réagir ainsi, mais disons que sa compagnie ne m'était pas désirable. Peut-être que si j'avais été un autre, celle-ci m'aurait arrachée un sourire, quelques paroles sympas, puis je me serais lancé dans une douce conversation. Mais non, elle avait devant elle Ciaràn Ò Dònaill. Certains disaient que j'étais un homme sans coeur, d'autres que j'étais simplement solitaire et mystérieux. Ils étaient tous un peux dans la réalité, tout en étant dans le faux. Je suis effectivement, actuellement, sans coeur. Peut-être qu'un jour je le récupérerais, faudrait-il déjà qu'une fille soit assez courageuse pour me supporter...

« Effectivement je suis seul...enfin je l'étais et cela me convenais parfaitement. »

Je ne réalise pas la froideur de mes mots, la noirceur de mon regard. Elle boit son verre et tousse, apparemment nullement habitué à boire de l'alcool. Curieux, je suis son regard qui se pose sur une petite blonde que je connaissais de vue, à qui j'avais déjà parlé tout en me barrant très vite et très loin. Je pousse un soupire et je bois mon verre d'un trait, détournant les yeux.

« Tu devrais retourner voir ton amie, tu seras en meilleure compagnie avec qu'elle qu'avec moi. ».

Je suis simplement sincère, je suis franc et même chiant. Je tourne alors le dos aux deux jeunes filles et je m'éloigne de quelques pas pour aller me mettre dans le coin d'une pièce. Décidément, j'aurais du rester dans mon foutu lit et passer la nuit à dormir comme un être civilisé et normal dans sa tête. Passant une main dans mes cheveux, je finis par poser mon regard sur cette nouvelle foule, me disant qu'il y avait de plus en plus de monde. Me disant également, que j'y avais peut-être été trop fort avec la jeune...comment encore ? Eszter ? Je secoue légèrement la tête...Non, j'avais été moi-même, puis, c'était mieux ainsi !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
poisoned soul

MessageSujet: Re: Mais sérieux, dans quoi me suis-je fourré? - Amber and Ezster

Revenir en haut Aller en bas

Mais sérieux, dans quoi me suis-je fourré? - Amber and Ezster

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» dans quoi mettre mon lait???
» Petits pots maison conservation et dans quoi ?
» medias liés mais enrigistrés dans un mauvais endroit
» Une fourmi rousse dans une fourmilière de blonde [PV : The Stepford Cuckoos]
» Congélation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POISONED SOUL :: RP-