Il ne faut pas oublier de laisser un petit commentaire sur prd et bazzart.
Merci de privilégier les inscriptions masculines.

Partagez|

Trying to figure it out ▲▼ Elvira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Trying to figure it out ▲▼ Elvira Dim 26 Juil - 20:30

Nuit noire aux éclats dispersés. Brisures de lunes clairsemées aux seins de la déesse nocturne. Séléné, blondine, revêt son habit d'endeuillée tandis que l'obscurité recouvre d'un linceul l'Endymion endormi. Seuls les rêves désormais vont et viennent sous les velours nocturnes, il n'y a plus que la peur galopante pour faire fuir les chats errants et hurler les chiens sous une lune devenue ténèbres éveillées. Il n'est plus rien pour endiguer l'avancée des sombres ombres qui dévorent les dernières lueurs du jour, elles avalent tout sur leur passage. Gloutonnerie oblige. Et de son ventre affamé naissent les enfants de la gourmandise, affublés de leur appétit inextinguible, ils s’avancent déjà dans la nuit à la recherche, immuable, de nouvelles proies. Ils sont affamés de vie, terrassés par cette lancinante et entêtante odeur du sang. Partout où ils vont, le parfum envoûtant vient à eux, ne faisant que grandir l'obsession qu'ils en ont, le besoin de mort qui les accompagne et ruine leur humanité pour ne plus laisser qu'à la bête son besoin de tuer. Ils ne voient plus, désormais, ce qu'ils ont un jour été, ils ne perçoivent plus que les cœurs battants à la ronde, cherchant l'impudent qui s'est égaré sans se douter du danger des nuits sans lune.

Lui, il marche, il se fait ombre des ombres, roulant de sa carrure fluette sous la flamme vacillante des quelques réverbères à gaz qui n'ont pas été soufflé par les âmes égarées et affamées. Son pas si léger ne se fait entendre de qui que ce soit, pas même de ces autres êtres qui se veulent à son image. Il ne semble pas être affamé, pas même engourdi d'un sommeil dont on l'aurait extirpé. Son esprit est alerte. Son âme retranchée sur un autre besoin, celui de retrouver l'objet de sa recherche, l'objet d'une toute nouvelle colère. Comme une hargne alimentée par sa rage qui monte en lui, comme un besoin de se montrer monstrueux comme jamais. Sous le couvert de l'obscurité, un sourire, découper à la lame d'un couteau, transparaît sur son visage, les canines luisent sous les flammes vacillantes tandis que l'air se charge du parfum recherché. Flagrance qui vient accroître le besoin infernal de se montrer intransigeant d'une punition qu'il sait imparfaite mais à laquelle il ne peut que laisser court.

La silhouette se dessine, courbes délicieusement féminines, spectre naïf ourlé de sa diaphane féminité. Les rondeurs encore enfantine d'un visage à peine aperçu ne font que mettre davantage en valeur les courbes sculpturale de son corps. Vestales incandescente dans la nuit noire, il la suit le temps de quelques instants. Il la laisse, à force de pitié, profiter de sa tranquillité apparente, ne se mêlant pas même à son environnement, ne devenant que le fruit du vent et plus encore du néant. Sa patience se trouve néanmoins mise à rude épreuve alors qu'elle croise deux vulgaires promeneurs, elle ne leur adresse pas le moindre regard affamé, pas le plus insignifiant des airs carnassier, juste l’infime politesse d'un hochement de la tête déjà oublié. Il grogne de désapprobation, accélère le pas, et vient l'extirper à ses douces rêveries trop pleine d'une humanité écœurante.

Il n'y a pas de douceur dans son geste. Judah n'est pas taillé pour la tendresse. Judah n'est pas taillé pour la sympathie non plus. Et déjà, sans ménagement il la projette contre un mur de cette ruelle d'ordinaire obscure qui ne l'est que plus sans la lumière douce de la belle Séléné. « Hurle et je me ferais un plaisir de tuer tous ceux qui viendront à ton aide. », chuchote-t-il tout contre sa bouche, son souffle ferreux se mêle au sien et déjà il amorce un pas en arrière, s'extirpant de cette curieuse intimité imposée par la violence de ses actes. « Sais-tu pourquoi je suis à ta poursuite ? », déclame-t-il tandis qu'il la détaille avec insistance, laissant s'insinuer la gêne et l'indisposition chez cette autre. « Sais-tu ce qu'il va t'arriver ?! », lâche-t-il dans un sourire infernale, tandis que ses mains se croisent dans son dos dans une indifférence marquée d'un brin d'éducation liée à cette époque mortelle. « Allons, ne sois pas timide, qu'importe ce que tu diras tu en souffriras de toute façon. », finit-il par railler avant de ponctuer sa phrase d'un petit rire gutturale, ultime marque de son amusement macabre qui se lie intimement à son besoin de la faire souffrir pour les décision qu'elle aura prise et dont il aura été l'incroyable confident.  
Revenir en haut Aller en bas
Elvira Szabó
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 1180
√ Date d'inscription : 05/04/2015

MessageSujet: Re: Trying to figure it out ▲▼ Elvira Lun 24 Aoû - 14:19



Trying to figure it out
ft. Judah & Elvira

Budapest, dix-septième siècle.

Nuit sombre, éclats de lune dispersés. Elvira se trouve à l’endroit habituel, cette chambre abandonnée de l’asile psychiatrique où elle a passé ses dernières années humaines. Une chambre recluse, oubliée. Elle s’y faufile souvent au lever du jour, ignorant où se cacher. Ces murs ont abrité ses pires tourments, mais ont également vu sa renaissance. Abandonnée par son créateur depuis près d’un siècle, elle erre toujours, n’arrivant pas à passer à autre chose, figée dans le temps, perdue dans cet état incomplet sans la présence du maître. Il lui arrive de fuir cet endroit pendant plusieurs jours, mais elle y revient invariablement, peut-être pour se convaincre qu’il a réellement existé. Elle s’y fait petite et silencieuse, discrète et invisible. Parfois, l’envie de se sustenter la saisit, mais elle n’ose pas. Ces jours là, elle fuit, retrouve la ville regorgeant de proies. La mort dans l’âme, elle traque, aspire la vie du gibier humain, perdant peu à peu l’humanité qui l’avait autrefois définie. Ce soir est l’une de ces nuits. Elle erre dans les rues de Budapest, jetant son dévolu sur chaque homme qu’elle croise, renonçant à l’attaque au moment opportun. Tuer n’a rien de facile pour elle, rien d’évident. Elle regrette cette époque où il s’occupait de cet aspect, où il lui fournissait le sang si nécessaire à la survie sans qu’elle ne doive elle-même choisir la pâture. Mais songer à son absence n’a rien pour la réconforter, elle s’efforce de se concentrer seulement sur ses besoins primaires, prenant la résolution d’attaquer le prochain qui croisera sa route.

Les mains qui se glissent sur son corps sans la moindre douceur, qui la projettent contre le mur de pierre. Elle ne sent pas le choc, aucune douleur ne vient secouer son corps menu. Son visage se tourne vers l’agresseur, elle n’a qu’une fraction de seconde pour détailler ce visage avant qu’il s’approche d’elle. Visage froid, immuable, mais pourtant magnifique. « Hurle et je me ferais un plaisir de tuer tous ceux qui viendront à ton aide. » Sur sa langue, elle sent son souffle. Elle croit même effleurer ses lèvres. Elle amorce un mouvement de recul, troublée par cette intimité imposée par cet homme inconnu, mais déjà il s’éloigne d’un pas, la laissant troublée. Comment ose-t-il? Ne sait-il pas ce dont elle est capable? D’un simple geste, elle pourrait tendre la main et la refermer sur son cou, empêchant toute circulation d’oxygène si nécessaire à sa survie. Elle pourrait broyer ses os sans le moindre effort, le vider de son sang et le laisser mort. Il ne voit peut-être en elle qu’une poupée fragile. Il ne pourrait se tromper davantage. « Sais-tu pourquoi je suis à ta poursuite ? Sais-tu ce qu'il va t'arriver ?! » Un sourire mauvais vient étirer ces lèvres charnues, et Elvira se contente d’hausser un sourcil. Bien que l’agression provoque chez elle un agacement profond, elle ne se sent pas effrayée par la situation. Elle se sait invincible, dotée d’une force peu commune, d’une agilité impressionnante. « Allons, ne sois pas timide, qu'importe ce que tu diras tu en souffriras de toute façon. » Le rire qui s’échappe de cet être abject a raison de la retenue d’Elvira.

Elle aurait pu fuir. User de sa rapidité surnaturelle pour disparaître aux yeux de l’homme. Mais quelque chose s’éveille en elle, une envie de violence, de sévices. Une animosité qu’elle n’a pas l’habitude de ressentir, mais qui se manifeste désormais dans son esprit. Une envie grandissante, qui devient un besoin, une nécessité. Elle plonge vers lui, ses mains se referment autour de son cou alors qu’elle le plaque à son tour contre le mur, exerçant une pression puissante. L’étau de ses mains se fait redoutable, mais rencontre une résistance à laquelle elle ne s’attendait pas. La chair humaine est pourtant si fragile… Elvira ne semble pas comprendre. Son regard troublé et légèrement perdu observe le visage de l’homme, tente de croiser son regard pour y lire ses pensées. Mais tout est si confus, elle n’y perçoit rien.


_________________

I'm radioactive
I'm waking up to ash and dust, I wipe my brow and I sweat my rust. I'm breathing in the chemicals. I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalypse. I'm waking up, I feel it in my bones enough to make my systems blow. Welcome to the new age, to the new age...
Revenir en haut Aller en bas

Trying to figure it out ▲▼ Elvira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le premier verre jeté à la figure (en cour) OLYMPIA
» À côté de la plaque.
» Je ne souhaite pas que la mention "marié" figure dans notre couple.
» OXYMORON.
» Et une commune qui ne figure pas dans le dico...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POISONED SOUL :: RP-