Il ne faut pas oublier de laisser un petit commentaire sur prd et bazzart.
Merci de privilégier les inscriptions masculines.

Partagez|

You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Adalyn Blackwell
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 117
√ Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Lun 6 Juil - 13:38



You aren't going to leave me alone
are you?

    ft. Andrew & Barbara

   
La nuit vient à peine de tomber, et déjà, Barbara est prête à sortir. Ayant énormément de difficulté à cette nouvelle contrainte imposée par sa transformation, elle soupire en franchissant la porte. Seule. C’est l’une des premières fois où elle sera complètement seule durant quelques heures, ce qui lui procure le plus grand bien. Fatiguée de toujours porter les mêmes fringues, elle a enfin convaincu Ksenia de la laisser retourner chez elle afin de ramasser quelques affaires. L’enfant n’a pas souhaité l’accompagner, à son plus grand plaisir. Dans les rues sombres de Budapest, différentes odeurs viennent chatouiller son odorat nouvellement affiné. Elle reconnaît des odeurs de nourriture, dont elle peut apprécier la délicatesse malgré le peu d’attrait qu’elles procurent en elle. Elle perçoit de nouvelles odeurs jusque là ignorées, comme l’odeur de la terre, du pavé, des matériaux utilisés pour la construction des bâtiments l’entourant. Et, évidemment, l’odeur du sang. Elle est omniprésente, étourdissante. Elle perçoit diverses traces, certaines toutes fraîches et alléchantes, d’autres plus subtiles. Un tourbillon qui la guide vers les divers habitants qui ont passé dans les rues de Budapest. Bien que le bouquet soit divin, elle ne se laisse pas distraire. Elle a un but précis, celui de quitter la ville pour rejoindre l’adorable maison de campagne où elle vivait jusqu’à l’arrivée de Ksenia. L’idée de faire le chemin à pied lui aurait paru impossible auparavant, mais la distance à accomplir n’a plus rien d’effrayant pour ses nouvelles capacités. Elle se met à courir, ne devenant qu’une ombre furtive. Elle apprécie l’exercice, elle qui est le plus souvent confinée entre les quatre murs du petit appartement qu’elle partage avec sa créatrice. Ses nouveaux muscles forts vont de pair avec sa rapidité, et il ne lui faut au final que très peu de temps pour enfin rejoindre sa maison.

Arrivée devant la porte, elle cesse de courir, soupire d’aise. La nuit lui appartient. Elle sort ses clés, s’approche pour déverrouiller la porte. Nul besoin d’utiliser sa force pour entrer à l’intérieur. Toutefois, avant de franchir le seuil, elle reconnaît une odeur. Un humain est passé ici, et la trace est toute fraîche. Deux jours maximum. Le plus étrange, c’est que cette odeur lui est familière. Elle ne saurait dire comment, elle ne pense pas avoir humé cette odeur depuis sa transformation. Mais elle la reconnaît néanmoins. Elle ferme les paupières, se concentre. Elle veut comprendre.

Une fois à l’intérieur, elle observe tout ce qui l’entoure, ne constate aucun changement. Il est évident que l’humain n’a pas pénétré à l’intérieur. Sourcils froncés, elle rapatrie certains de ses vêtements préférés, et cède même à l’envie de prendre une longue douche brûlante. Rafraîchie, elle ne peut cependant profiter du moment présent, trop préoccupée par cette énigme dont elle ne trouve pas la clé. Et soudain, l’évidence s’impose. Andrew. N’a-t-il pas tenté de l’appeler à de nombreuses reprises, de la contacter par mail? Après ce qu’ils ont vécu, après qu’elle l’ait elle-même harcelé pour qu’il reprenne le contact avec elle alors qu’il était en sabbatique, il lui semble normal qu’il agisse de même alors que les rôles se sont inversés. C’est lui, elle en est certaine.

Se rappelant où il vit, elle décide de carrément aller le voir. Elle franchit la distance la séparant de son collègue avec la même rapidité qu’elle est venue chez elle, mais sans retrouver le même plaisir. Une fois arrivée face à la porte d’Andrew, elle cogne rageusement sur celle-ci, espérant vivement qu’il soit présent. Elle doit mettre tout cela au clair, le plus vite sera le mieux.

_________________


« fix you. »
And the tears come streaming down your face when you lose something you can't replace. When you love someone, but it goes to waste. High up above or down below when you're too in love to let it go. But if you never try you'll never know.
Revenir en haut Aller en bas
James Batthyány
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 257
√ Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Lun 6 Juil - 18:02

You aren't going to leave me alone, are you?

Death ends a life, not a relationship.

Il faisait beau, il faisait chaud – presque trop chaud à mon goût – et j’avais donc voulu en profiter. Pour l’occasion, j’avais sorti la moto, pour une fois qu’elle pouvait rouler, je n’allais pas m’en priver. Après mon café, ma clope et ma douche matinale, j’étais donc sorti de chez moi, profitant, pour une courte durée, de la fraîcheur de la matinée. Enfourchant alors ma moto, j’allais surtout ou le vent me portait. Je n’avais pas de destination précise en tête. Alors que ça faisait déjà deux heures que je roulais, je décidais de m’arrêter un petit moment. Je parquais alors ma moto au bord de la lisière et, posant mon casque et sortant une cigarette de ma veste, je m’engouffrais entre les arbres, à l’ombre. Je restais un instant là, au calme. J’avais oublié à quel point le calme m’avait manqué. Ce n’était pas avec mon travail que j’avais le temps de me détendre, loin de là.

Accroupi contre un arbre, cigarette à la main, je pensais à pleins de choses en même temps, concernant, bien évidemment à mon travail. Depuis le décès de ma fille et de sa mère, je pensais surtout qu’au travail, m’interdisant presque de penser à autre chose. Bon, je pensais très bien à autre chose aussi, mais pas en cet instant. Un grand procès allait gentiment pointer son nez et j’étais sur le qui-vive. Autant dire qu’après mon année sabbatique, je recommençais au plus fort. J’essayais de comprendre comment cette affaire avait pu être autant médiatisée, alors qu’au fait, c’était un truc très banal. Un père qui pète un plomb et qui tue toute sa famille, essayant de se suicider mais ratant son coup. Tant pis pour lui.  Le choix des douze jurés allait commencer la semaine prochaine, et il fallait que j’étudie encore deux trois trucs au dossier. En même temps que tout cela, je pensais à une autre histoire, cette-fois de vol. Tout ce qui avait été dit pendant cette soirée, je le chassais vite fait bien fait d’un revers de la main. Je n’avais pas envie de revenir là-dessus, en tout cas maintenant. Au bout d’environ 2 heures, je sortis de mon calme et de mes pensées en recevant un sms. C’était Judith. Je soupirais. Mon dieu. Qu’est-ce qu’elle était casse-couille celle-là. Apparemment elle n’avait pas encore compris que je ne voulais plus la voir. Ou seulement quand c’est moi qui choisissais. Elle m’avertissait qu’elle comptait passer chez moi ce soir, vers les 21 heures. Ô Joie. Génial. Je regardais vite fait l’heure, il n’était que 19 heures. Ha oui quand même, j’avais passé plus de temps que prévu ici. Je n’avais rien vu passer. Je pris gentiment le chemin du retour, vers ma moto, ne me pressant pas.

Arrivé chez moi, dans la nuit, heureusement que j’avais fait installé des lumières extérieures, je vis qu’il y avait apparemment quelqu’un devant chez moi. J’arrêtais ma moto un peu plus loin et je me cachais derrière un arbre, observant la scène qui de déroulait à quelques mètres. Je regardais autour de moi. Pas de voiture en vue. Ce n’était donc pas Judith. Ouf. Mais alors, qui c’était ? Tout en amenant ma voiture au garage, je m’interrogeais sur l’identité de la folle qui tambourinait à ma porte. Vu l’aplomb qu’elle utilisait, ça ne devait pas être un témoin de Jéhovah, et puis bon, à cet heure-ci ? C’était improbable. Sortant du garage, je me dirigeais vers elle, d’un pas nonchalant, je n’avais pas trop le choix de passer devant elle pour atteindre ma maison. Arrivé à son hauteur, je la reconnus de suite. Barbara, une collègue, si je pouvais dire cela. Qu’est-ce qu’elle foutait là ? Je la croyais morte depuis le temps. « Barbichette », je m’interrompis, cherchant les clés dans la poche de ma veste. « Bordel ! Qu’est-ce que tu fais ici à tambouriner à ma porte comme une folle furieuse ? C’est pas ici l’hôpital psychiatrique ». Je secouai la tête, la regardant. Je la poussais sur le côté, pour accéder à ma porte et je fis tourner les clés. En l’ouvrant, je me tournais vers elle. « Bon, vu que t’es ici, je ne pense pas que c’était juste pour sonner, je me trompe ? Entre seulement ». Je me décalai sur le côté, pour qu’elle ait la place pour rentrer. Une fois fait, je refermais derrière elle. Je posai ma veste sur le porte-manteau et je me plantai de nouveau vers elle. « Bon, que me vaux cet honneur? »

_________________



BANG BANG,
YOU SHOT ME DOWN.


Revenir en haut Aller en bas
Adalyn Blackwell
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 117
√ Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Lun 6 Juil - 18:55



You aren't going to leave me alone
are you?

    ft. Andrew & Barbara

   
Il lui fallait trop de temps avant de venir lui répondre, elle en était furieuse. Un rien suffisait à attiser sa colère, dernièrement. Elle avait envie de carrément défoncer la porte. La dernière fois où elle était venue ici avec tellement d’insistance, elle avait carrément brisé l’une des fenêtres pour entrer dans la demeure d’Andrew. Il n’était pas impossible qu’elle recommence. « Andrew, je sais que t’es là, ouvre cette fichue porte. », dit-elle à voix haute, cognant de plus en plus fort sur la porte qui finira bien par céder. Elle est donc surprise de le voir arriver non par l’intérieur, mais juste derrière elle. Elle sursaute, et se tourne si rapidement vers lui qu’elle en paraît irréelle. Il faudra vraiment qu’elle apprenne à se contrôler. « Doudou. Ravie que tu daignes apparaître. » Ce surnom débile était apparu lors d’une conversation où ils avaient pris pas mal d’alcool. Ayant pour habitude de le surnommer « Drew », l’alcool avait déformé ses propos pour un « Dou ». Elle avait trouvé la chose hilarante, et le dédoublement de la syllabe avait décuplé son hilarité. Depuis, le surnom était resté.

Il esquisse un geste vers elle pour l’écarter de la porte, mais elle s’éloigne avant qu’il ne puisse l’effleurer. Ses réflexes sont trop rapides. Alors qu’elle entre chez lui, elle serre les mâchoires. Elle commence à regretter son impulsion, elle n’aurait pas dû venir ici. Elle ignore à quel point elle est prête, et s’il fallait qu’elle perde le contrôle, elle s’en voudrait longuement. « Je peux savoir en quel honneur tu es allé chez moi? » Sa voix est agressive, tout autant que son non verbal. Ils sont à des années lumières de la camaraderie qui anime habituellement leurs échanges privés. « Il me semble que quand quelqu’un refuse tes appels et ignore tes mails, ça ne signifie qu’une chose. Laisse-moi tranquille. » En parlant, elle fait quelques pas, observe cette maison qu’elle connaît déjà. Elle y a déjà vécu des moments bien plus agréables, avant que Ksenia vienne lui pourrir l’existence…



_________________


« fix you. »
And the tears come streaming down your face when you lose something you can't replace. When you love someone, but it goes to waste. High up above or down below when you're too in love to let it go. But if you never try you'll never know.
Revenir en haut Aller en bas
James Batthyány
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 257
√ Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Lun 6 Juil - 19:16

You aren't going to leave me alone, are you?

Death ends a life, not a relationship.

J’étais à peine arrivé chez moi et voilà que je me faisais agresser. Ma journée de calme venait d’être fichue en l’air par Barbara. Pour une fois que j’avais réussi, enfin, à me calmer, voilà que je trouvais une autre casse-couille chez moi. Non pas que c’en était une, mais là, comme elle se comportait, elle s’en approchait vraiment. Ravie que tu daignes apparaître. Non mais. J’étais chez moi ici. Elle aurait fait quoi si je n’étais pas rentré de la nuit ? Casser une fenêtre comme elle l’avait déjà fait une fois ? « Tu te prends pour une princesse maintenant ? » Heureusement que je suis arrivé à temps, même si elle avait l’air furieuse contre moi car je n’étais pas apparus plus tôt. Ha les femmes. Je ne les comprendrais jamais. C’était certainement à cause de son divorce. J’haussais les épaules, après tout ce n’était pas mon problème, tant qu’elle se calmera et qu’elle arrêtera de s’en prendre à moi. Vu le bond qu’elle fit pour se pousser pour me laisser passer, apparemment elle ne voulait même pas que je la touche, même en l’effleurant. Bon.

Figé dans le couloir, je la regardais. Attendant des explications de sa part, qui ne tardèrent pas à arriver, comme je m’y attendais. Un sourire en coin se dessina sur mon visage, plantant mon regard dans le sien. « Barbara Barbara. T’es si mal baisée que ça pour réagir d’une  telle façon ? Fallait venir me voir plus tôt ». Je levai les yeux au ciel. Fallait bien que je lui trouve une excuse à son comportement et c’était la première chose qui m’était passé par la tête, étant tout à fait conscient que j’allais en ramassé une. Sa remarque suivante me fit encore plus rire, rire que je retins d’ailleurs. Je tenais à ma vie, et à mon corps de rêve. « C’est toi qui me dit ça, Madame-je-casse-une-fenêtre-pour-venir-te-voir ? » Je me passai une main dans les cheveux, riant de la situation. J’avais l’impression d’être dans un rêve et que j’allais me réveiller tout soudainement. « T’es mal placée pour faire ce genre de commentaire, ayant vécu tout cela avant toi. Et est-ce que c’est un crime de s’inquiéter pour les gens qu’on apprécie ? » Je sortis une cigarette de ma poche. En temps normal je fumais dehors ou j’ouvrais une fenêtre, mais là, j’en avais bien besoin. « Message reçu à 100 %. Je te laisse tranquille, maintenant, si tu veux bien, pars d’ici avant que je m’énerve encore plus ». Tout en tirant sur ma cigarette, pour essayer de me calmer, sachant que c’était purement psychologique, je faisais tourner le briquet dans ma main droite, serrant mon poing gauche.

_________________



BANG BANG,
YOU SHOT ME DOWN.


Revenir en haut Aller en bas
Adalyn Blackwell
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 117
√ Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Lun 6 Juil - 19:40



You aren't going to leave me alone
are you?

    ft. Andrew & Barbara

   
« T’es si mal baisée que ça pour réagir d’une telle façon ? Fallait venir me voir plus tôt » Elle ressent deux envies simultanées. La première, lui sauter à la gorge pour y planter ses crocs, pour aspirer la moindre goutte de sang qui coule dans ses veines. La seconde, lui sauter à la gorge pour broyer son œsophage d’une main, d’utiliser toute sa force nouvellement acquise pour lui faire payer chèrement son impertinence. « Aux dernières nouvelles, t’étais le seul à me baiser. À qui la faute? Ah, et va te faire foutre. », siffle-t-elle, utilisant chaque parcelle de sa maîtrise de soi pour ne pas céder à ses envies meurtrières. Au fond, elle l’aime bien Andrew. Ils ont lié une réelle amitié au fil du temps, et les rapprochements physiques qu’ils ont eus dans le passé n’ont fait que décupler cette affection.

« C’est toi qui me dit ça, Madame-je-casse-une-fenêtre-pour-venir-te-voir ? T’es mal placée pour faire ce genre de commentaire, ayant vécu tout cela avant toi. Et est-ce que c’est un crime de s’inquiéter pour les gens qu’on apprécie ? Message reçu à 100 %. Je te laisse tranquille, maintenant, si tu veux bien, pars d’ici avant que je m’énerve encore plus. » Même si elle est toujours furieuse, les paroles d’Andrew lui vont droit au cœur. Elle sait bien, au fond, qu’elle n’a aucune raison de lui en vouloir. Sa réaction actuelle n’est au fond qu’un mécanisme de défense, destiné à le protéger d’elle. Ce serait tellement plus simple s’il n’avait pas tenté de la contacter… Elle ressent soudainement un puissant sentiment d’abattement, sent ses genoux flancher. Découragée, son dos s’appuie contre le mur, et elle se laisse doucement tomber jusqu’à être assise à même le sol. Elle soupire, peine à retrouver sa respiration, réalise qu’elle est sur le point de fondre en sanglots. C’est comme si toute cette conversation n’était, au fond, que la goutte qui fait déborder le vase de toutes ses émotions reliées aux événements récents. « Ça ne va pas Andrew… Pas du tout. » Elle sent ses yeux s’embuer, réalise qu’un filtre rouge lui brouille la vue. Passant une main rageuse sur ses yeux, elle réalise qu’il s’agit… de sang. « Je crois que je vais devenir folle. Tu avais raison tout à l’heure, je devais carrément être internée. »


_________________


« fix you. »
And the tears come streaming down your face when you lose something you can't replace. When you love someone, but it goes to waste. High up above or down below when you're too in love to let it go. But if you never try you'll never know.
Revenir en haut Aller en bas
James Batthyány
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 257
√ Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Lun 6 Juil - 20:05

You aren't going to leave me alone, are you?

Death ends a life, not a relationship.

Sa remarque ne m’effleura même pas, vu dans l’état qu’elle était, c’était compréhensible, même si je ne comprenais pas ce qui l’avait mise en colère. Ca ne pouvait quand même pas être que le fait que j’ai essayé de la contacter ? C’était presque pitoyable. D’un côté je pouvais comprendre sa réaction, ayant vécu exactement la même chose, à la seule différence près que moi j’avais eu une raison de m’énerver contre elle, vu qu’elle avait cassé une fenêtre pour s’introduire chez moi. A ce que je sache j’étais juste passé chez elle et j’étais reparti ne voyant personne. Et à ma connaissance prendre des nouvelles d’une collègue, ce n’était pas la mort. Non, je ne comprenais pas. « Mais moi aussi je t’aime Barbara ». Je soupirais. « A qui la faute ? », je me mis à rire, nerveusement. « A toi peut-être ? Ce n’est pas moi qui ne répondais pas aux sms et aux mails à ce que je sache ». Je secouais la tête. Si on m’avait dit qu’un jour je vivrais une situation pareille, je n’y aurais jamais cru. Et pourtant. J’aurais tout vu.

Tout autant subitement qu’elle s’était attaquée à moi, elle s’accouda contre le mur en face de moi, et se laissa tomber au sol, pour s’asseoir. Sa dernière remarque me touche un peu plus que celle d’avant, car après tout, c’est une collègue et puis bon, je l’apprécie, je n’aurais pas pris de ses nouvelles sinon. Elle a l’air tellement mal là tout à coup. Je m’accroupis devant elle, ne sachant pas trop comment réagir, par peur d’en ramasser encore plus. J’haussais les épaules, je m’en foutais tout compte fait. Je ne fis pas attention à ses larmes, je ne remarquais même pas qu’elle se retenait de pleurer. Je caressais délicatement sa joue avec ma main, doucement. Sans être brusque. On ne sait jamais. « Tu veux en parler ? » Je restais accroupi devant elle, l’écoutant. Je secouai de nouveau la tête. « Non non. Ne dis pas ça. Tu n’es pas folle ». Je me levai et me penchant, je pris sa main et je la relevai vers moi. Je la pris dans mes bras, la collant contre moi, pour lui faire un câlin. Pour la consoler. « Qu’est-ce qu’il y a ? » Mon ton s’était radouci et toute ma colère avait disparu d’un coup. Elle avait l’air tellement fragile là, que je ne pouvais plus lui en vouloir. « Viens, on va se poser au salon si tu veux, et boire quelque chose ». Je n’étais pas sûr qu’elle acceptera, mais au moins, je lui faisais comprendre que j’étais là pour elle, si elle avait besoin, malgré le fait qu’elle ait filtré tous mes appels.

_________________



BANG BANG,
YOU SHOT ME DOWN.


Revenir en haut Aller en bas
Adalyn Blackwell
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 117
√ Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Lun 6 Juil - 20:58



You aren't going to leave me alone
are you?

    ft. Andrew & Barbara

   
La douceur d’Andrew lui fait beaucoup de bien, et elle ravale ses larmes. Elle s’essuie une fois de plus les yeux afin de s’assurer qu’aucune trace de sang ne sera visible, et se lève tranquillement, acquiesçant à la proposition d’Andrew de passer au salon. Une fois assise sur un fauteuil, elle lève la tête vers Andrew, lui adresse un regard reconnaissant. Le simple fait qu’il ait laissé tomber sa colère au moment où elle a eu un instant de faiblesse lui prouve qu’il en vaut la peine, vraiment. « Je peux avoir un scotch? S’il te plait. » N’ayant pas fait l’expérience de la nourriture humaine depuis sa transformation, elle ne peut se douter à quel point elle regrettera cette demande.

Saisissant un coussin près d’elle, elle le serre dans ses bras, comme pour se former une carapace. Elle se sent bien vulnérable, la petite. Et elle déteste cela. Ayant toujours été forte de caractère, elle s’est habituée au fil des années à ne jamais se montrer faible face à qui que ce soit. Évidemment, tout au long de sa vie, elle avait connu son lot d’épreuves, mais bien peu de gens pouvaient se vanter de l’avoir vue abattue, en larmes. De se mettre ainsi à nu devant Andrew a quelque chose d’incroyablement intimidant pour elle, malgré tout ce qu’ils ont vécu. « J’aimerais vraiment t’en parler. Tu ne peux même pas savoir à quel point j’ai besoin d’en parler. Mais je ne peux pas. » Elle soupire bruyamment, réellement découragée. « Je suis dans la merde, même que je vais m’y noyer si ça continue. Je ne sais plus quoi faire… » Elle lui jette un regard désespéré, comme s’il avait la capacité de lui fournir une réponse. De balayer tous ses problèmes. « C’est pour ça que je ne voulais pas te parler, parce que je ne veux pas te mêler à ça. Je devrais même partir, là, tout de suite. »

_________________


« fix you. »
And the tears come streaming down your face when you lose something you can't replace. When you love someone, but it goes to waste. High up above or down below when you're too in love to let it go. But if you never try you'll never know.
Revenir en haut Aller en bas
James Batthyány
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 257
√ Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mar 7 Juil - 14:08

You aren't going to leave me alone, are you?

Death ends a life, not a relationship.

Arrivé au salon, elle s’installa de suite sur le fauteuil. Tant mieux. Elle n’avait plus l’air énervée, c’était déjà ça. Mais elle n’avait vraiment pas l’air d’aller bien et je ne savais pas comment me comporter dans de telles situations. Je n’étais pas doué pour consoler les gens. Je n’avais pas été formaté pour cela. Et je ne l’avais jamais appris. La plupart du temps je restais tout simplement de marbre, les bras croisés. Distant. Froid. Cette fois-ci, je décidais de faire un effort, après tout c’était Barbara. Ce n’était pas comme si c’était qu’une simple inconnue. Avant de me diriger vers le bar, j’allais ouvrir la porte-fenêtre de la terrasse, pour aérer un peu la pièce. J’allais ensuite chercher deux verres à la cuisine, que j’avais remplie préalablement avec des glaçons. Je pris la bouteille de scotch qui trainait par-là, celle qui était déjà ouverte, et j’en déversais le contenu dans nos verres. Peut-être un peu trop. J’allais ensuite rejoindre Barb’ sur le fauteuil, laissant un espace entre nous deux et je lui tendis sa boisson. « Voilà pour toi ». Je lui souris aimablement. Tout était revenu à la normale. Pour l’instant en tout cas.

Je l’écoutais parler attentivement. Je me sentais presque mal pour elle, elle me faisait mal au cœur. Surtout que j’étais dans l’incapacité de pouvoir faire quoi que ce soit. J’étais un simple spectateur. Je la laissais donc parler, si elle en avait envie, mais apparemment pas. Je bus une gorgée de mon verre, avant de lui répondre. « Essaie, si tu en a vraiment besoin, ça te fera le plus grand bien je pense. Mais je ne t’oblige en rien ». Non. Si elle voulait en parler, tant mieux, ça la libérerait peut-être d’un poids, mais si elle ne le voulait pas, je n’allais pas l’obliger. Je n’allais l’obliger à le faire juste par simple curiosité. C’était que si elle se sentait prête. « Tu es dans la merde ? » Cette fois-ci, j’utilisais une technique que j’avais apprise il y a bien longtemps. Au lieu de poser une question ou ils sont obligé de répondre, il faut juste reformuler, la plupart du temps ils répondent par eux-mêmes. Puis bon, ce n’étaient pas mes affaires. Je la regardais toujours, est son air désespéré m’attrista encore plus. Je posai furtivement ma main sur son genou avant de l’enlever autant rapidement, et je rebus une gorgée. « T’es venue juste pour ça ? Pour me dire que tu n’allais pas bien mais que tu ne voulais pas me parler ? », je m’interrompis, essayant de bien choisir mes mots. « Ecoute, si tu veux partir, tu es libre de le faire, je ne te retiens pas. Mais … Reste encore un petit moment, ça te fera peut-être du bien, et tu ne seras pas obliger de parler, on peut très bien de parler de tout autre chose tu sais ». Je lui souris avant de m’allumer une cigarette. « J’espère que ça ne te dérange pas. T’en veux ? » J’arrivais même plus à me souvenir si elle fumait ou non.  

_________________



BANG BANG,
YOU SHOT ME DOWN.


Revenir en haut Aller en bas
Adalyn Blackwell
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 117
√ Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mar 7 Juil - 17:15



You aren't going to leave me alone
are you?

    ft. Andrew & Barbara

   
Barbara s’accroche à son verre comme si sa vie en dépendait. Elle adresse un bref signe de tête vers Andrew en guise de remerciement, et se contente de regarder le liquide ambre qui reflète agréablement la lumière. Elle a conscience que sa manière d’agir et que ses paroles doivent sérieusement inquiéter Andrew. À situation inverse, elle ferait tout pour en savoir davantage. « Formulé ainsi, j’ai vraiment l’air d’une femme qui ne sait pas ce qu’elle veut… », marmonne-t-elle en tentant de sourire. L’effort est visiblement trop pénible pour ses lèvres qui se tordent en une légère grimace peu convaincante. « La vérité, c’est que j’ai peur pour toi. Si elle sait que je suis venue ici… » Elle s’arrête sur ces mots, consciente d’en avoir trop dit. Si elle s’arrête maintenant, il croira sans doute qu’elle est sous menace, qu’elle est en danger. Qu’une accusée qu’elle a envoyée en prison en a après elle. Mais elle ne peut aller plus loin, elle ne peut lui expliquer que l’objet de ses peurs est en réalité une gamine de dix ans. Quelle situation merdique…

« Oui, j’aimerais mieux parler d’autre chose. T’as pas des trucs intéressants à me raconter pour me changer les idées? » Elle hoche la tête à sa proposition d’une cigarette. La nicotine et elle, c’est une histoire d’amour et de haine. Si elle n’a jamais été une fumeuse régulière, elle a toujours un paquet chez elle. Lorsqu’elle boit un verre ou est particulièrement stressée par une situation, elle n’hésite pas à en griller une. Toutefois, elle n’a jamais apprécié la dépendance dans laquelle la nicotine la plongeait, ainsi elle s’efforce de ne pas consommer plus qu’un paquet aux dix jours. Elle tend donc la main vers le paquet d’Andrew, lui pique également son briquet pour l’allumer. La première bouffée lui fait un bien fou, elle apprécie la sensation de la fumée dans sa bouche, le goût légèrement piquant de la nicotine. Toutefois, elle réalise que l’apaisement habituellement ressenti par le fait de fumer n’est pas ressenti. « Merci. », dit-elle en rejetant la fumée dans un soupir. Elle porte ensuite le verre à ses lèvres, et boit enfin une première gorgée d’alcool. Aussitôt, une grimace se forme sur son visage, et elle éloigne vivement le verre de ses lèvres, regardant l’alcool d’un air dégoûté. Espace d’un instant, elle se demande si Andrew ne lui a pas carrément servi un truc immonde pour se moquer d’elle, mais elle se ravise immédiatement. C’est évident, elle ne peut plus consommer de trucs humains. La seule chose au monde qui pourrait réellement l’apaiser en cet instant, ce serait une gorgée de sang. Et, évidemment, il est hors de question qu’elle cède à cette envie.


_________________


« fix you. »
And the tears come streaming down your face when you lose something you can't replace. When you love someone, but it goes to waste. High up above or down below when you're too in love to let it go. But if you never try you'll never know.
Revenir en haut Aller en bas
James Batthyány
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 257
√ Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mar 7 Juil - 18:23

You aren't going to leave me alone, are you?

Death ends a life, not a relationship.

Tranquillement installé sur le fauteuil, mon verre à la main, je faisais tinter les glaçons contre le verre. J’étais un peu mal à l’aise face à cette situation, ne sachant pas trop quoi faire ni comment réagir. J’avais l’impression d’être retourné une année en arrière, A la seule différence près, que c’était moi qui n’avait plus donné aucune nouvelle, filtrant les appels de tout le monde et ne répondant pas à la porte. Barbara avait d’ailleurs cassé une fenêtre pour venir prendre de mes nouvelles. Et nous avions aussi fini assis sur ce fauteuil, des verres à la main. Exactement comme maintenant, juste les rôles qui s’étaient inversés. A la seule exception que je ne voulais pas qu’elle finisse dans le même état que moi. J’avais enfilé verre sur verre, et je m’étais lamentablement endormi. Heureusement que nous n’’étions pas en train de faire quelque chose. J’aurais encore honte maintenant. Je sortis de mes pensées en entendant sa voix. « En même temps t’es une femme … Vous ne savez jamais ce que vous voulez ». Hum. J’aurais peut-être pas du dire ça, mais c’était sorti tout seul et j’essayais de détendre un peu l’atmosphère. Je rajoutais assez rapidement. « Je rigole hein, ne le prends pas mal », en grimaçant. Je voyais déjà sa main s’abattre sur ma joue. Je l’aurais mérité. Je me concentrais de nouveau sur elle, après tout, j’étais là pour l’écouter, pas pour faire l’imbécile. « Tu as peur pour moi ? De quoi tu parles là ? » J’étais intrigué. C’était qui cette elle ? Je ne comprenais pas grand-chose. Et puis moi avoir peur d’une femme ? Nooon.

J’hochais la tête, c’est bien, au moins, elle n’avait pas dit non et qui sait, peut-être ça lui changera les idées. Je réfléchis un instant, avant de répondre. « Hum … non pas vraiment. Au travail c’est un peu la routine. Je suis en train de préparer un gros dossier-là qui me prends pas mal de temps et puis … », je m’interrompis, ne sachant pas si je devais continuer à parler ou pas. Je n’étais pas vraiment le type d’homme à me confier, même à une amie, si je pouvais dire cela. Cela faisait maintenant quelques semaines que je dormais très mal la nuit. Je ne savais pas pourquoi, mais à chaque fois que je me réveillais, il y avait quelque chose qui me perturbait. Au bout d’un moment, j’avais décidé de noter sur un petit cahier, posé sur la table de chevet, les rêves dont je me souvenais. Après relecture, je me rendis compte que c’était toujours à peu près les mêmes rêves. En tout cas une petite fille était toujours présente. Et les rêves se déroulaient toujours de la même façon. D’ailleurs, il y a quelques jours en arrière, je m’étais réveillé avec des marques au poignet. Heureusement, elles n’étaient plus visibles. Autant dire que je dormais très mal. « Je sais pas ce que j’ai, mais je dors très mal ces derniers temps ». Je ne voulais pas mettre mes problèmes en avant ni parler de moi, après tout c’était elle qui avait besoin qu’on l’écoute et pas l’inverse. « Mais je ne vais pas t’embêter avec tout ça ». Du coin de l’œil je vis qu’elle fit une grimace dès qu’elle toucha au verre. Il était bon pourtant. I don’t know. Je la regardais avec un air souciant « Y a un problème ? C’est pas bon ? Tu veux autre chose ? »

_________________



BANG BANG,
YOU SHOT ME DOWN.


Revenir en haut Aller en bas
Adalyn Blackwell
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 117
√ Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mar 7 Juil - 19:16



You aren't going to leave me alone
are you?

    ft. Andrew & Barbara

   
La blague d’Andrew ne provoque même pas de rage en elle, elle se contente de sourire d’un air vaguement découragé. Il est incorrigible, ce type. Mais au fond, il l’amuse, même si elle ne l’avouera jamais. « T’inquiète, j’ai pas l’intention de te faire une crise. Une par jour, c’est suffisant. » Elle lâche un petit rire, et réalise avec étonnement que c’est la toute première fois qu’elle rit depuis plus de trois mois. Ça lui fait un bien fou, vraiment. « Mais je suis sérieuse, laisse tomber. Je ne peux pas t’en dire plus. »

Parler du travail est un bon sujet. Elle adore sa carrière, et si elle ne voit pas comment elle pourra un jour concilier son nouvel état et son travail, il lui fait plaisir d’en entendre parler. Si elle le pouvait, c’est avec bonheur qu’elle se plongerait à nouveau dans des dossiers compliqués, à étudier chaque preuve afin de coincer l’accusé. Elle est une avocate redoutable et talentueuse, tout cela est vraiment un gâchis. Lorsqu’Andrew parle de ses problèmes de sommeil, elle se redresse légèrement. Elle sait exactement de quoi il parle, elle-même a été victime des pires troubles de sommeil durant sa dernière année en tant qu’humaine. La faute à Ksenia, évidemment. « Tu ne m’embêtes pas. Je suis passée par là aussi, tu te rappelles des rêves dont je te parlais? Toujours les mêmes, avec la même gamine. C’était vraiment étrange. » Aujourd’hui, elle comprend que ses rêves n’étaient pas des fabulations de son inconscient, mais bien une infiltration de la part de la môme. « Au moins, je pouvais investir dans un excellent cache cerne pour camoufler ma fatigue… Contrairement à certains. » Elle ponctue sa blague d’un clin d’œil complice. Elle raconte n’importe quoi, il a toujours fière allure, et elle est certaine qu’il le sait. Et si Andrew ne devrait pas douter d’une chose, c’est qu’elle le trouve séduisant. Leur passé commun l’a confirmé plus d’une fois.

« J’ai l’estomac sensible dernièrement, sans doute le stress. Je ne pense pas que boire soit une bonne idée, au final. » Elle ment sans sourciller, maître dans l’art du mensonge. Pourtant, elle voudrait boire l’alcool pour se calmer, pour se donner une contenance. Sauf qu’il est absolument hors de question qu’elle s’impose une fois de plus la sensation horrible du scotch dans sa bouche, c’est donc avec précaution qu’elle pose le verre sur la petite table près d’elle, afin de ne pas se laisser tenter par ses vieux réflexes. Elle se contente donc de tirer sur sa cigarette, qui a au moins le mérite de conserver son goût authentique.

_________________


« fix you. »
And the tears come streaming down your face when you lose something you can't replace. When you love someone, but it goes to waste. High up above or down below when you're too in love to let it go. But if you never try you'll never know.
Revenir en haut Aller en bas
James Batthyány
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 257
√ Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mar 7 Juil - 19:44

You aren't going to leave me alone, are you?

Death ends a life, not a relationship.

Regardant rapidement autour de moi, balayant la pièce du regard, je remarquais que ma cigarette était en train de se consumer sur le bord du cendrier. J’avais vraiment besoin de sommeil moi, j’en étais au point d’oublier même ma cigarette quoi. Ça n’allait pas bien. Sa remarque me fit bien rire. « Encore heureux, et t’en a fait une bien belle avant. J’ai cru que t’allais me tuer ». Je lui souris et voyant que ma remarque de tout à l’heure l’a fit rire, ça m’apporte un peu de baume au cœur. C’était comme si tout à coup elle allait de nouveau bien, bien que je sache que ce n’était pas le cas. On ne peut pas changer aussi rapidement, à moins qu’elle soit bipolaire, ce que je doute fortement. Je levai les bras aux ciels. « C’est comme tu veux, je ne t’oblige en rien. Mais t’as piqué ma curiosité là, étant donné que tu dis que t’as peur pour moi », je tirais sur ma cigarette, avant qu’elle se finisse toute seule. « Je sais pas trop à quoi m’attendre du coup », je grimaçais légèrement, essayant de savoir ce qu’elle essayait de me cacher. Mais je n’avais pas le pouvoir de lire dans les pensées des gens, et encore, si ce pouvoir existait bel et bien […]

Je vidai d’un trait mon verre, avant de me lever pour me re servir. Je restais un moment début, pour me dégourdir les jambes. Je n’aimais pas trop rester assis trop longtemps sans bouger. Je n’allais pas une à deux fois par semaine à la salle de gym pour rester assis sur un fauteuil dès que je rentrais chez moi. Ce qu’elle me dit m’interloqua. J’avais effectivement oublié l’histoire de ses rêves, cela m’avait assez perturbé aussi à l’époque. C’était étrange. J’hochai la tête. « Oui oui je me souviens, maintenant que tu me le redis. Par contre je me souviens plus quoi comment mais oui ». Gamine. Elle rêvait d’une gamine à ce qu’elle disait. C’était quoi cette histoire ? Je me souvins vaguement de quelques rêves que j’avais pu faire, ces derniers temps, et il s’agissait d’une gamine aussi. Toute les personnes dont je rêvais, elles avaient toutes la tête d’une gamine, qui je ne sais pas moi, devait avoir dans les 10 – 12 ans, pas plus. Et certains rêves étaient assez malsains et perturbants. Très même. Normalement j’avais la capacité de contrôler mes rêves, enfin une partie, mais là plus du tout. Et toujours cette satané gamine. Comment était-il possible que Barbara rêvait elle aussi d’une gamine ? « Tiens, je rêve aussi d’une gamine … ». Je ne voulais pas en dire plus. C’était tellement horrible et malsain comme rêve, que je préférais le taire. Je ne voulais pas passer pour quelque chose dont je n’étais pas. « Ça passera », j’essayais plutôt de me convaincre moi-même et je passais une main dans les cheveux. J’espérais vraiment que ces rêves cessent. Sa remarque me fit bien rire et me fit sortir de mes pensées pas très joyeuses. « Hahaha. Je ne sais pas de qui tu parles là ». J’avais très bien compris qu’elle s’adressait à moi mais qu’elle n’en pensait pas un mot. Et puis bon, je prenais assez soin de moi comme ça pour savoir que je n’en avais pas pour l’instant.

Je ne fis aucun commentaire à sa remarque. Après tout, si elle ne voulait pas boire son verre se scotch, ce n’était pas mon problème. Chacun avait le droit de boire ce qu’il voulait. D’ailleurs, je rebus une gorgée. Je retournais m’asseoir auprès d’elle. Je regardais pour un court instant le sol, avant de reporter l’attention sur elle. Je ne savais vraiment pas quoi dire ni quo faire. J’avais l’impression de perdre mes moyens avec elle. pourtant, je n’avais aucun sentiment envers elle, nous avions juste une relation purement professionnelle … et physique de temps à autre. Je ne devrais pas réagir comme ça. « Je … », je pris une grande inspiration, ayant presque envie de me gifler. « Tu veux faire quelque chose pour te changer les idées ? »

_________________



BANG BANG,
YOU SHOT ME DOWN.


Revenir en haut Aller en bas
Adalyn Blackwell
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 117
√ Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mar 7 Juil - 20:32



You aren't going to leave me alone
are you?

    ft. Andrew & Barbara

   
Elle ne relève plus les allusions face au supposé danger dans lequel elle le met en le côtoyant. Elle a choisi de ne pas s’étendre sur ce sujet, et c’est tout naturellement qu’elle laisse mourir la conversation qu’ils ont à ce propos. De toute manière, les rêves d’Andrew l’intéressent beaucoup plus, sachant qu’elle a vécu une situation similaire. « Tiens, je rêve aussi d’une gamine … » Son cœur cesse de battre. Enfin, manière de parler, puisqu’il a cessé de battre près de trois mois auparavant. Normalement, on ne s’en ferait pas pour si peu. Après tout, qui n’a jamais rêvé d’un enfant? Mais là… On ne parle pas d’un seul rêve, mais bien de plusieurs. Cela ressemble trop à sa propre situation pour ne pas lui faire peur. « Elle ressemble à quoi? » Sa voix sonne un brin étranglée. Elle s’efforce de se calmer, de se convaincre que cela n’est qu’une coïncidence. « Je suis sérieuse, décris-la moi. » S’il lui parle de sa longue chevelure et de ses adorables yeux à la couleur du ciel, elle va en devenir folle.

« Je … Tu veux faire quelque chose pour te changer les idées ? » Elle hausse les épaules, puis hoche la tête. Après tout, pourquoi mettre fin à cette rencontre, alors qu’elle se sent bien pour la première fois depuis des semaines? Passer du temps en compagnie d’Andrew a toujours été agréable. Enfin, peut-être pas au début, mais dès l’instant où ils avaient laissé tomber cette ridicule rivalité, elle avait trouvé en lui un ami cher. Même plus, mais nul besoin d’en parler. Elle balaie la salle du regard, et observe longuement le piano qui se trouve de l’autre côté de la pièce. La soudaine envie de s’y installer la saisit, et elle se lève gracieusement, prenant la main d’Andrew dans la sienne afin de l’entraîner avec elle. En quelques pas, elle franchit la distance entre eux et l’instrument, et elle prend place sur le banc, laissant un espace pour Andrew. « Tu veux me jouer quelque chose? » Elle penche légèrement la tête sur le côté, esquisse un sourire charmeur.


_________________


« fix you. »
And the tears come streaming down your face when you lose something you can't replace. When you love someone, but it goes to waste. High up above or down below when you're too in love to let it go. But if you never try you'll never know.
Revenir en haut Aller en bas
James Batthyány
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 257
√ Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mar 7 Juil - 21:26

You aren't going to leave me alone, are you?

Death ends a life, not a relationship.

Assis sur le fauteuil, je jouais avec mon briquet, le faisant tourner entre mes doigts. Signe évidement de nervosité. Je n’arrivais pas à me sortir de la tête ce que venait de me dire Barbara. Cette histoire de gamine. C’était vachement perturbant. J’espérais au fond de moi que ce ne soit pas la même, car là, ça dépassait tout ce à quoi je croyais. Je n’osais pas non plus à quoi ressemblaient ses rêves. C’était trop gênant. Et vu son état, je n’étais pas sûre qu’elle supportera le choc si je lui en parlais. Même moi j’avais de la peine à comprendre quelque chose, alors encore moins. Je n’allais quand même pas l’emmerder avec ça, c’était elle qui était venue me voir, complètement au fond du bac. Pas l’inverse. Je pris une grande inspiration quand elle me demanda à quoi elle ressemblait. J’espérais au plus profond de moi que la gamine ne soit pas la même. Ou alors une simple coïncidence. Je réfléchis un moment, levant les yeux au ciel, signe que j’allais fouiller dans mes souvenirs. « Euh … c’est assez vague, mais je me souviens de deux trois trucs », je vidai mon verre d’un trait, avant de rajouter « Elle doit avoir entre dix – douze ans je pense. Je ne la vois pas tout le temps et la plupart du temps j’oublie, alors euh … sinon elle a de longs cheveux bruns, qui lui arrivent à peu près vers la taille, je crois. Et des yeux bleus », je soupirais. « C’est tout ce que je peux dire ».

En attendant qu’elle réponde à ma question, je m’allumais une nouvelle cigarette, mauvaise habitude chez moi. Soudainement je me rendis compte que j’étais vraiment un con des fois, je me tournais vers elle, et je fixai son verre de scotch entamé sur la table. « Tu veux boire autre chose ? » Après tout, ce n’est pas parce qu’elle le buvait pas qu’elle n’avait pas soif. J’eus juste le temps de remplir à nouveau mon verre et de me rasseoir qu’elle me prit la main et m’entraina plus loin, sans dire un mot. Mon cerveau s’était mis en marche, essayant de savoir à quoi elle jouer, ce qu’elle voulait. Mais je compris assez rapidement quand elle s’installa devant le piano. Je la regardais en fronçant un sourcil avant de m’asseoir à ses côtés. Nos jambes étaient collés l’une contre l’autre. il y avait moins de place ici. J’haussais les épaules, la regardant. Comment résister à ce regard ? « Si tu veux, mais j’avertis, ça fait 10 ans que je n’y ai plus touché ». Je passais mes mains sur les touches, les balayant. J’avais oublié qu’elle sensation cela faisait. Je fermai les yeux, pour me concentrer et par simple habitude, avant d’entamer les notes d’Hungarian Rhapsody n° 2. Mes mains allaient maintenant toutes seules, caressant les touches.

_________________



BANG BANG,
YOU SHOT ME DOWN.


Revenir en haut Aller en bas
Adalyn Blackwell
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 117
√ Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mar 7 Juil - 21:41



You aren't going to leave me alone
are you?

    ft. Andrew & Barbara

   
En entendant la description, Barbara ferme les paupières, pince les lèvres. Elle a bien peur que ses craintes soient fondées, et soyez assuré qu’à l’instant où elle retrouvera sa créatrice, elle lui demandera ce qu’il en est. Elle a compris, avec le temps, que Ksenia ne l’a choisie que pour atteindre Anton, son ancien époux. Et maintenant, elle cherche à atteindre Andrew, le seul autre homme pour qui elle ait de l’affection. Ça va beaucoup trop loin, elle doit décidément mettre des barrières à cette sale môme mal élevée. Elle se fiche complètement qu’elle soit son « enfant », dans ce cas-ci, c’est elle qui devra faire preuve d’autorité. Évidemment, elle ne se doute pas qu’elle est à des années lumières de la vérité, que Ksenia ne connaît sans doute même pas la nature de la relation qui la lie à Andrew… Elle le réalisera bien tôt ou tard. « Elle a des taches de rousseur sur le nez et les joues, pas vrai? » Il n’a même pas besoin de le confirmer, elle sent que ses doutes sont fondés.

« Non, c’est gentil. » À dire vrai, elle est assoiffée. Mais jamais elle ne demandera à Andrew de lui fournir ce qui pourrait lui étancher cette soif si puissante, si douloureuse. Elle lui sourit avec douceur alors qu’il acquiesce à sa demande, et c’est avec plaisir qu’elle entend les premières touches de l’instrument. Les mains d’Andrew volent sur les touches, reproduisant avec brio un morceau qu’elle n’a jamais entendu. Leur proximité toute nouvelle la trouble, mais pas autant que de le voir jouer. Il semble vivre la musique, celle-ci semble le posséder. Paupières closes, se laissant guider par la mélodie, il n’a jamais été aussi désirable. En silence, elle l’observe longuement, tentant de se faire oublier afin qu’il ne soit pas déconcentré dans son interprétation. Elle le laisse jouer, longuement, et c’est avec déception que le morceau prend fin, elle qui savourait chacune des notes. Elle réalise alors qu’elle n’a pas respiré depuis le début du morceau, et c’est maladroitement qu’elle remet sa respiration en marche, constatant que cela ne lui procure plus la même sensation qu’auparavant. Tout cela est bien étrange. Elle profite de l’immobilité d’Andrew pour appuyer sa tête contre son épaule, soupirant d’aise. « Pour quelqu’un qui ne joue plus, tu es excellent… »


_________________


« fix you. »
And the tears come streaming down your face when you lose something you can't replace. When you love someone, but it goes to waste. High up above or down below when you're too in love to let it go. But if you never try you'll never know.
Revenir en haut Aller en bas
James Batthyány
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 257
√ Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mer 8 Juil - 9:38

You aren't going to leave me alone, are you?

Death ends a life, not a relationship.

Rien que le fait de parler de mes rêves me mettait mal à l’aise, et je n’avais pas spécialement envie d’en parler avec elle. Enfin. Je n’avais envie d’en parler à personne. Cela faisait maintenant quelques temps que je pouvais de nouveau dormir correctement, sans voir cette petite fille, mais jusqu’à quand ? J’avais presque oublié à quoi elle ressemblait et qu’elle squattait mes rêves. Jusqu’à maintenant. Pourquoi lui avais-je dis que je dormais mal ? Et pourquoi elle me parla de cette petite fille ? Ça ne pouvait quand même pas être la même. Il y avait quelque chose de louche là-dessus. Je lui décrivis donc, du mieux possible, à quoi elle ressemblait. Une fois la description faite, elle me posa une dernière question. « Je crois, je suis plus sûr », je bus une gorgée du verre que je venais remplir et je me tournais vers la jeune femme. « Comment tu sais tout ça toi ? », j’étais vraiment perturbé maintenant. Rien que le fait qu’elle me dise qu’elle avait peur pour moi tout à l’heure et maintenant ça … Ce n’était pas du tout rassurant.

Assis devant mon piano, collé malgré moi à elle, pas assez de place pour deux, je fis glisser mes mains sur les touches. Je n’avais plus pratiqué le piano depuis 10 ans, je ne lui avais pas menti, mais les gestes revinrent automatiquement, comme si mon cerveau ne les avait jamais oublié et que j’avais continué à jouer pendant cette décennie. Ça devrait être comme le vélo, on n’oublie jamais. J’avais choisi de jouer Hungarian Rhapsody n° 2, une des toutes premières partitions que j’avais appris étant petit. C’était certainement celle que je devais le plus maîtrisé. Pendant toute la durée du morceau, j’avais l’impression d’être tout seul dans la pièce. Plus rien n’existait autour de moi. Ni Barbara, ni mes craintes. Tout s’envola. Quand mes doigts touchèrent les dernières touches, j’étais presque déçu que ce moment se termine déjà. Barbara pencha sa tête sur mon épaule et je tournai la tête vers elle, du moins ce que je pouvais sans la déranger. Je lui souris timidement. Je n’aimais pas vraiment recevoir des compliments, j’étais plutôt modeste, surtout quand il s’agissait du piano. « Merci ». C’était la seule chose que j’avais réussi à dire. Je posai une main sur mon genou et l’autre alla gentiment caresser les cheveux de la jeune femme. Je dois l’avouer, ça m’avait manqué de me retrouver en sa compagnie, sans arrière-pensées bien entendu.

_________________



BANG BANG,
YOU SHOT ME DOWN.


Revenir en haut Aller en bas
Adalyn Blackwell
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 117
√ Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mer 8 Juil - 16:42



You aren't going to leave me alone
are you?

    ft. Andrew & Barbara

   
La caresse dans ses cheveux la fait frémir. Depuis sa transformation, sa manière d’apprécier ses sensations est on ne peut plus différente. La caresse se veut chaste, mais elle éveille en elle un désir puissant, une soif avide. Un gémissement satisfait s’échappe de ses lèvres, qu’elle tente de camoufler en une toux bien maladroite. Si une simple caresse du genre éveille tant de trouble en elle, elle n’ose imaginer ce que serait une réelle étreinte. L’envie de tenter l’expérience lui effleure immédiatement l’esprit, mais elle la repousse, ne se sachant pas suffisamment en contrôle pour risquer une telle chose. Observant la main d’Andrew qui repose sur son genou, elle y pose sa propre main, apprivoisant sa peau chaude, vivante. La sienne, glaciale, effleure l’épiderme, taquine les phalanges. Oui, vraiment, les sensations sont décuplées, et chaque geste pourtant anodin prend l’expression d’un érotisme démesuré. Troublant. Ne souhaitant pas nécessairement glisser vers ce terrain, elle se redresse, retire sa main. Elle va même jusqu’à s’écarter légèrement sur le banc, afin de ne plus le toucher. Position inconfortable, alors qu’elle n’a plus qu’une petite partie de son corps posé sur le banc, le reste tenant en équilibre. Il lui est difficile de s’éloigner, car chacune des particules de son corps tend vers lui, elle meurt d’envie de le toucher de nouveau, de répéter l’expérience. Mais elle préfère la sécurité à l’envie.

« Tu sais… », commence-t-elle d’une voix hésitante, sentant qu’elle regrettera ses paroles. « Je crois que tu rêves de la même fille que moi. » Elle en est certaine. Peut-être qu’elle a tort, elle l’espère d’ailleurs. Mais son intuition lui dicte le contraire. « Elle est dangereuse, étrangement. Je sais bien que ça ne fait aucun sens, mais c’est la vérité. » Elle soupire. Elle avait pourtant réussi à échapper aux sujets de conversation compromettant, pourquoi faut-il qu’elle ramène le tout dans le vif de la conversation?


_________________


« fix you. »
And the tears come streaming down your face when you lose something you can't replace. When you love someone, but it goes to waste. High up above or down below when you're too in love to let it go. But if you never try you'll never know.
Revenir en haut Aller en bas
James Batthyány
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 257
√ Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mer 8 Juil - 18:37

You aren't going to leave me alone, are you?

Death ends a life, not a relationship.

Je lui caressais gentiment les cheveux. Je trouvais qu’elle avait une belle chevelure brune, un peu ondulée. J’aimais y passer mes doigts. J’avais presque oublié la sensation que cela me produisait. Mais il ne fallait pas que je pense à tout cela maintenant. Quand elle était arrivée chez moi, elle était à moitié folle de rage avant de m’avouer qu’elle n’allait pas bien, alors qu’elle ne pouvait pas m’en parler, je n’allais donc pas profiter de la situation, ni de sa faiblesse. Quand elle posa sa main sur la mienne, je la laissais là. Je n’avais aucune raison de la repousser. Je ne voulais pas me l’avouer, mais ce genre de moment « intimes », si on pouvait l’appeler comme ça m’avait quand même manqué. Et dire que je m’étais privé de toute sensation après l’assassinat de ma femme et de ma fille, allant jusqu’à m’enfermer une année entière chez moi. Je devais être fou. J’étais bien content que j’avais décidé de reprendre ma vie en main, je ne sais pas ce que je serai devenu sinon. Je tournais la tête sur le côté et je fermais les yeux. Je ne voulais pas qu’elle sache que je profitais du moment, espérant qu’il dure éternellement. Il n’y avait rien de mieux que le contact humain, sauf, que, il se rompit aussi vite qu’il avait commencé. Barbara se poussa un peu sur le côté, se trouvant assis que sur une fesse et l’autre dans le vide. Bizarre. Tu sais … Je me préparais à la suite, curieux de savoir ce qu’elle allait me dire. Et elle me reparla de cette fille, je soupirais, levant les yeux au ciel. « Barbara. Je ne veux pas parler de ça, d’accord ? », je pris une grande inspiration. Non, en effet, ça n’avait aucun sens, je ne voyais pas comment elle pouvait être dangereuse, et de toute façon, je ne pensais plus à elle maintenant. J’avais enfin réussi à oublier mes rêves et voilà qu’elle remettait ça sur le tapis. Elle avait tout gâché. « Tu veux rester là où tu veux retourner sur le canapé ? », je la regardais en souriant, sa main toujours posée sur la mienne. « Ou tu veux faire autre chose ? »  

_________________



BANG BANG,
YOU SHOT ME DOWN.


Revenir en haut Aller en bas
Adalyn Blackwell
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 117
√ Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mer 8 Juil - 19:44



You aren't going to leave me alone
are you?

    ft. Andrew & Barbara

   
Si elle comprend l’obstination à Andrew, elle n’en est pas moins furieuse. Elle-même ne parlait de ses rêves à personne. Elle ne les avait mentionnés qu’à quelques reprises, sans pour autant aller dans le vif du sujet. Comment expliquer que ses songes avaient des répercussions bien réelles dans sa vie? Comment expliquer que la torture subie durant ses terreurs nocturnes lui laissait de réelles contusions? On l’aurait traitée de folle, on l’aurait peut-être même accusée de s’infliger elle-même toutes ces marques. Elle ne pouvait pas savoir à l’époque qu’elle ne glissait pas dans la folie, mais qu’elle faisait simplement connaissance avec une partie de son monde jusque-là inconnue. Si elle connaissait l’existence des vampires et autres créatures depuis longtemps, elle ne se doutait pas de leurs pouvoirs particuliers. Elle hoche donc la tête avec regret, soupirant bruyamment. Il y a tant de questions qui défilent dans son esprit, elle voudrait tellement connaître la nature des rêves d’Andrew!

« Ça t’embête si on sort? J’ai besoin d’air, je pense. » Sans attendre, elle se lève, et se prend une nouvelle cigarette dans le paquet d’Andrew, lui adressant un sourire d’excuse. « Je t’achèterai un paquet. » Histoire de politesse. Elle sort à l’extérieur, immédiatement soulagée par l’air pur. La nuit est fraîche, mais cela ne lui pose aucunement problème. Tirant sur sa cigarette, elle avance jusqu’au fauteuil extérieur, s’y assoit avec grâce, son regard se perdant dans la contemplation de l’au-delà. « C’est bien sur ce fauteuil qu’on a… enfin. », demande-t-elle à Andrew, faisant référence à la première fois où elle est venue chez lui. « Le ciel n’était pas aussi magnifique qu’il l’est ce soir. Ou peut-être que j’étais simplement distraite par autre chose. » Un sourire taquin illumine son visage.


_________________


« fix you. »
And the tears come streaming down your face when you lose something you can't replace. When you love someone, but it goes to waste. High up above or down below when you're too in love to let it go. But if you never try you'll never know.
Revenir en haut Aller en bas
James Batthyány
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 257
√ Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mer 8 Juil - 20:26

You aren't going to leave me alone, are you?

Death ends a life, not a relationship.

Pensant avoir été assez clair concernant mes rêves, je me levai du tabouret et je me dirigeai de nouveau vers la table du salon, ou nous étions installés tout  à l’heure pour reprendre mon verre que j’avais laissé de côté. Je le vidais d’un trait avant de m’en servir un autre. Elle ne me fit aucune remarque, c’était au moins ça. Je lui expliquerai un jour. Ce n’était pas contre elle que je ne lui parlais pas de mes rêves, mais j’avais peur de lui dévoiler le contenu. De ce qu’elle pense. Même moi j’avais de la peine à y croire, alors quelqu’un d’autre ? Certainement pas. Et puis bon, ce n’était pas du tout normal de rêver de coucher … avec une enfant. Ayant déjà dû accusé des pères ayant abusés de leur enfant, je savais ce que cela faisait. D’ailleurs, à chaque cas du genre, j’avais toujours de la peine à dormir. Je n’arrêtais pas de penser aux visages détruits des enfants, à leur vie qui ne sera jamais plus comme avant. Alors il était hors de question que je passe de l’autre côté, alors que je détestais par-dessus tous les gens qui faisaient ça. Je ne pouvais tout bonnement pas en parler. En tout cas pas maintenant, peut-être plus tard ou alors une autre fois.

Je sortis de mes pensées quand elle me demanda si ça m’embêtait de sortir. Je secouais la tête. Pas du tout. Et un peu d’air frais me fera le plus grand bien. Elle s’approcha de la table et prit une cigarette dans mon paquet. « T’inquiète pas pour ça », je lui souris. Je pris aussi une cigarette et je rangeai mon paquet. Etant donné qu’on allait dehors, ça nous évitera de faire des aller-retour pour rien. Je viens m’asseoir à ses côtés, étant presque collé cuisse contre cuisse. Il n’était pas trop long non plus, c’était un simple deux places alors qu’il y avait un fauteuil plus grand pas loin. Je posai mon verre sur la table devant nous et je ramenai le cendrier à notre auteur. Je tirai légèrement sur ma cigarette, profitant de la fraîcheur sur ma peau. Il faisait bon. Je ne répondis pas de suite, mon corps se figeant. J’essayais de garder une expression neutre, mais dans telle situation, ce n’était pas très simple. « Euh … oui je crois ». Je plissai les yeux, essayant de me souvenirs. C’était la première fois qu’elle venait chez moi, et de fil en aiguille, on avait atterri sur ce fauteuil, complètement dénudés. Sa remarque me fit bien rire. « Je ne peux pas vraiment te répondre. Je n’ai pas vraiment fait attention au ciel », je m’interrompis pour tirer sur ma cigarette, avant de rajouter « si tu vois ce que je veux dire ». Je lui fis un clin d’œil. Tout naturellement, et sans m'en rendre compte, je passais mon bras autour de son cou, caressant légèrement la base de la peau, et posant mon autre main, après avoir éteint ma cigarette, sur son genou. 

_________________



BANG BANG,
YOU SHOT ME DOWN.


Revenir en haut Aller en bas
Adalyn Blackwell
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 117
√ Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mer 8 Juil - 20:48



You aren't going to leave me alone
are you?

    ft. Andrew & Barbara

   
Elle pouffe de rire à la réponse d’Andrew. Elle non plus n’avait pas fait attention au ciel, à l’époque. Disons qu’elle était beaucoup trop occupée à profiter du moment présent, à profiter de la chaleur masculine apportée par Andrew. Il avait été le premier – le seul – après Anton, et si au départ elle s’était sentie toute drôle de coucher avec un autre homme, elle avait vite embrasé la chose. Le côté improvisé de leurs moments avait toujours quelque chose d’excitant, contrairement au côté conventionnel de la chose qu’elle avait connu avec son époux. Certes, Anton avait été un amant qui la comblait parfaitement, mais vers la fin de leur couple, leurs ébats avaient toujours quelque chose de calculé. Surtout pendant qu’ils tentaient d’avoir un enfant, ils en étaient à calculer les jours, même les heures propices à la fertilité. Le tout avait fini par devenir très lassant, premier signe du déclin de leur amour mutuel. Avec Andrew, tout était tellement différent. Déjà, le fait qu’ils soient collègues avait compliqué les choses, les relations du genre étant assez mal vues au travail. Ils avaient donc dû se retrouver dans le plus grand des secrets, et ce côté clandestin avait quelque chose d’incroyablement excitant. Et puis, leurs rendez-vous n’étaient jamais prévus d’avance, ce qui apportait un aspect spontané qui n’était pas pour déplaire. Elle ne s’était jamais lassée de lui, et elle commençait à réaliser, bien malgré elle, qu’il lui avait manqué durant ces mois de silence.

Le simple fait de se remémorer ces instants éveille son désir, et elle s’efforce de ne pas se laisser submerger par lui. Le bras qu’Andrew passe autour de son cou la fait frémir, et sans réfléchir, elle se love contre lui, retrouvant la sécurité de ses bras. Repliant légèrement ses jambes, elle apprécie la chaleur de sa main contre sa peau glaciale. Elle pose une main sur le torse d’Andrew, ses doigts se faufilant dans l’ouverture de sa chemise, effleurant doucement sa peau. Si elle était plus forte, elle réaliserait qu’elle doit partir. Mais elle est faible, si faible… Elle respire son odeur à pleins poumons, va jusqu’à déposer un baiser au cou d’Andrew, là où une veine alléchante palpite.


_________________


« fix you. »
And the tears come streaming down your face when you lose something you can't replace. When you love someone, but it goes to waste. High up above or down below when you're too in love to let it go. But if you never try you'll never know.
Revenir en haut Aller en bas
James Batthyány
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 257
√ Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mer 8 Juil - 21:48

You aren't going to leave me alone, are you?

Death ends a life, not a relationship.

La voir rigoler de nouveau me mit de nouveau un peu de baume au cœur. Je ne sais pas pourquoi, mais depuis toujours, j’adorais l’entendre rire. Que ce soit ici, ou au bureau avec nos autres collègues. Elle n’avait pas besoin de répondre, j’avais de suite compris ce que son rire signifiait. Je me mis à rigoler avec elle. C’était comme ça, elle avait un rire communicatif. Effectivement, la dernière fois qu’ils s’étaient retrouvés sur cette terrasse, c’était quelque temps avant sa disparition de la surface de la terre. Ils avaient été coéquipiers sur une grosse affaire et ils avaient gagné le procès. La soirée s’était poursuivie au bar, comme à leur habitude, à la seule différence que Barbara n’était plus en état de conduire. Elle allait bien, elle tenait débout, était consciente, mais elle n’était tout simplement pas en état de conduire. Je lui avais donc proposé de venir dormir chez moi, dans la chambre d’ami. N’étant pas non plus en état de conduire, nous avons fait le chemin du retour à pied, habitant plus près du bar qu’elle. Dès que nous étions arrivés à la maison, je lui avais proposé un dernier verre avant d’aller se coucher, et la soirée était bonne, nous étions sorti sur la terrasse, se rapprochant de plus en plus jusqu’au moment où nos habits éparpillèrent le sol. Ici-même. Sur ce fauteuil. Autant dire que je n’avais plus trop fait attention au ciel. Et cette nuit-là, quelque chose de bizarre c’était produit. C’était la première fois que je ne culpabilisais plus de coucher avec d’autres femmes autres que ma femme. Y en avais pas de masses non plus, juste elle, principalement depuis quelques temps, et Judith, avec laquelle ce n’était pas pareil qu’avec Barbara. Si je pouvais m’en débarrasser je serai content.

Dès que Barbichette (héhé) se lova contre moi, je l’entoure de mes bras, alors qu’il ne fait pas du tout froid, simple reflexe. J’avais envie de la protéger, ou tout simplement de la prendre dans ses bras. J’avais envie de son contact contre ma peau, malgré le fait qu’on ait encore nos vêtements. Elle passa ses jambes sur mes genoux, et j’en profitais pour poser une de mes mains sur une de ses jambes, la passant sous sa jupe, et remontant jusqu'à sa cuisse. Quand elle posa sa main sur mon torse et faufila ses doigts entre l’ouverture des boutons, je me crispai. Non pas que je n’aimais pas ça, loin de là, mais c’était une agréable sensation et mon corps avait tendance à réagir bizarrement. Un courant électrique passa au même moment dans toute ma colonne. Malgré tout, il y avait quelque chose de bizarre. Sa main était complètement gelée. Je ne me posais pas plus de questions pour le moment, profitant du moment, ne voulant pas arrêter ce moment pour rien au monde. Avec mon autre main, que j'enlevai d'autour de son cou, je la posai vers la naissance de sa poitrine, pour en pas trop précipité les choses. J’approchais mon visage du sien et lui mordillai la lèvre, la regardant dans les yeux, esquissant un sourire. Ensuite, arrêtant de la mordiller, toujours la regardant, je lui demandais, chuchotant presque : « Tu … tu vas bien, t’es sûre ? ». J’étais gêné de poser cette question, mais sa froideur me perturbait un peu et je ne voulais pas obliger à faire quelque chose alors qu’elle n’était pas en état.  

_________________



BANG BANG,
YOU SHOT ME DOWN.


Revenir en haut Aller en bas
Adalyn Blackwell
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 117
√ Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Mer 8 Juil - 23:00



You aren't going to leave me alone
are you?

    ft. Andrew & Barbara

   
Ses dents sur sa lèvre. Un long frisson la parcoure, et elle lui rend son regard. Le sien est brillant de malice et de désir. L’instant, bien que délicieux, est trop éphémère, et déjà il s’éloigne. Elle voudrait le retenir, le rapprocher afin de mieux goûter à ses lèvres qu’elle n’a qu’effleurées. « Tu … tu vas bien, t’es sûre ? » Il freine ses envies, et elle esquisse un sourire triste, haussant légèrement un sourcil. Non, elle ne va pas mieux. Sans doute qu’elle n’ira jamais mieux, d’ailleurs. Peut-être que dans un avenir éloigné, elle saura apprécier sa condition. Peut-être même qu’elle repensera à cet instant en riant, pauvre petite nouvelle née qui ne sait pas s’adapter dans sa nouvelle réalité. Dans l’immédiat, elle n’arrive pas à voir comment elle pourrait en arriver jusque là, trop contrariée par la chose pour imaginer un jour l’embraser. « Tu penses vraiment que deux cigarettes et un morceau de piano vont régler tous mes problèmes? » Elle se rend compte qu’elle est un brin sèche, et tente d’adoucir ses propos. « Je croyais que tu me connaissais mieux que ça… » Elle lui sourit, avec sincérité. Il est toutefois vrai qu’elle se sent beaucoup mieux que lorsqu’elle est arrivée chez lui. Il faut croire que la simple présente d’Andrew a un effet apaisant sur elle, ou est-ce parce qu’il est la première personne qu’elle côtoie depuis cette nuit où Ksenia l’a fait sienne?

Fermant les paupières, elle s’avance légèrement vers Andrew, dépose ses lèvres sur les siennes. Cette fois, elle ne fait pas que les effleurer, elle les embrasse avec délice, goûtant pleinement à celles-ci. Un baiser lascif, ardent, qui contraste beaucoup avec la froideur de sa peau, de ses lèvres. Elle est envahie par ses sensations, et c’est avec beaucoup de difficulté qu’elle s’éloigne, ne souhaitant pas déraper plus que nécessaire. Il lui faut quelques secondes pour qu’elle reprenne ses esprits, court moment durant lequel elle ne lâche pas Andrew du regard. « Je me sens bien avec toi. Merci. »

_________________


« fix you. »
And the tears come streaming down your face when you lose something you can't replace. When you love someone, but it goes to waste. High up above or down below when you're too in love to let it go. But if you never try you'll never know.
Revenir en haut Aller en bas
James Batthyány
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 257
√ Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Jeu 9 Juil - 11:18

You aren't going to leave me alone, are you?

Death ends a life, not a relationship.

Je ne voulais pas interrompre ce moment mais ma question était sortie toute seule. Je n’avais pas réussi à contrôler mes pensées et je les avais dites à voix haute. J’aurais été capable de me gifler rien que pour ça. La regardant droit dans les yeux, ma main toujours posé contre sa cuisse, je secouais la tête. « Bien sûr que non. Mais je ne parlais pas de ça ». Ma question ne concernait pas vraiment son état, son moral, du pourquoi elle n’allait pas bien, mais plutôt sur le fait qu’elle était frigorifiée, alors que la soirée était plutôt douce. On était au mois de juillet, pas en décembre et je n’arrivais pas à comprendre. J’haussais les épaules. « Laisse tomber, oublie ». Je lui souris légèrement, espérant qu’elle n’allait pas m’en vouloir. Je ne relevai pas sa remarque suivante. En effet, je ne la connaissais pas vraiment. Les seules fois ou on se côtoyait c’était au travail, quand elle y allait encore. Nous étions simples collègues, donc on se connaissait comme tels, et pas plus. Bien évidemment elle savait que j’étais veuf et que j’avais perdu ma fille et moi qu’elle était divorcée, mais après, je ne connaissais pas grand-chose d’autre. Et ce n’est pas le fait de passer de temps en temps une bonne soirée en sa compagnie que j’allais mieux la connaître. Les sujets de discussions étaient souvent les mêmes, évitant la part privée de l’un et l’autre et on finissait souvent au lit ensuite. Je la connaissais, mais pas assez pour savoir comment elle allait réagir.   

L’instant suivant, Barbara s’approche de mon visage. Bon, c’était un bon signe. Elle ne tirait pas la gueule au moins. Heureusement. On ne savait jamais comment une femme allait réagir, elles étaient très souvent imprévisibles. Elle vint appuyer ses lèvres sur les miennes, m’embrassant lascivement et ardemment. Je passais ma main derrière sa nuque, passant mon pouce le long de sa colonne et caressant toujours sa cuisse de l’autre main. C’était un baiser agréable, malgré le fait de cette sensation de froid bizarre. Cette fois-ci, ayant retenu la leçon de tout à l’heure, je ne fis aucun commentaire. J’avais déjà gâché le moment une fois, je n’allais pas le faire une deuxième fois. Je me laissais alors tout simplement faire, gardant mes pensées pour moi. Dès qu’elle se détacha, elle me regarda droit dans les yeux, ce que je fis aussi, lui souriant. Sa remarque me piqua un peu au vif, ne sachant pas vraiment comment y répondre. J’optai tout simplement  pour un simple « Moi aussi je me sens bien avec toi ». Sincère. Et c’était vrai. Cela faisait depuis le décès de ma femme que je ne me sentais plus autant bien qu’avec elle. C’était la seule qui produisait cet  effet sur moi. Moi qui pensais ne plus jamais connaître ça. Le seul souci, c’est que malgré le fait que j’appréciais fortement Barbara, et que je me sentais de nouveau bien avec elle, j’avais toujours une sorte de mur devant moi qui m’empêchait d’avance. Je ne voulais tout simplement plus m’attacher à quelqu’un. Certes, j’étais attaché à Barbara, mais d’une autre manière. Sortant de mes pensées, j’approchais mon visage du sien, et je me penchai vers elle pour lui chuchoter « Ici ou ailleurs ? ». Peu importait l'endroit, on savait très bien tous les deux comment cette soirée allait se finir, sauf imprévu, mais je lui laissais le choix de l'endroit.

_________________



BANG BANG,
YOU SHOT ME DOWN.


Revenir en haut Aller en bas
Adalyn Blackwell
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 117
√ Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie Jeu 9 Juil - 16:26



You aren't going to leave me alone
are you?

    ft. Andrew & Barbara

   
« Moi aussi je me sens bien avec toi » Un sourire passe sur ses lèvres. Il ne peut imaginer à quel point ces paroles lui font du bien. L’impression de compter pour quelqu’un, de ne pas simplement être une tare qu’on traine par obligation. Depuis son divorce, elle se sent incroyablement seule, et si elle s’est épanouie dans sa vie professionnelle, on ne peut en dire autant de sa vie sociale. Elle n’est pas amoureuse d’Andrew, ne s’imagine pas dans l’immédiat que leur relation mènera éventuellement à une relation de couple. Mais elle sent qu’elle compte pour lui, et d’une certaine manière, c’est tout ce qui compte. « Ici ou ailleurs ? » Peu importe. Ils savent l’un comme l’autre ce qui arrivera dans les prochaines minutes, le lieu où cela se passera est le cadet de ses soucis. On pourrait croire qu’ils sont trop vieux pour s’adonner à leurs étreintes un peu n’importe où, et pourtant… Leur passé commun leur a largement prouvé qu’ils savaient innover lorsque venait le temps des ébats. Tout de même, elle se lève, lui prend les mains pour l’attirer à elle, lui volant du même coup un baiser rapide. « Viens.. » Son intention est d’aller à la chambre d’Andrew, par souci de confort et d’intimité. Ses mains enlaçant toujours celles d’Andrew, elle se met à marcher vers l’intérieur, guidant le chemin. Toutefois, dès qu’elle entre dans le salon qu’ils viennent pourtant juste de quitter, elle se tourne de nouveau vers lui, le regard brillant de cette étincelle si caractéristique au désir pur. Elle l’enlace, l’attire vers elle avec une force nouvelle, inhabituelle. Et joint ses lèvres aux siennes, taquine sa langue de la sienne, tout en faisant quelques pas à reculons pour tenter de le diriger vers l’endroit choisi. Elle sent bien qu’ils n’y arriveront pas, l’envie est trop forte pour être repoussée ne serait-ce que quelques instants…

_________________


« fix you. »
And the tears come streaming down your face when you lose something you can't replace. When you love someone, but it goes to waste. High up above or down below when you're too in love to let it go. But if you never try you'll never know.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
poisoned soul

MessageSujet: Re: You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie

Revenir en haut Aller en bas

You aren't going to leave me alone are you? feat. Andrew & Barbie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Leave-in conditioner Argan oil de Creme of nature: que du cracra!!!
» Leave-in conditioner liquide
» Liste de bons leave-in
» Kimmaytube leave-in
» Leave-in fait maison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POISONED SOUL :: RP-