Il ne faut pas oublier de laisser un petit commentaire sur prd et bazzart.
Merci de privilégier les inscriptions masculines.

Partagez|

An old blues song. ▬ Nicky & Alcide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: An old blues song. ▬ Nicky & Alcide Jeu 11 Juin - 6:18

-Monsieur, l’on a besoin de vous en pré-travail trois. - Chouette… Si l’infirmier n’a pas remarqué, j’ai la main dans l’intimité d’une autre femme pour l’examiner alors… Ce n’était pas trop le moment. Enfin bref, je me contente de lui répondre par un hochement de tête. Je sais ce que l’on pense des hommes sages femmes et non, je n’avais aucune perversion de ce genre. J’aidais des enfants à naitre et c’était cela qui me motivait. Croyez-moi, je me passerais de voir certaines femmes nues. Je me passerais de bafouer leur pudeur. Mais je fais mon travail et malgré mon allure qui pouvait paraitre étrange dans la profession. Je suis doué. Vraiment. Quoi qu’il en soit ce fut une journée éreintante. Six accouchements dans la mâtiné et ma garde ne finissait qu’à dix-neuf heure. Seulement, tout cela semblait se décanter vers quatorze heure. J’avais fait le tour du service avec ma collègue et une petite étudiante de troisième année qui se débrouillait plutôt bien. Toute cette odeur de sang, de chair… Je me sentais étrange. J’avais pensé que je ne pourrais jamais reprendre le travail, que j’étais bien trop cinglé et excité par des choses aberrantes. Je me surprenais à aimer la viande saignante et avoir une nouvelle aversion envers les légumes bien que je m’y forçais car si en plus d’être de petite taille je devais être en surpoids je ne ressemblerais plus à rien.

J’étais dans la salle de soin, à regrette que l’on n’ait plus besoin de moi en pré travail trois. L’infirmier faisait les transmissions à sa collègue d’après midi que j’avais gentiment salué d’un signe de main. Je m’ennuyais comme un rat mort pendant ce temps autant se l’avouer. Je fis mine de m’intéresser à un bouquin tandis qu’ils parlaient des patientes présentes dans le service. Je jetais de temps à autre un coup d’œil à l’infirmière d’après midi. Quand je parlais de toutes ces choses qui m’excitaient… Elle en faisait grandement partie. Mes sens en éveil et dans cette odeur de pénicilline, de surfanios et de gel pour les mains ; perçait son doux parfum féminin. Parfois l’infirmier me pose des questions ou confirmation sur certains patients et je répondais distraitement. A la fin des transmissions, certains repartaient chez eux et d’autres se mirent à la tache. L’aide soignante à débarrasser les tables et l’infirmière probablement allait-elle se mettre à préparer les injectables que j’avais prescrits. Lorsque Nicky était affectée à mon service, cela était à mes yeux, un plaisir constant. J’étais encore nouveau dans le service et souvent j’étais bien obligé de lui demander où se trouvais certains produits. Elle anticipait beaucoup ce que je cherchais et l’on pouvait bien dire que c’était une infirmière très talentueuse. Je l’entendais bien ricaner quand j’ouvrais la porte des toilettes alors que je cherchais vraisemblablement la réserve, que je refermais la porte l’air de rien avant de me décaler de quelque pas pour accéder au bon endroit.

J’ai refait un tour des chambres et je me suis installé dans l’office et servi un café. Quand la jolie brune fit son apparition dans la pièce j’émergeais de mes songes. Evidement que je pensais à mes enfants. Je ne faisais que cela, voir des gosses et regretter les miens. « Après-midi calme… » Lui disais-je, ceci dit il ne fallait jamais crier victoire car un ras de marré de poche fissurée pouvait débarquer à tout moment. Je remplissais sa tasse d’eau pour son thé. Contrairement aux fantasmes, les blouses d’infirmière ne mettent pas aussi bien en valeur les courbes des femmes. Pour ce qui était de ma blouse, j’avais été épargné de porter de rose malgré son statut et portait ses blouses bleues marine réservées aux médecins. Mes doigts tatoués s’enroulaient autour de cette tasse que je portais à mes lèvres, l’observant toujours du coin de l’œil sans vraiment m’en lasser. Elle allait finir par croire que j’étais un véritable pervers. Mais quand le boulot n’était pas là pour me distraire ; je me laisser vaquer à ses pensées que l’on ne dit jamais.
Revenir en haut Aller en bas

An old blues song. ▬ Nicky & Alcide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Godetia 1966 (la collection de photos de Nicky)
» baby blues
» Chris Rea & Vargas Blues Band
» baby blues pre-natal?
» Petit blues et questionnement sur la prise de sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POISONED SOUL :: RP-