Il ne faut pas oublier de laisser un petit commentaire sur prd et bazzart.
Merci de privilégier les inscriptions masculines.

Partagez|

Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 9:45


   FROM @Maumauu & Tumblr / CELEBRITE @Hugh Dancy

Caravaggio, Judah
   People don’t always tell you what they are thinking. They just see to it that you don’t advance in life.

   
nom ; Douce litanie qui égaye ces nuit où l'égaré hurle à la mort et pleure son angoisse en se laissant tomber contre les murs. Le corps s'agite de soubresauts quand le sang se répand dans les larmes qui coulent. Bientôt il n'y aura plus rien, tout sera noir, et le silence reviendra par delà le sifflement macabre de ce corps alangui. L'égaré est mort, ne reste désormais plus que l'ombre du Caravaggio qui, toujours, ère accroché à son destin maudit. ~ prénom ; Comme un parfum de péché originel, une traîtrise marquée au fer rouge dans un prénom qu'il aura lui-même choisi, Judah. Personæ brisé d'un être qui se reconstruit d'autant de chairs en lambeaux que de le poussières de ces âmes qu'il aura réduit à néant. Monstre, crache-t-on sur son passage, et dans le panache de ses méfaits il dévoile la plus sombre de ses infamies, traître à ce qu'il fut un jour, il n'est désormais plus qu'un prédateur agissant dans l'ombre de ces nuits obscures.  ~ âge ; Le corps est à peine marqué des stigmates d'un temps qui, incessamment, s'égraine. Tic tac ronronnant qui toujours laisse les cœurs meurtris et se nourri des vagissements de ces nouvelles victimes. Pourtant, lui se fait statue de cire, immuable, imperturbable, sous le glas des âges qui tombent en ruines. Vestige des temps jadis, il est le cercueil de bien des souvenirs, le berceau de quelques légendes, et sur les massacres de ses innombrables vies les civilisations se sont reconstruites. Presque deux millénaires, et avec une certaine vanité plus qu'ennuyée, il ne s'amuse déjà plus à compter.  ~ origines ; Véritable bouillon de culture aux connaissances aussi vastes que le monde qui l'a vu naître, il est bien difficile de savoir d'où vient l'ombre qui pourfend. Secret bien gardé, comme par crainte de se voir rappeler les souvenirs liés à une vie que trop humaine et à jamais refoulée. Pourtant il fut un temps où il était de ceux qu'il abhorre désormais, et fut une proie à l'image de celles qu'il chasse pour s'en nourrir autant que pour s'en divertir. Il était de ces Saxons qui se battaient contre les Pictes, il était de ses guerriers farouches qui arpentait les Landes d'une Bretagne oubliée. Mais il n'est plus rien qu'une ombre désormais, une ombre faite d'autant de débris que d'illusions, rien d'autre qu'un amas de secrets déroutants.  ~ race ; Vampire sans âge et sang raison, voilà que trop d'années déjà qu'il arpente un monde qui s'abandonne aux désirs et aux infamies. Si certains de sa race ne le comprenne plus, lui se laisse transporter par le besoin iridescent de se faire bercer par les vices qui en découlent. L'ombre est là, elle veille à jamais éveillée, cherchant la distraction qui trompera son ennui. L'ombre se repaît de cette infamie qui déjà les submerge. ~ clan ; Voila donc le monstre qui se tapis dans l'ombre des monstres des contes, vil et méchant loup aux dents acérés, drapé dans son linceul macabre, il passe d'un esprit à un autre. Et le sang de Tolvaj  coule en ses veines, faisant de lui une créature évanescente et infernale. Ange déchu arpentant les rêveries innocentes, il en tricote la déchéances infernales, construites sur les ruines d'un monde en feu.  ~ pouvoirs ; Nommé, savamment, l'Ombre  pour l'apparence qu'il revêt au sein des rêveries les plus innocentes. Tout vêtu de noir, et sans visage sous le linceul du désespoir qu'il dépose au creux des esprits que son héritage lui ouvre, il est celui qui tire les ficelles et aboli les frontières entre les envies et les peurs. Artiste infernale, il sculpte des univers à partir des choses tant aimé, et en extrait les peurs les plus incisives pour qu'elles perdurent à jamais au creux des esprits mêmes les plus éveillés Il est le cauchemar qui se cache dans l'obscurité, il est le sculpteur faisant surgir de la glaise les plus terribles monstres, et se nourrie des fantasmes abolis par les frayeurs de ses hôtes.  ~ métier ; Fourbe personnage dont les vices sont un délice, pas tellement étonnant alors qu'il ai bâti un empire sur ceux des autres. Jouant la moiteur des corps alanguis et offerts, il se fait sommet d'une pyramide de chairs luxurieuses. Ce n'est pourtant pas tant l'idée de s'enrichir sur ce commerce des corps ou du trafic des hommes qui vient faire son bonheur, mais bien la lecture de ces visages malheureux qui le transcendent de voluptés. Il est là tout son bonheur, celui qui le fait vivre au travers des douleurs doucereuses de ces autres. Elle est là cette délivrance qu'il trace à force de ses pinceaux sur les toiles éprises d'un talent inné.
~ orientation sexuelle ; Au diable les préférences. Il fut certes un temps où le saxon se targuait de n'aimer que les femmes en trouvant son bonheur eu creux de leur moite intimité, mais les années autant que l'ennuie ont fini par lui ouvrir les portes de quelques autres menus plaisirs. Ainsi il ne se reconnaît d'aucune sexualité en particulier, se décidant juste à s'offrir les plaisirs de chacun, s'offrant ainsi le luxe d'une pansexualité crue et teintée de violence.  ~ statut matrimonial ; A l'aube de son existence, bien avant que sa deuxième naissance fut proclamée, il eu le temps de s'essayer aux épousailles par deux fois. De ces mariages successifs, toujours teintées d'une fin plus que désolante, il en reteint cinq enfants. De ceux là descendirent quelques lignées qui, peut être, ont survécu aux chaos du temps. Néanmoins peu lui importe désormais cette ancienne vie et ce qui aurait pu en survivre, seuls les enfants venus de sa seconde existence compte à ses yeux et seuls eux  peuvent se targuer de l'appeler « aimé » ou « père » quand bon leur semble. ~ caractère ; Dualité constante, imperfection palpable, et sourire à couper au couteau se font alors le quotidien de cette âme qui, déjà, vacille comme la flamme d'une bougie dans les courants d'air. Tout ne devient alors que passions dans de mortelles obsessions pour une vie qu'il pourrait croire éphémère, et c'est dans le marasme de ses désirs, si chers, qu'il se laisse emporter. Il coule un peu plus à mesure que ses passions se font dévorante, l’entraînant sur les chemins sinueux d'une invisible folie. D'autant diront que Judah a toujours été fou, et les autres se laisseront prendre aux jeux de ses désirs vivaces qui le font dévorer sa vie à peine dent. Jamais vraiment repu de cette existence qu'il ne vit au final qu'à moitié, dépossédé d'un plaisir acquit d'une première vie puis oublié par la voie de la seconde, il se conforte dans cette haine goûteuse qu'il porte à l'humanité. C'est de l'essence d'un désir perdu à jamais que naît alors son plus grand malheur, perdu entre le besoin de vivre et celui de mourir, il se laisse porter par ses manies les plus vicieuses et les moins avouables, faisant naître en lui autant de mélancolie ennuyée que de splendides obsessions le conduisant sur les terrains de la mortelle possession.
Il aime. Il adore aimer, mais plus encore il souhaite que cela ne soit pas un acte offert mais quelque chose de mérité. Assurément maître de ces amour autant que de ses passions, il souffre de ce besoin de ce faire aduler. Vive pour lui, à jamais pour lui, dans un égoïsme dont il ne se défait qu'en de très rares occasions et dont l'acte lui-même, dans son incroyable symbolique, le pousserait à se battre jusqu'à la mort. Seulement cette mort qu'il pourrait donner, voir même offrir dans ses aberrations chthoniennes, ne se ferait pas sans le prix de quelques délicats efforts. Vogue à la dérive, son esprit s’assoupit au pied d'un arbre de vie et murmure à son inconscient tous les recoins d'un univers qui ne lui appartient pas.
Petit point au milieu de tant d'autre, son individualisme chronique ne se révèle qu'au travers de cet esprit d'artiste contemplateur. Doucereuse existence qui se fait l'observatrice d'un monde qui s'écoule en accéléré tandis que son existence s'applique au ralenti. Apparente tranquillité qui le fait presque apparaître comme indolent, sans jamais laissé entrevoir tous les rouages d'une machine bien huilée qui jamais ne s’arrête. Par delà les apparences c'est un océan troublé, dont l'eau est aussi sombre que les desseins qui font de lui un être constamment moribond tant sa mélancolie le ronge, faisant presque de lui un artiste torturé.
Seulement, l'artiste se cache. Il est un peu comme ces oiseaux qui se cachent pour mourir, s'entêtant à se mouvoir sous une cape d'obscurité autant qu'il sourit derrière un masque d'ivoire. Fantôme arpentant les opéras autant que les scènes, il se plaît à vivre au fil de ses mélodies qui le bercent autant qu'elles l'enchantent. Musicien aux accords déraillés sans d'autres muse que son désarroi et son passé qu'il renie, il se fait maître d’œuvre et compositeurs de maints chefs-d’œuvre ignorés alors que son pinceau virevolte dans les airs d'une mélopée entêtante dont seul lui peut voir les couleurs. Le voilà donc cet échappatoire qui se fait la douce litanie de son quotidien. Fidèle maîtresse parmi ses amantes, il lui voue un culte quand d'autres s'amusent à la torturer, et c'est avec une grâce qu'on ne saurait deviner que le loup à peine déguisé se travesti en un peintre de génie.
C'est l'incompréhension qui le gagne parfois, souvent même, alors qu'il se perd dans ses pensées et s'égare sur des sentiers bordés de rien. Comme un vide extatique qui le broie, comme un instrument de guerre qui le détruit un peu avant de l'extirper du piège sans qu'une quelconque solution n'ai été trouvé. Son esprit est à l'image d'un millier de puzzles dont on aurait mélangé les pièces tout en en égarant quelques unes, ces pièces qui parfois au détour d'une conversation lui reviennent en tête pour mieux éclairer l'obscurité des sentiers inexplorés. La question subsiste, l’inquiétude aussi, mais dans une pugnacité sans limite il continue à garder à l'esprit qu'un jour, un grand jour, il saura combler les vides qui le hantent. Il saura vivre une vie qui déjà s'enfuit dans les méandres de l'ennui.

   

  Du temps où il était humain, il adorait les pommes, désormais il ne peut plus en manger, mais il se délecte toujours du parfum sucré de ces fruits. Pas tellement étonnant alors qu'il se laisse parfois aller à se faire apporter quelques pommes dont le parfum, subtile pour les hommes mais puissant pour qui aurait un odorat fort développer, vient embaumer tout son sombre univers.  ~ Bien que, comme tout vampire, il soit capable de régénérer quasi instantanément, tous les sévices subit lors de sa première vie ne se sont pas vus effacés. Il garde sur son corps quelques cicatrices reçu lors de sa vie en tant que guerrier saxon. La plus visible se trouve être dans son dos, il s'agit d'un vilain coup de hache qui aurait pu le tuer autant par sa violence que par les soins rudimentaires de l'époque. ~ Il a eu douze enfants nés de sa seconde vie, tous choisis avec un certain soin. Néanmoins, la vie qu'il leur a fait enduré, les sévices continuels, ainsi que le monde extérieur n'ont permis la survie que trois d'entre eux. ~ Judah n'est pas son véritable prénom, pas plus que Caravaggio n'est son nom. Néanmoins il s'est servit des deux à de nombreuses reprises en tant que nom, mais en tant que surnom. Tant est-il, qu'aujourd'hui, quelques œuvres ornant les musés sont signés de son nom sans que personne ne connaisse sa véritable nature. ~ Il peint, c'est un fait, mais il apprécie surtout la représentation des scènes sombres, douloureuses et généralement biblique ou mythologique. Il aime le macabre et le misanthrope. Il apprécie la gène qui nait au fond des yeux de ceux qui observent ses œuvres. ~ Il aime la douleur. Pas celle qu'on pourrait lui infliger, mais bien celle qu'il peut faire naître chez les autres. Elle peut être aussi bien physique que mentale, peu lui importe tant que le résultat est là. Malheureusement pour lui, les humains sont beaucoup trop fragiles, et faire souffrir sa propre progéniture fait toujours ressurgir en lui des sensations désagréables. Néanmoins, il ne peut s'en empêcher tant l'exutoire lui semble parfait et, surtout, durable. ~ Son créateur est mort dans un incendie alors qu'il avait à peine une centaine d'années. Bûcher dont il sent encore la morsure du feu au creux de ses chairs. Il n'y a jamais que la haine de l'Homme pour le maintenir en vie, il n'y eu jamais plus que sa folie pour l'aider à rester debout. ~ S'il doit avoir une peur ce serait celle de l'eau. Étrange réminiscence issue de son passé, comme le souvenir pugnace d'une possible noyade, une stupide frayeur qui le prend aux tripes et le rend soudainement plus humain que jamais. ~ Il adore la couleur rouge, et le fait de rencontrer une femme portant un rouge à lèvres carmin le rend particulièrement extatique. Cela fait naître en lui la faim, et le besoin de la posséder, comme une clé qui le libère soudainement de ses dernières retenues.

   

   ton pseudo : Maumauu ou Caro ~ âge : Vingt-cinq ans. ~ pays : Douce Franceuh, doux pays de mon enfanceuuuuh... ~ fréquence de connexion : Un peu tous les jours, dès que le travail me libère quoi! ~ comment t'es arrivé ici? : Par bazzart. ~ un commentaire? : Hola que tal?


   
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 9:46



story of my life
   Si Vis Pacem, Para Bellum.

   
C'était une mélodie particulière qui emplissait la clairière bretonne ce matin là. Une suite de percutions fracassantes qui battaient une mesure chaotique. Haches contre boucliers. Piques contre terre.  Les aciers trempés glissaient le long de leurs fourreaux de peaux et de cuirs, tandis que les cordes se tordaient à l'extrême sur les arcs les plus sommaires. C'était la litanie des guerrier, chant mortuaire autant que d'encouragements, elle donnait de cette force pleine d'une folie meurtrière aux cœurs les moins aguerris, et renforçait la cohésion de ceux qui se nourrissait de l'excitation de l'instant. L'ombre était déjà là, encore un peu innocente de tout le malheur et la haine qu'elle allait déverser sur le monde. L'ombre était déjà là, l'épée à la main dont la lame rougissante s'était fichée dans les chairs de ces Pictes qu'elle avait appris à haïr. Ceux-là même dont les histoires pour enfants regorgeaient. Monstres à la face bleue qui ignoraient la peur. Seulement, le sang qui coulait sur les doigts du guerrier, maculant ses mains puis son corps, était aussi rouge que le sien, aussi rouge que celui de tous les hommes. Le même sang. La même faiblesse. Mortelle.
D'un cri de rage perdu dans les plaines verdoyantes devenus carmins du sang des enfants du pays, il dégageait son épées pour continuer cette bataille. Il était fier de son peuple, il était fier de se battre pour lui, et par tous les dieux qu'il avait pu prier, il se trouvait certain d'avoir obtenu leur protection et de se trouver sous les meilleurs hospices qui puissent exister. Cruelle fut la vérité. Le guerrier ouvrait alors de grands yeux béants tandis qu'une première flèche se fichait au creux de son dos, il ployait l'échine sous la douleur, et crachait la rage d'une écume grenat. Une deuxième vint mourir au creux de sa cuisse, lui arrachant un gargarisme douloureux avant qu'il ne tombe sous le joug d'une dernière flèche qui achève ce destin combatif.
Il ne meurrait pourtant pas. Pas ce jour là. Pas maintenant.  Il n'était plus qu'un corps démuni et désuni, incapable de bouger, rompu d'une douleur sourde qui le laissait incapable de crier. Les yeux ouverts, noyés de sang, il n'arrive pas même à s'évader de son carcan de chairs, restant le témoin impassible des scènes épiques d'une bataille dont il était la victime. Et déjà la nuit tombait sur les landes dévastées le laissant ainsi désolé, à la merci des corbeaux et des charognards qui se repaissaient des corps abandonnés à l'obscurité. Mais il était des prédateurs bien plus dangereux que d'autres, et l'ombre du guerrier frémissait sans vraiment le pouvoir tandis que les nymphes s'éveillaient affamées. Elles étaient toutes de blanc vêtues, et semblaient si vaporeuses dans les brumes qui désormais s’élevaient. Elles passaient de corps en corps, riant du destin éphémère de l'humanité, et plus elles s'approchaient du guerrier plus il se rendait compte que de ces déesses il ne restait que l'ombre d'un démon.
Rien d'autre qu'une rêverie éphémère, cruel mirage qui s'effaçait pour laisser face à lui le visage blafard d'un jeune garçon. Un sourire inquiétant surgissait alors sur ses lèvres, et sans un mot, il se laissait aller à quelques confidences fort effrayantes aux yeux de celui qui ne pouvait s'enfuir. Il lui disait avec une mélancolie et une sagesse que seuls les plus anciens pouvaient avoir au fond de leurs yeux. Les siens était peut être plus anciens encore que ceux de tous les aïeux qu'il avait un jour connu. Et tandis qu'il s'étouffait dans l'écume d'un dernier soupir à venir, l'enfant se défaisait de son visage amicale pour dévoiler sa bestialité.


Sombre coin d'une demeure aux allures insalubres d'où les murs hurlent maints secrets gardés, et se teintent du sang des égarés. Elle est le berceau d'une mort incertaine où tout se fait jeu d'ombres pour les rares âmes qui souhaiterait encore s'y attarder. Château de rêveries, manoirs de cauchemars, ou encore maisons des fantasmes, elle revêtait tant de noms chargées de tant d'illusions qu'un soupirs extasiant dépassait la barrières des lèvres frémissantes de tous ceux qui en passait la porte. Comme amenaient là par de savantes manigances, aucun de ces hommes, de ces femmes, ou de ces enfants ne s'inquiétait de ce qu'ils pourraient y découvrir, espérant secrètement trouver en son sein la médecine, même la plus improbable, qui les guérirait de leurs maux illusoires. Oniriques. Mais il n'est aucune potion, onguent ou autres drogues qui sauraient les libérer du trouble qui les hante, ils ne sont que les proies d'une obsession lancinante, entêtante, qu'il nourrie d'une violence éclatante.
Seulement ils n'étaient pas les seuls, pas les plus à plaindre dans l'histoire de terrible de ces multiples vies bafouées, et sur les murs dégoulinait le sang des victimes venues s'y perdre à jamais sans se douter qu'une âme y était quand à elle pour toujours piégée. Douce mélopées de soupirs extasiées chargés de maintes douleurs refoulées qui se troublaient d'un sursaut de chaînes agitées sous la morsure d'un fouet. L'extase d'une torture lente et lancinante pour qui savait s'y prendre pour blesser les immortels chairs du vampire ainsi emprisonné. Le fouet claquait une nouvelle fois, arrachant un éclat de rage tandis que la chair se dérobait à son corps dans le jaillissement écarlate d'une source de vie.
Le sang. Toujours ce sang qui coulait et engageait le tortionnaire dans les plus infernales frénésies. Extatiques besoin d'y goûter, d'y apposer une langue délicieuse, et d'y happer avec envie les flots déversés alors que s'érigeait en lui un désir bien plus charnel. Une envie de possession bien plus physique, plus érotique. Il y avait tout autant de force dans cet entremêlement de chairs et de passions luxuriantes qu'en tout autre. Cruelles séductions de leurs peaux froides qui se froissaient et se défroissaient dans leurs expirations brutes d'un désir arraché. L'extase en son point le plus culminant, les corps se raidissaient et restaient pantois le temps d'un instant. Haletant d'un désir animal épanché sur la rudesse de leurs peaux d'albâtres. « Plus jamais ça. » murmurait alors le maître à son commis dans un souffle sulfureux. « Ne me quitte plus jamais pour un humain, Mircea. », rajoutait-il avec une humeur doucereuse avant de disparaître avalé par les ténèbres de cette prison qu'il abandonnait aux suppliques de son supplicié.

Elle était morte, son doux ange. Elle était partie dans les limbes infernales, avalées par cette tendre naïveté qui était de croire, encore, qu'il pourrait à jamais l'aimer. Malheureuse candeur avait été la sienne tandis que sa route s'était séparée de celle de son maître pour qui elle n'était qu'amour désœuvré. Lui, avait senti sa mort arrivée sous les hospices d'un parfum obsédant, et dans le déchirement de son être que la perte avait suscité, il avait versé des larmes de sang. L'ennui ne défaisait jamais le lien. L'amour, pourtant, ne sauvait jamais de l'ennui.
Dans l'obscurité latente de ses décisions les plus sommaires, il estimait qu'il était temps de revenir dans la vie de son si cher abandonné. Il se disait avec une mélancolie forte d'un esthétisme travaillait que son mortel ennui se réduirait en présence de son fardeau tant adoré. Cela faisait déjà si longtemps qu'il l'avait ainsi laissé confronté à son propre sort, et curieusement il se trouvait amusé à l'idée de l'en trouver de nouveau tout rebellé. Budapest serait ainsi sa prochaine destination, et c'était assurément un nouvel enfer qu'il y installerait. Sans honte. Sans remord. Juste avec l'intention d'y trouver assez d’intérêt pour ne plus s'y ennuyer ne serait ce que le temps d'un instant éperdu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 9:49

Bienvenueeeeeeeeeeeeeeeeeeeee. C'est un tellement bon choix, j'en connais une qui sera content et j'ai hâte d'en lire plus et de voir ta plume. Puis réserve moi un lien parce que Dancy, je l'aime d'amour et le perso promet Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
James Batthyány
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 257
√ Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 9:58

Bienvenue parmi nous I love you
Bon courage pour ta fiche santa

_________________



BANG BANG,
YOU SHOT ME DOWN.


Revenir en haut Aller en bas
Mircea Brâncuși
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 1108
√ Date d'inscription : 21/03/2015

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 9:59

BIENVENUE TOI  Smile
clown silent @ No bom santa
Je pensais que monsieur-le-méchant-loup resterait sans vie, et TE VOILA. Alors merci tout plein de te lancer là-dedans, tu vas voir, Mircea c'est juste un sale-gosse-agneau-qu'il-faut-dresser. Du coup, si tu as des questions, n'importe quoi, j'suis là Et tu as gardé le pseudo grandiloquent Cool
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 10:03

Abel: c'est vraiment très gentil! Je vais tâcher de faire quelque chose de bien pour sa fiche alors!

Andrew: Merci beaucoup!

Mircea: Nooooon, j'adore jouer des grands-méchants loups! Tu vas voir! Je m'en vais te dresser moi! D'ailleurs je vais t'envoyer un MP!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 10:04

bienvenue mister I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 14:33

Bienvenue à toi Smile J'ai un peu lu le début de ta fiche et gosh pig
Bon courage pour la suite de ta fiche ! clown
(moooh chaton je vais viendre te faire tout plein de câlins moi tu vas voir Sad )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 16:59

Mihaly: Merci ^^

Andreas: j'adore ton prénom, je l'utilise souvent, alors attends toi à ce que parfois je réponde sur la cb ou ailleurs à ta place! Désolée d'avance! XD
Mais merci en tout cas!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 18:24

ton fils est un salaud, sache le bien
mais toi t'es chou, et tu portes mon fantasme du moment, alors bienvenue mon beau What a Face
et à bientôt Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 18:47

Il a tout pris de son papa, c'est pour ça *8*
Merci en tout cas!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 18:49

J’exige un lien t'façon Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 18:57

Je tente de séduire toutes les vampirettes et autres jeunes filles avec ma fiche. Ça fonctionne? Razz Razz Razz Razz Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 19:01

PERVERS What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 19:13

Soyez aimable avec les vieux vampires, miss! Monsieur Pervers, qu'on dit!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 19:26

BON DIEU. Par tous les saints, sublime choix de scéna, ton choix de pseudo c'est de l'or massif, je t'aime déjà toi, sacré pavé et sacrée plume, tu en jettes dès le début Razz (j'vais te manger... silent )

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 19:30

Ouuuuuh la belle Gillian! Moi aussi je vais te manger alors!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 19:34

Smile jocolor Like a Star @ heaven MIAM.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 19:40

Je sais pas si le fiston sera d'accord cela dit!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Mer 10 Juin - 20:16

Ce début de fiche magnifique... Sleep
Bienvenue parmi nous, et bon courage pour l'histoire, ce que tu nous concoctes là est juste splendide. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Elvira Szabó
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 1180
√ Date d'inscription : 05/04/2015

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Jeu 11 Juin - 20:56

Même si on s'est déjà croisé sur la CB, je te dis officiellement bienvenue!!
J'ai hâte que tu nous termines cette fiche pirat

_________________

I'm radioactive
I'm waking up to ash and dust, I wipe my brow and I sweat my rust. I'm breathing in the chemicals. I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalypse. I'm waking up, I feel it in my bones enough to make my systems blow. Welcome to the new age, to the new age...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Jeu 11 Juin - 21:51

Merci les enfants! Amour, coeur coeur sur vous! Love love love!

Ahem, sinon je suis enfin arrivée à bout de cette fiche (comment ça j'ai bâclé la fin?! Bon ok!)
Mais j'y suis arrivée!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Jeu 11 Juin - 22:25

Question Question J'attend que tu me choppe. silent
Revenir en haut Aller en bas
Mircea Brâncuși
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 1108
√ Date d'inscription : 21/03/2015

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine. Ven 12 Juin - 3:18



bravo tu es validé

Déjà, merci d'avoir compris le scénario et de ne pas avoir peur d'en faire un vrai monstre  Sleep. Et puis, ce parfait mélange entre la violence et l'ennui, c'est juste ce qu'il fallait - pauvre Mircea qui devient un jouet  Razz (le fouet ça pique!). Bon... et ta plume qui sublime le tout! Juste... fiche magnifique  santa  

Pour débuter ta vie dans le forum, il ne faut pas oublier de remplir correctement ton profil. C'est très important de venir voir le bottin si votre avatar s'y trouve, le staff n'est pas parfait. Il faut en profiter pour jeter un coup d'oeil au reste des demandes et pense à lire correctement les annexes parce que nos bêtes ne sont pas comme dans les films et différent de ce qu'on voit en ce moment à la télévision.

Maintenant que tu as fait toutes ces étapes ennuyeuses, nous t'invitons à te créer ta fiche de lien et à la compléter le plus vite possible. Il y a une fiche de lien à votre disposition, pour suivre les couleurs du forum et pour vos fiche tentez de ne pas déformer le forum avec vos fiche, c'est un maximum de 430px. Juste un petit rappel pour les posts rp, si vous mettez des cadre et tout, veuillez à ce que cela ne dépasse pas 430px en largeur, pour ne pas déformer le forum. merci. Une fiche a été construit pour vous ici : fiche pour les posts rp . Et surtout. Have fun.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
poisoned soul

MessageSujet: Re: Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine.

Revenir en haut Aller en bas

Judah Caravaggio ◮ Sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» The 2013 challenge : Blood Raven
» 10 raisons de ne pas jouer Blood Angel ?
» blood, monster, tears ~ (théna)
» Blood Bowl 2
» Nouveau Blood Bowl pour 2016

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POISONED SOUL :: Fiches-