Il ne faut pas oublier de laisser un petit commentaire sur prd et bazzart.
Merci de privilégier les inscriptions masculines.

Partagez|

you never know what will happen (callixte)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Andrija Adamić
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 389
√ Date d'inscription : 15/05/2015

MessageSujet: you never know what will happen (callixte) Dim 7 Juin - 6:24



you never know what will happen
ft. callixte&andrija

La journée a été difficile. Les patients se sont enchaînés et il n'a même pas eu le temps de manger, de boire un café. Ses paupières sont lourdes mais il ne doit pas encore rejoindre son lit, non. Il doit supporter, il sait très bien le faire. En tant que médecin, il connaît les nuits blanches successives. Il a appris à fermer les paupières quelques secondes pour des micro sommeils, qui ne lui servent pas à grand chose, au final. Mais tout ça est fini. Il a quitté son cabinet en verrouillant la porte derrière lui et a commencé à se balader dans les rues de Budapest. Il aime cette ville. C'est assez différent de son pays d'origine, et cela fait quand même 10 mois qu'il est ici. Il découvre tous les jours de nouvelles rues, de nouveaux paysages, toujours emprunts d'une beauté époustouflante. Lui qui est d'habitude toujours plongé dans ses livres, qui aime s'occuper l'esprit, aime maintenant se balader sans penser à rien. Parfois, il croise des gens, leur adresse la parole, se fait des amis, ou de simples connaissances. Il n'a pas exactement d'amis très proches depuis son arrivée. Il y a bien Elvira, au bar, qu'il apprécie beaucoup. Mais il n'a pas de meilleur(e) ami(e), d'ailleurs il n'en a jamais eu dans sa vie. Sa femme était presque la seule personne qu'il fréquentait, et maintenant, elle n'est plus qu'une ex. Il pense avec mélancolie à leurs années de mariage, nombreuses, puisque quinze ans ils ont passé ensemble. Elle lui manque, imperceptiblement. La routine lui manque, dans un sens, mais il se délecte de ces nouvelles expériences paradoxalement. Ses pas le mènent au bar qu'il fréquente très souvent, sans jamais rentrer bourré. Il aime se détendre avec une petite bière, rien de très fort. Il n'est pas le genre à faire la fête jusqu'à en perdre la mémoire, non. Andrija entre et retrouve cette odeur familière, mélange de sueur, d'alcool, et de parfum bon prix. Il s’assoit au bar et commanda sa boisson habituelle, le regard hagard. Il tourne parfois le regard, observe les autres personnes présentes dans l'établissement. L'endroit n'est pas bondé, il n'est pas encore assez tard, Andrija suppose. On lui apporte sa bouteille et il prend quelques gorgées, l'ennui commençant à s'installer en lui. Il met ses écouteurs dans ses oreilles et se délecte d'une symphonie classique, ne remarquant pas la jeune femme s'asseyant à ses côtés.

_________________
+we slow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: you never know what will happen (callixte) Mar 9 Juin - 7:22


you never know what will happen
En retournant à Budapest, Callixte avait réalisé plusieurs choses. Déjà, elle avait réalisé qu'il s'agissait d'une ville qui lui avait vraiment manqué. Non mais c'était vrai quoi, à aucun moment elle n'aurait pu imaginer que cela lui manquerait autant, mais ce n'était pas si incroyable que cela, finalement. C'était un très beau cadre, un milieu qu'elle connaissait si bien qu'elle ne pouvait pas vraiment se résoudre à le quitter, à la base. Retourner à la source, ça facilitait bien des choses et surtout, cela lui donnait clairement envie de se détendre, de rester calme et de pouvoir se la couler douce aussi, c'était sans doute mieux comme ça, de toute façon, mais cela ne voulait pas non plus dire que c'était facile, parce que cela ne l'était pas. Ca ne l'avait jamais été en fin de compte. Mais cette lourde évidence n'était pas négligeable, bien sûr, et c'était surtout à ça qu'il fallait qu'elle se mette à penser.

Ensuite à côté de ça, et bien oui, même si elle n'en avait pas douté une seule seconde, elle était toujours amoureuse de Tobias. Ce qui les liait n'était pas près de changer, évidemment. Le passé commun, cette situation de famille alors qu'ils ne l'avaient jamais vraiment accepté. Ils avaient vécu bien des choses ensemble et là, aujourd'hui, cela n'avait absolument rien d'évident, il allait donc réellement falloi ruq'elle se remette, maintenant, que cela lui plaise ou non, d'ailleurs, mais les possibilités n'étant as vraiment nombreuses, elle n'allait pas vraiment avoir le choix. Faire avec, se taire et puis, voir. Parce qu'à défaut de toujours l'aimer, elle avait surtout réalisé qu'elle avait aimé la personne qu'il avait été, par le passé. Cette personne qu'elle ne connaissait pas, qu'elle avait rencontré en arrivant, était dévastée. Mais elle comptait bien apprendre à le connaître, à le redécouvrir, que cela prenne du temps ou pas. Elle se moquait bien de savoir si cela allait plaire aux gens ou non. Elle se moquait bien de tout ça, cela ne l'intéressait pas du tout. Elle verrait, en tout cas, et le reste, cela n'avait pas la moindre importance. Le fait de ne plus connaître la personne que l'on aime, pourtant, cela avait un petit quelque chose de flippant et de dérangeant, elle n'allait certainement pas se mettre à prétendre le contraire. Non mais franchement, devait-on vraiment lui reprocher cette peur qui ne quittait aucun de ses traits ? Elle avait un peu de mal à le croire. Si elle était comme ça, c'était pour une raison et pour une seule raison. Elle n'allait pas se reprocher d'être devenu quelqu'un que les gens n'aimaient peut-être pas. Elle s'en foutait.

Et, à côté de ça, la jeune femme savait autre chose. A défaut de ne pas encore avoir réussi à toucher Tobias, à défaut d'avoir du temps à perdre à ce stade, elle savait qu'elle allait réussir à faire de son mieux, et ça, elle ne le savait que trop bien. Ce n'était pas vraiment évident, finalement. Elle allait apprendre, elle allait se débrouiller et de son point de vu, c'était déjà un assez bon début. Alors elle faisait ce qu'elle savait faire de mieux. S'installant à côté d'un jeune homme plutôt agréable, elle avait besoin de plaire. Tobias, l'homme de sa vie, cette personne qu'elle ne pourrait sans doute jamais oublier, qu'elle ne pourrait jamais arrêter d'aimer aussi… Comment était-elle censée faire hein ? L'attendre indéfiniment ? Oui, c'était ce qu'elle allait faire. Mais à côté de ça, elle avait également besoin de plaire. Devait-elle vraiment se le reprocher ? Elle avait besoin de compliment, besoin de savoir qu'elle plaisait, besoin qu'on la trouve jolie, également. Là, assise à côté d'un garçon, elle se mit à sourire doucement.  « Je vous paie un verre ? ». Rien de plus, évidemment, elle n'était pas folle au point de passer pour une fille facile. Elle n'en était pas une.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Andrija Adamić
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 389
√ Date d'inscription : 15/05/2015

MessageSujet: Re: you never know what will happen (callixte) Ven 19 Juin - 19:55



you never know what will happen
ft. callixte&andrija

Il lui faut un petit temps avant de remarquer qu'il y a quelqu'un à côté de lui. Il n'a pas encore les réflexes, il ne s'attend pas à ce que, dans un bar, on lui adresse la parole. Il sait qu'il est mignon, mais il se sent toujours marié, même après tous ces mois. Il cherche l'alliance à son doigt et rencontre du vide. La douleur vient l'assaillir à chaque fois mais il doit s'y faire. Il n'a pas envie de retourner avec son ex femme, cette page de sa vie est finie. Parfois, il flirte, dans le bar. Il sait faire ça, charmer, bien parler. Cela ne va que rarement plus loin, et il en est satisfait. Il ne cherche pas à se perdre dans l'amour physique pour oublier ses peines. Il se plonge un peu plus dans le travail, qui lui prend beaucoup de temps ces temps-ci. Il a un bon nombre de patients, qui parfois viennent de loin pour venir le rencontrer. Cela n'est pas étonnant, il est un des meilleurs dans le domaine, malgré son jeune âge. Il a déjà publié et les gens connaissent son nom, lorsqu'ils sont à peu près intégrés dans le monde médical.

Et là, par dessus sa musique, il entend une voix. Pendant un instant, il croit rêver, et enlève juste un écouteur. Plus rien. Il tourne la tête, et voit là une jeune fille qui n'était pas là deux minutes auparavant. Il enlève son deuxième écouteur et reste silencieux un moment, avant de se dire qu'il devait vraiment avoir l'air stupide. Que lui avait-elle demandé déjà ? Ah, si elle pouvait lui payer un verre. CE n'était pas l'inverse, normalement ? Le garçon qui donne cette ligne à la fille ? Il commence à sourire. Il ne sait pas pourquoi, mais il sait qu'elle l'aimera bien. Elle ne se penche pas pour montrer son décolleté, ne se frotte pas contre lui, mais elle est directe. « Pourquoi pas » répond-il sur un ton léger. Il est de bonne humeur, et encore calme grâce à la musique qu'il vient d'écouter. Il détaille son visage. Il n'est pas du genre à regarder les filles de haut en bas, essayer de deviner les mensurations. Il se concentre sur les yeux, principalement. La fenêtre qui mène au cerveau, chose qui le passionne en tous points, comme le démontre sa profession. Le jeune homme pousse un petit soupir et dit au barman ce qu'il veut, une bière, rien de très fort. Il veut se souvenir de la soirée.

Il reporte son attention vers la jeune femme et lui offre un nouveau sourire. Il sait qu'il fait craquer, pourtant il ne cherche pas à la manipuler ou à la charmer. Il se montre juste sympathique, comme elle semble l'être à son égard. Bien vite, sa langue se délie et il commence à parler. « Andrija. Au cas où vous voudriez savoir le nom de la personne pour qui vous dépensez de l'argent » dit-il doucement, appuyant sa joue contre sa main, son coude posé sur le bar. « Et vous ? Ou je peux dire tu ? » dit-il sans gêne. « Je pensais passer la soirée seul, à vrai dire. Une agréable surprise que voilà. C'est ta première fois dans ce bar, non ? Je ne t'ai jamais croisé auparavant, et je suis un client fidèle. »

_________________
+we slow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: you never know what will happen (callixte) Dim 28 Juin - 4:53


you never know what will happen
Il était dans un bar et il écoutait de la musique directement par écouteurs. Les gens étaient parfois un peu étranges mais la jeune femme n'allait clairement pas se permettre d'en faire toute une histoire parce qu'en toute sincérité, ça ne servait à rien. La jeune femme savait très bien qu'il n'y avait pas toujours quelque chose à en dire, il faisait bien ce qu'il voulait. La musique n'était pas exceptionnelle, c'était un fait. Mais tout de même, la musique dans ses oreilles devait être trop forte pour qu'il l'entende correctement. Elle se demanda aussi quel pouvait bien être son type de musique, qu'est-ce qu'il pouvait bien écouter ? Du rock ? Du rap ? Il n'avait pas le physique défini d'un type de musique. Du coup, elle ne parvenait pas à lire en lui, forcément, puisqu'elle ne le connaissait pas. Logique. Bien sûr, qu'une fille veuille payer le verre d'un garçon, ce n'était pas vraiment fréquent, mais bon, il fallait bien prouver que les filles s'étaient émancipées non ? Peut-être même qu'il allait refuser son verre, ça aussi c'était possible ! Bien sûr qu'elle était directe, il ne servait à rien de tourner en rond. Elle avait besoin de se changer les idées, elle venait de revenir et l'homme dont elle était amoureuse semblait avoir disparu sous un nouveau Tobias. Un garçon qu'elle devait réapprendre à connaître mais pour cela, elle avait besoin de temps, on n'allait tout de même pas le lui reprocher non ? C'était ainsi, et il n'y avait rien d'autre à y ajouter. Il fallait… Faire avec, d'une certaine manière, du moins. Un temps, elle se demanda s'il allait accepter son verre, il pouvait très bien vouloir rester tranquille, c'était tout aussi possible, mais disons que c'était la version des choses qu'elle n'appréciait pas vraiment. C'était un peu dérangeant et elle n'avait pas envie de se prendre la tête. Sauf qu'elle n'eut pas besoin de réfléchir à tout ça, puisqu'il accepta.

Une bière, au moins, il ne faisait pas partie de ces cons qui, dès qu'on proposait de leurs offrir un truc, choisissaient de s'emballer et de prendre le truc le plus cher. C'était une bonne manière, aussi, de voir si la personne en valait la peine ou non, et parfois, justement, elle n'en valait pas la peine. Parfois, on tombait sur un vieux lourd aussi, qui imaginait que puisqu'elle offrait un verre, tout était acquis. Les gens étaient fous… Mais là, pour le coup, elle imaginait assez facilement que cet homme savait plaire, qu'il était doué pour séduire. Mais ce n'était pas ce qu'elle cherchait. Le cœur de la jeune femme était pris. Oui, certes, elle avait besoin d'affection, de contact, elle avait besoin de sentir qu'elle plaisait. Mais elle n'était pas désespérée au point de devenir la ridicule idiote pour laquelle on persistait à la prendre. Cette vie lui convenait très bien comme ça, et elle n'allait certainement pas se mettre à prétendre le contraire, à faire comme si c'était différent parce que ça ne fonctionnait pas ainsi.  « C'est toujours plaisant lorsqu'on connaît le nom de son interlocuteur, c'est un fait. Je suis Callixte ». Elle lui sourit, elle savait qu'elle aussi, elle pouvait plaire, elle avait déjà eu l'occasion de s'en apercevoir. Elle était jolie et son look atypique plaisait à plus d'une personne. Mais elle ne cherchait pas à faire du rentre dedans, elle faisait les choses simplement, justement, et ça plaisait.  « Tu, ça m'ira très bien ». Elle haussa les épaules, elle n'était pas une vieille non ? Et elle ne comprenait jamais vraiment pourquoi on se mettait parfois à la vouvoyer. Elle n'appréciait pas vraiment, mais devait-on le lui reprocher ? Elle ne parvenait pas vraiment à le croire.  « Disons que j'étais une habituée avant mais que cela fait plusieurs années que je n'étais pas dans le coin. Mais je pensais aussi passer la soirée seule et… Je me suis dit pourquoi pas ». Un sourire sur les traits, une nouvelle fois, la jeune femme ne cherchait pas vraiment à se prendre la tête, elle n'était pas stupide au point de passer pour une chaudasse ou pour une grosse menteuse. Ca semblait assez logique non ? Elle ne cherchait pas à coucher. De toute façon, lorsque cela arrivait, ce n'était qu'un plaisir de chair pour essayer d'oublier ses sentiments. Sauf qu'elle n'y arrivait pas vraiment.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Andrija Adamić
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 389
√ Date d'inscription : 15/05/2015

MessageSujet: Re: you never know what will happen (callixte) Ven 31 Juil - 14:07



you never know what will happen
ft. callixte&andrija

Il ne sait pas à quoi s'attendre. À accepter sa demande, à lui adresser la parole, à la regarder. Elle est jolie, c'est sûr, mais il n'est pas de ces hommes qui s'imaginent au lit avec quelqu'un dès qu'on est un peu sympathique avec eux. Non. Il ne se projette absolument pas dans le futur et veut profiter de ce qu'il va se passer, là, dans le présent. Peut-être qu'ils ne se reverraient plus, peut-être deviendraient-ils amis .. Il y aune myriade de possibilités à lesquelles il ne pense absolument pas. Andrija prête une attention particulière à son interlocutrice. Son style vestimentaire, sa manière de se maquiller. Il n'imagine rien, n'est pas du genre à poser une étiquette sur les gens à cause de leur apparence. Mais malgré tout, elle pique sa curiosité. Elle n'a pas l'air .. Banale, et il a brusquement envie d'en savoir plus sur elle. À commencer par son prénom, qu'elle lui décline. Callixte. Originale jusqu'au bout des ongles. Il n'a jamais connu quelqu'un avec ce prénom, c'est joli. Une douce sonorité qu'il s'amusera à répéter en bouche jusqu'à y être habitué. Il se demande de quelle origine elle est. Peut-être que ça viendra plus tard, dans la conversation. Maintenant, ils se connaissent de leur prénom. Pas grand chose dans la plupart des cas mais c'est un début. Peut-être que viendra un jour où ils n'utiliseront même pas leurs noms en entier, des surnoms, affectueux, ou au contraire haineux. Pas besoin de penser à ça pour le moment. « Enchanté, Callixte » sort-il du bout des lèvres. Il sait moduler son ton pour se faire entendre au dessus de la musique diffusée dans le bar, musique qui n'est d'ailleurs, pas du tout à son goût. Il préfère largement le répertoire dans son mp3, mais là, il a été dérangé. Rien de négatif ou de perturbant, la musique, il peut l'écouter chez lui, dans la rue, partout. Même au travail, lorsqu'il tente de détendre certains patients.

Plusieurs années. Donc elle a été là avant, bien avant lui. Andrija n'est qu'un nouveau dans cette ville, il est là depuis des mois mais ce n'est pas assez pour en connaître son ambiance, sa population. Il n'a que de très rares connaissances et rencontre parfois des gens, dans le bar, comme ça. Rarement. Des filles remarquent son visage d'ange et tentent d'engager la conversation mais bien trop souvent, elles se révèlent trop creuses pour lui. Andrija a réalisé que tous les êtres humains n'étaient pas intéressants pour lui, de manière équivalente. C'est horrible. Mais maintenant, il doit faire le tri, un tri automatique effectué par une petite partie de son cerveau. Aucune lumière rouge ne s'est allumée là, il n'a pas suffisamment discuté pour savoir s'il perd son temps, ou pas. C'est rare, tout de même. Qu'il occulte une personne car elle l'ennuie. Il est du genre .. à trouver un intérêt dans beaucoup de gens, de toutes les intelligences. On peut être stupide, lent, et pourtant incroyablement riche intérieurement. Andrija a des surprises tous les jours. « Pas dans le coin ? Tu étais où ? » demande-t-il, curieux. Il a toujours voulu voyager, l'a fait un peu grâce à ses publications et aux congrès de médecine, mais il n'a jamais eu le temps de faire du tourisme. Il ne se rappelle que de son pays natal, la Croatie. Et encore, il n'en a pas fait le tour. « Je dis que je suis un habitué, mais .. Je ne suis pas dans la ville depuis longtemps non plus. À vrai dire, si tu étais venue plusieurs fois, je n'aurais sûrement pas pu le remarquer. Parfois, j'aime me donner des airs .. » fait-il en rigolant légèrement. « Mais si tu me parles de plusieurs années, peut-être que tu es originaire d'ici ? Et que tu as voyagé ? Je cherche des gens qui pourraient me faire découvrir la ville, un peu plus .. On ne se connaît pas et sûrement que tu n'as pas envie de te balader seule avec moi mais je te le dis tout de suite, que l'idée puisse mûrir pendant notre .. future conversation. Si tu es d'accord pour converser. J'en serais ravi moi même. »

_________________
+we slow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
poisoned soul

MessageSujet: Re: you never know what will happen (callixte)

Revenir en haut Aller en bas

you never know what will happen (callixte)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (F/LIBRE) MARIE AVGEROPOULOS ≈ i won’t let anything bad happen to you.
» ==> Canular: Happen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POISONED SOUL :: RP-