Il ne faut pas oublier de laisser un petit commentaire sur prd et bazzart.
Merci de privilégier les inscriptions masculines.

Partagez|

(EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Ven 29 Mai - 19:28


FROM @TUMBLR / CELEBRITE @ANNA SPECKHART

Vulpesco, Eden
Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort., je ne crains aucun mal, car tu es avec moi...

nom ; Vulpesco... Longue lignée d'une famille croyante. Longtemps en guerre contre les démons de la nuit, rejetant toutes formes de magie païenne et de compassion. Il fût un temps où ce nom était synonyme de peur. Famille de chasseurs fanatiques, massacrants les pêcheurs entachés par le vice. La Terreur. De nos jours, ce n'est plus qu'un écho dans la nuit, les siècles ayant étouffé des générations de chasseurs, divisant la branche en deux. Les fanatiques d'un côté continuant de chasser et les croyants de l'autre, préférant la paix et le salut de leur âme. Tu fais partie de cette dernière branche... Vulpesco... Nom aux sonorités volcanique, ardente. Sous ta chair, l'embrassement. Couleurs chatoyantes, tu es ce feu signifiant littéralement "renard", symbole de la ruse et de la malice  qui sont significatives de ton charme. A double-tranchant, à double-visage.  ~ prénom ; Eden... prénom d'apparence si pure pour une enfant croyante. Joyau de la famille, tu es leur fierté, leur poupée. On t'a attribué ce prénom comme un don, une offrande à Dieu. Et tu dois le porter avec fierté. Représentant le Jardin d'Eden, tu émanes inconsciemment cette aura de douceur et de lumière, tu intrigues, interpelles. Mais t'ignorant aveuglement, tu es aussi ténèbres. Et de l'Eden, tu n'es que la représentation du serpent, ce tentateur, plein de venin. Visage d'ange qui cache un esprit tortueux, des griffes acérées. ♣️ Freyja... Doux prénom à l'apparence délicate, à ton image. Énigmatique, mystérieuse, tu es tantôt sombre, tantôt lumineuse. Jouant avec tes nombreuses facettes, tu jongles et les domptes les unes après les autres sans laisser une trace. Telle une ombre, tu es présente, discrète, réservée, mais tenace. Tu suis les autres sans qu'ils ne s'en aperçoivent. Tu peux être rêve comme tu peux devenir cauchemar. Avec toi, il faut toujours se méfier. Tu es comme l'eau qui dort...~ âge ; Tu es cette fleur gorgée de jeunesse, cette beauté loin d'être fanée. Du haut de tes vingt ans, tu ouvres les bras à la vie ne sachant que ce sera le mal qui t'accueillera. ~ origines ; Roumaine de souche, tu es née à Budapest, tu es une pure fille de l'est, délicate, avec cependant des origines anglaises bien lointaine. ~ race ; Tu fais partie de cette race créée par le Tout-Puissant, celui qui a fait l'Homme à son image. Tu es une humaine, dépourvue de forces surnaturelles, faite de chair et de sang, vulnérable et délicate. Tu traverses le temps sans te poser de question et pourtant... Cette famille qui est tienne cache un sombre secret. Des siècles que cette famille se déchire, se ment, se dérobe et s'affronte à coup de paroles divines et de fusils à canons. Tant de larmes, de joies, de peurs et de vies troublées. Tu baignes dans un océan de mensonges et de factices. Sous leurs frasques et leurs caprices, tu n'es que la victime de leur ego et de leur haine viscérale. Fruit des tourments d'un amour tumultueux, tu es cette bâtarde, ce démon aux yeux d'opale. On suppose que tu es des leurs. D'autres cris à l'infamie! On ne sait de quel côté tu pencheras. Alors, mieux faut cacher cette abomination de la nature et l'éduquer à coup de paroles divines, au cas où, jusqu'à en perdre le véritable but: te préserver. Oui, mais jusqu'à quand? Car le temps passe, l'horloge fait tic...tac... et dans sa chevauchée, se presse le Diable pour te happer d'entre les tiens... ~ clan ; Aucun, tu es une humaine, pure et simple, enfin... ~ pouvoirs ; Coule dans tes veines ce poison mortel qu'est la sorcellerie. Tu n'en sais pourtant rien. On te préserve depuis ton enfance. On te condamne à une vie conçue de fil blanc. On bâillonne ce monstre qui est tapis en toi. Il ne faut surtout pas qu'il jaillisse. Reste silencieuse pour le bien de ta famille. Pour le bien de tes ancêtres qui ont longtemps chassé les sorcières. Ce serait un affront, une hérésie! Magie blanche ou magie noire, don obscur ou divin, on ne sait pourtant pas qu'elle aura t'entoure, t'emprisonne dans cette chair de porcelaine. Tu es cette énigme, ce mystère, cette adorable prise de tête. Les sortilèges, les potions, les sorts, les malédictions, tu connais en théorie, héritage de cette famille, tes cousins, aux nombreux trophées, faisant tomber les têtes de ces viles tentatrices. Tu en demeures une à cet instant, mais tu te persuades du contraire, tu l'ignores, te voile la face subtilement. Il est là, en toi, ce don, s'exprimant au quotidien. Tu prends la moindre manifestation pour un hasard. Une coïncidence. Une chance. Jusqu'au jour où tu cesseras de te trouver des excuses et enlèveras avec effroi ce voile te couvrant le visage. Tu possèdes le don de la Mort. Celui d'annihiler toutes formes de vie sur terre. Tu aspires les vies, fais pourrir la nature, rend le paysage laid et glauque. Tu es la Mort. Tu laisses derrière-toi une nature ravagée. Tu hôtes les vies de tes griffes acérées. Chaotique, tu ne maîtrises rien. Liée à tes émotions, ce don funeste s'exprime à sa guise, sans contrôle. Un simple effleurement pour faire pourrir... un contact prolongé pour absorber la vie... Absorption d'énergie vitale est un nom possible. Accompagnée d'une aura morbide, tu donnes la mort alors que tu vénères la vie. Malédiction. Il n'y a pas de pires maux. Faucheuse des temps modernes, tu captures les vies, aspire les âmes pour les conduire aux Enfers. ~ métier ; Tu n'exerces aucun métier à ce jour. Tout ce que tu fais, c'est bénévolement. Tu travailles avec ton père dans sa petite chapelle, fais partie de plusieurs associations, apporte ton aide quand il est nécessaire. Mais en aucun cas tu prêches la bonne parole. Tu ne te sens pas en droit de parler aux noms des anciens, plus expérimentés et plus sages que toi. Tu restaures bénévolement l'ancienne Eglise Mátyás avec quelques personnes. Tu apportes les ouvrages aux bibliothèques et aux librairies. Tu t'appliques à la tâche, tu aimes ce que tu fais. Habille de tes mains, tu prends plaisir à fabriquer des objets, à décorer, à peindre, à sculpter. Tu n'as pas vraiment d'idée de ce que tu feras plus tard. Tu ne te poses pas de question. Tu fais cependant des études d'Histoire, fascinée par le passé, les vieux ouvrages, les pierres et les artistes. Tu as l'amour des vieilles pierres et des demeures anciennes. Tu t'intéresses depuis peu à l'histoire de ta famille, à tes ancêtres. Tu creuses davantage et cela dérange. ~ orientation sexuelle ; Tu es et demeure hétérosexuelle. Attirée par la virilité des hommes, leurs charmes t'ensorcellent et t'envoûtent. Les courbes des femmes sont merveilleuses, mais la robustesse des hommes n'est pas sans pareille. Cependant,  tu demeures vierge de toutes caresses sensuelles et de plaisirs charnels. ~ statut matrimonial ; Tu es cette beauté insaisissable, cette fleur sauvage. Célibataire, sans attache, sans anneau, sans promesse. Libre comme l'air. ~ caractère ; Eden... tu n'es pas comme tout le monde. Te définir serait un crime tellement tu es complexe et énigmatique. Chaotique. Magnétique. Electrique. Cœur pur à l'esprit tortueux ou ne serait-ce l'inverse? Émane de toi une aura mystérieuse, envoûtante, tantôt lumineuse et rassurante, tantôt sombre et inquiétante. Tu es avant tout une personne fascinée et fascinante. Toujours prête à t'enflammer, il te faut constamment agir, faire quelque chose, construire ou, si ce n'est pas possible, détruire. Tu te passionnes pour tout ce qui sort de l'ordinaire. Baignant dans la religion, tu es cette pratiquante pieuse et conservatrice, aimant les traditions. Mais point rigide, dépourvue d'étroitesse d'esprit, tu es ouverte et généreuse envers ton prochain, ne les jugeant point, acceptant leurs différences autant que leurs failles et leurs imperfections. Tu n'es pas une bonne pâte, trop affirmée pour te faire marcher sur les pieds, mais tu donnes volontiers de ta personne sans rien attendre en retour. D'un esprit vif et alerte, ta logique est implacable et tu captes très vite ce qui se passe autour de toi. Tu arrives en général à cerner la personnalité des gens, par leur aura et leur façon de se mouvoir. Tu es cette fleur délicate, mais affirmée. Généreuse, mais sauvage. Entière, mais différente. Tu affiches cette image de fille douce, tendre et sensible, mais c'est quand on te connait bien qu'on se perd réellement. Tu es comme inaccessible, toujours en mouvement, dans ton monde. Charmante, dévoilant une sensualité peu commune, tu charmes sans le vouloir, tu captives par un regard. Crime. Vile tentatrice inconsciente de ses charmes captivants. Tu n'es pas cette image qu'on t'a façonné, tu es bien plus complexe, plus nuancée. Ces temps-ci impulsive, submergée, tortueuse. Tu hurles en silence. Il existe des fêlures que tu as du mal à cacher. Ils font surfaces, rugissent, t'assaillent, te transpercent de toute part. Tu n'es pas que lumière, tu es aussi ténèbres. ~ les légendes, tu en penses quoi? ; Baignant dans la religion depuis ta naissance, tu crois en Dieu et à son contraire. Tu crois aux démons venus sur terre pour féconder avec les humains et engendrer des montres sans pareille. Tu crois aux monstres sans visage, à ceux cachés sous le lit, dans le placard, cachés sournoisement dans les pensées et les songes. Tu crois aux dérivés de ce mal. A la sorcellerie, aux créatures de la nuit et de la lune. Tu as baigné dans un univers surnaturel que tu ne dois absolument pas approcher.  On t'a fais haïr les races. On t'a fais peur. Mais au final, que penses-tu vraiment? La curiosité l'emporte généralement, mais au fond, toi qui a baigné dans la tolérance et l'amour de Dieu grâce à un père pasteur plus clément et plus sain que le reste de ta famille, tu te dois d'aimer ton prochain, même si ce dernier à le visage du démon. Tu ne dois pas t'en approcher. C'est le Mal. Inconsciente sûrement, mais ce monde t'attire autant qu'il te fait peur. Et pour cause, le surnaturel coule dans tes veines.


Née dans famille pieuse, son père est pasteur ~ Sa mère est morte à l'accouchement ~ Première fille à naître en tant que Vulpesco ~ Elle a été élevée dans la religion depuis sa naissance, son livre de chevet étant la Bible, elle est croyante et pratiquante ~ Elle a des cousins éloignés, autre branche des Vulpesco, fanatiques et chasseurs ~ Porte toujours sur elle un pendentif avec une croix en argent et un deuxième pendentif en forme de demi-lune ~ Aime sortir la nuit et marcher sur les toits ~ Contemple souvent la lune ~ Souvent dans son monde ~ Aime se cultiver ~ Amoureuse des arts: la peinture, l'écriture, la musique, les sculptures, la danse ~ Elle pratique d'ailleurs la sculpture, elle peut s'exprimer pleinement ~ Ecrit et lit beaucoup, c'est une dévoreuse d'ouvrages ~ Lit quelques pages de la Bible chaque soir ~ Adore la cuisine japonaise, chinoise, vietnamienne ~ Elle ne se laisse pas facilement approcher, farouche ~ Aime la pluie, les tempêtes, les orages, la foudre qu'elle contemple ~ Exècre tout ce qui est lié de près ou de loin au satanisme ~ N'aime généralement pas les tatouages qui représente des têtes de morts, des croix et autres dessins porteurs d'un sens peu catholique ~ Elle ne boit, ni ne fume ~ Fait souvent des terreurs nocturnes depuis qu'elle est enfant ~ Elle garde toujours cette sensation de n'être pas seule dans ses songes ~ Elle a souvent des visions, des flashs, des pensées violentes durant ses nuits ~ Fascinée par cet homme qui hante ses nuits depuis son enfance~ Adore manger des cerises, sous n'importe quelle forme ~ S'est toujours sentie différente ~ Attirée depuis peu par le surnaturel qu'elle devrait fuir, même haïr ~ Elle est mélomane. Elle aime qu’une douce balade vienne lui caresser les oreilles, elle aime les voix claires, ces sirènes qui l’envoûtent, elle perd pied les écouteurs allumés. ~ N'a aucune notion en technologie. Elle ne possède ni téléphone portable, ni ordinateur, ni télévision et autres gadgets du genre ~ Tente souvent clandestinement d'aller à l'Opéra pour assister à une représentation ~ Elle n'a jamais été amoureuse ~ Considère qu'on ne devrait pas faire l'amour avant les liens du mariage ~ De ce fait, elle est vierge et n'en a pas honte~ Attirée par les hommes plus âgés qu'elle ~ Bénévoles dans plusieurs associations ~ N'aime pas les nains de jardin, ça lui fait peur ~ Malgré qu'elle aime la compagnie des gens, c'est une grande solitaire ~ Est attirée par le danger, au fond, elle est aventureuse ~ Des manifestations étranges lui font perdre pied, lentement, sournoisement ~ Depuis son enfance, on bride ses pouvoirs pour que jamais ils ne se manifestent, jusqu'à ce jour...~


ton pseudo : Pinkie  Smile  ~ âge : j'ai 23 printemps mon cap'tain What a Face ~ pays : Douce Fraaaanceee! Cher pays de mon enfaaaancceee  pale  ~ fréquence de connexion : Régulièrement, 5/7 ^^ ~ comment t'es arrivé ici? : Grâce à une gueuse folle et funky  cat Je sais que tu te reconnais, AVOUE What a Face ~ un commentaire? : j'ai hâte de jouer   Et me faire des tonnes de liens    ♥️


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Ven 29 Mai - 19:31



TI C...
Kiss My Eyes The Name To Sleep



Enfance...



« PAPA ! PAPA ! »

Tu hurles dans ton lit. Agitée, tu avais arraché les draps en bougeant nerveusement dans tout les sens, faisant grincer les barres en fer de ton lit. Tu transpires abondamment et les quelques mèches de tes cheveux viennent s'emprisonner, mêlées à la sueur de ton front. Tes prunelles bleues ressortent tout comme tes cheveux couleur ébène font ressortir le teint de porcelaine que tu possèdes. Tu as les traits fins et délicats, emprunt de candeur et de douceur. Habituellement harmonieux, ton visage se transforme laissant place à la terreur. Tu cries, tu pousses des gémissements, tu appelles celui qui est tout pour toi. Qui veille sur toi depuis ta naissance. Celui qui te berce et te chante des chansons douces. Celui qui te parle d'une voix rassurante. Celui qui t'aime et te cajole. Celui qui est censé te protéger face à l'adversité. Il est ta terre, ton sol, ton roc ! Apeurée dans ton lit, tu cries une nouvelle fois son doux surnom dans un gémissement plaintive.

« PAPAAAA ! »

Tu t'impatientes. L'attente se fait longue. Tu reprends à la hâte les draps que tu as balancé récemment hors de ton lit pour les mettre sur toi. Tu as froid. Tu as peur. Plongée dans la pénombre de ta chambre, tu n'oses plus bouger comme si tu sentais quelque chose arriver. Tu jettes des regards furtifs vers ta fenêtre aux volets ouverts. Tu peux voir la pleine lune se faire caresser doucement par de sombres nuages. Le vent fouette les branches entre elles, faisaient virevolter les dernières feuilles mortes accrochées désespérément à cet arbre décharné qui trône près de ta fenêtre. Ses branches tordues ressemblent à des doigts crochus. Tu n'as jamais aimé cet arbre, même avec son feuillage de printemps, il reste grinçant sous tes dents. Tu fixes de nouveau chaque recoin de ta chambre à la recherche de la moindre information perceptible de te faire hurler. Tu étais une bombe à retardement, le moindre bruit, le moindre mouvement te ferait crier. Soudainement, tu entends des bruits de pas au fond de ta chambre. Pas assurés, vifs, rapides. Tu ne reconnais pas la démarche de ton père. Trop légère pour être celle d'un homme. Tu commences à paniquer alors que le plancher en bois se met à grincer sous le poids de l'individu. Ta respiration devient soudainement saccadée, tu as du mal à respirer. Elle devient forte, bruyante. Tu ramènes les draps sur ton nez, ne laissant apparaître que tes yeux et le dessus de ta tête. Vive, aux aguets, tu fixes la porte d'où tu peux percevoir une fine lame de lumière percer sous ta porte en bois. Ton cœur bat de plus en plus vite, de plus en plus fort. Tu veux crier, mais tu te retiens. Ce que tu craignais arrive et tu vois sous tes yeux l'horreur défiler. Tu vois l'ombre bouger devant ta porte, elle enclenche la poignet ronde et dans un élan lent, elle se mit à grincer, te faisant éclater en sanglot.

« Naaaaaaan ! Papa ! »

Tu hurles le prénom de ton père avant de te planquer sous les draps, tremblante de peur. Tu pleures sans t'arrêter, comme si ces derniers aller faire fuir les démons de tes cauchemars. Tu sens alors une main tirer les draps. Tu es tétanisée, tu t'agrippes à ces derniers comme dernier espoir de ta vie. Cela tire de plus bel et dans un coup sec, l'individu envoya valser les draps au bout de ton lit. Tu ouvres de grands yeux en hurlant de terreur. Le monstre est sous tes yeux, visage abominable, sourire terrifiant, mains crochues et dents pointues. Il n'est pas humain. Ni bête, ni homme, il ne ressemble à rien hormis à la chose que tu as imaginé dans ton esprit tordu et étriqué. Au moment où il t'attrape... te caresse les cheveux? Tu ouvres les yeux, tu sursautes.


« Calme-toi, calme-toi ! »

Cette voix, tu la reconnaîtrais entre mille. Celle de ton père Tu te redresses alors sur ton lit, observant chaque recoin de ta chambre, le regard paniqué. Ta lumière est allumée, ton père assit sur le bord de ton lit, tentant de te calmer. Tu ne réagis pas. Pas de suite. En sueur, tremblante, tu dis d'une voix chevrotante et cristalline.

« J... J'ai... j'ai fait un cau-cauchemar ! »

Tu te mets à pleurer. Tu sens alors ses bras t'entourer. Une aura rassurante s'en dégage et tu te laisses aller. La sécurité te happe. Transpirante de  frayeur, tu reprends ta respiration lentement, mais sûrement. Ce n'est point ta mère qui te protège, mais ton père. Tu sens la main de ce dernière caresser ta chevelure humide.

« Tu as encore fait un cauchemar ? »

Sa voix est douce, prenante. Fermant les yeux, tu réponds timidement.

« Oui... »

Dans un mouvement léger, tu t'extirpes de ses bras, le regardant dans les yeux. Les tiens sont humides, le contour de tes yeux gonflés et rouges. Tu te frottes les yeux, fatiguée, épuisée comme si tu avais livré une dure bataille contre toi-même.

« Le même cauchemar... »

Tu descends alors de ton lit pour te diriger avec hâte vers la porte. Presque terrifiée, tu es recroquevillée au loin alors que tu fixes ton père.

« Regarde ! »

Ordonne-tu maladroitement. Tu perds patience, la peur te regagne. Tu vois ton père t'observer. A ton âge, tu ne sais pas quoi penser de son regard. Était-il désespérée par ton attitude ? Lassée ? Énervée ? Déçue ? Tu ne savais pas comment interpréter son regard. Doucement, tu le vois alors se baiser pour regarder sous ton lit. Il relève alors la tête.

« Aucun monstre sous ton lit, comme d'habitude Eden »

Tu l'entends soupirer d'un air las, alors qu'il se relève nonchalant, fatigué. Il se faisait tard, tu l'avais sûrement réveillée au beau milieu de la nuit. Tu le vois alors quitter ta chambre en te faisant une dernière caresse au sommet de ton crâne. Il marche dans le long corridor pour rejoindre sa chambre quand tu l'interpelles au seuil de ta porte, habillée d'une chemise de nuit blanche avec une tête d'ourson. On peut sentir dans ta voix l'angoisse.

« Tu vas où ? » demande-tu toujours de ta petite voix fluette.

« Me coucher. Rendors-toi. Ou lis la Bible. »

D'un ton ferme, sec, il ordonne. Si tu avais fait attention, tu aurais vu que ton père était inquiet. Tellement inquiet qu'il envisageait de reprendre contact avec son oncle, ce fanatique religieux. Mais il ne peut se résoudre à l'appeler. Quelque chose cloche chez toi. Ton père se voile la face depuis trop longtemps. Il était l'heure...



Quelques jours plus tard...



« Depuis combien de temps fait-elle des cauchemars ? »
« Depuis quelques mois et c'est assez souvent en ce moment, même quand elle s'assoupit. »
« C'est toujours le même cauchemar ? »
« D'après ma fille, oui. »

Long moment de silence. Le psychiatre te regarde avec attention à travers ses lunettes rondes. L'air grave, réfléchi, il te fixe sans un mot alors que tu es en train de jouer avec un camion de pompier que tu as trouvé dans la caisse aux jouets. Tu n'écoutes pas la conversation des grandes personnes, tu te laisses aller dans ton monde. Plus personne existe. Le psychiatre détourne alors l'attention sur la jeune enfant aux cheveux noir ébène pour parler d'une voix grave à son père

« Elle prend des médicaments ? »
« Non, du tout, je ne lui donne même pas de la camomille, elle a horreur de cela. Pourquoi ? »
« Les médicaments pourraient perturber le métabolisme des petits et perturber leur sommeil, ce qui provoqueraient des cauchemars à répétitions, une manifestation normale du corps humain pour envoyer un signal d'alarme au cerveau. »
« Qu'est-ce donc alors ? »
« Continuons... nous trouverons bien ce qui perturbe votre fille... »


Trop risqué. Il ne peut laisser sa fille dans cet état. Quelque chose cloche. Le père prend peur. Il appel au téléphone son oncle. D'une voix chevrotante, il a du mal à parler, à déglutir. Il ferme les yeux en prenant une grande inspiration.


« Vladimir... on a un problème... »
Silence au bout du fil.
« Ma fille... »
« J'arrive. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Ven 29 Mai - 19:31



TA C...
Couvrez ce sein que je ne saurais voir...



Adolescence...



Dans le jardin de ta maison, tu es assise, adossée contre un immense arbre en chêne. Tu as dans tes mains un vieil ouvrage que tu as trouvé au grenier. Un conte pour enfant où régnait en maître magie, amour et combat chevaleresque. C'était habituellement des livres qu'on t'interdisait de lire. Tu ne devais te laisser détourner du droit chemin par des sornettes, par des écrits venant tout droit des esprits tortueux de l'être humain, entaché par le vice. Mais ton père te laissait faire, ne voyant qu'un conte pour enfant. Mais outre cela, tu ne devais pas regarder la télévision. Tu ne possédais pas de téléphone portable. Tu n'avais pas d'ordinateur. Non, tu n'avais rien de cela, tu étais coupée du monde. Comme vivant dans l'ancien temps, tu observes ton père couper du bois avec une hache. Tu te trouves dans ta maison de campagne, loin de la ville, loin de tout. Pour quelques jours. Il n'y a pas de date de retour. Ton père a besoin de respirer. Il t'emmenait toujours avec lui. Protégée, préservée, étouffée. Il y avait des jours où tu te sentais comme captive. Tu te sentais étouffée, surprotégée pour des raisons qui t'échappaient. Ton père te parlait de Dieu et de ses conseils. Ton oncle te parlait du monde malsain et de ses suppôts. Élevée à l'écart dans des principes religieux stricts, tu ne devais te laisser avoir par les nombreux subterfuges de tes contemporains. On t'avait appris à discerner le vrai du faux, le bien et le mal. On t'avait encré des principes, des valeurs, des traditions. Tu étais en décalage avec les jeunes de ton âge. Par ce que tu étais et ce que tu représentais, mais aussi, parce que tu t'étais toujours sentie différente. Cela ne te dérangeait pas vraiment, même si le fossé entre toi et tes camarades se creusait un peu plus chaque jour et devenait pour toi dérangeant. On pointait toujours du doigt le différence. Tu voulais leur montrer qui tu étais vraiment, passer outre cette image de fille de pasteur, pieuse et parfaite. Mais les préjugés étaient tenaces et les étiquettes vite imposées. Pourtant, tu ne leur en voulais pas. La rancune ne rongeait pas ton cœur. Elle t'était inconnue. Tu pardonnais facilement en oubliant vite fait. Tu ne posais pas de problème. Tu étais sage, délicate, posée, courtoise, respectueuse. La fille idéale pour tout parent. Ton père était fier, mais il était souvent inquiet. Tu avais grandi en voyant ton père s'angoisser au fil des jours, sans connaître la raison. Il se rongeait le sang, parlait peu. Seulement pour donner des ordres ou me réconforter. Il s'était réfugié dans ses pensées, ses maux, ses démons. Tu avais en quelque sorte grandi toute seule. N'ayant aucun repère. Venant même jusqu'à prendre soin de ton père tellement il était incapable de se lever de son lit. Tu te demandais quel mal étrange l'avait frappé. Reclus, priant chaque jour, loin du monde, effrayé pour un rien, angoissé, autoritaire, il avait changé, mais pas son amour pour toi. Quand il voyait qu'il allait trop loin, il fondait en larme. Dépressif. Il était dans la tourmente. Il ne pouvait être dur avec toi. Il ne le pouvait pas. Parfois, il redevenait comme un enfant vulnérable. Il avait tellement vieilli et son visage en portait les cicatrices du temps passé. Ton oncle n'avait cessé de te réclamer. Il voulait te prendre avec lui, t'élever jusqu'à ta majorité. Il voyait que trop bien que son frère ne pouvait plus garder son rôle de père. Défaillance. Mais il avait toujours refusé, épris d'une rage que tu ne lui connaissais pas. Il aurait préféré tuer que de te laisser à lui. Histoire de famille que tu ne connais que très peu, tu supposais une relation conflictuelle, basée sur la jalousie de deux frères. On ne te disait rien aussi. Préservée, comme d'habitude, te forçant à rester dans cette bulle. Et de cette dernière, tu avais fini par en faire ton monde, à ta manière. Alors, quand tu venais passer quelques jours avec ton père dans cette maison de campagne, tu savais qu'il avait ce besoin crucial de se ressourcer, au risque de perdre la tête.


C'est alors que le bruit d'un moteur rugissant interrompt votre après-midi bucolique. Tu lèves le nez de ton livre pour regarder le portail au loin. Grosse voiture noire aux vitres tintées, écrasant sur son passage les parterres de violettes et faisant fuir les oiseaux. Tu arques un sourcil, surprise d'une telle intrusion. Ton père cesse de couper le bois et observe l'individu avec crainte.

« Reste-là. Je reviens. »

Sa voix est morne, affichant toujours cet air inquiet. Il se dirige vers le portail alors que l'individu descend de son monstre à moteur. C'est ton oncle, Vladimir. Il en imposait comme toujours et tu étais souvent intimidée par ce dernier. Tu n'aimais pas rester seule dans la même pièce que lui. Il avait beau être prêtre, émanait de lui une aura malsaine. Tu ne l'appréciais définitivement pas. Il n'était pas tendre avec ton père et le fait qu'il soit toujours nerveux en sa présence, ne t'encourageait pas à l'accepter. Qu'il retourne chez lui au lieu de venir vous importuner !

Tu les observes au loin. Tu n'entends pas leur discussion. Ils chuchotent. Alors que Vladimir domine ton père, ce dernier se dandine, trépigne, se gratte la joue, la nuque, le bras, nerveusement. Tu décides d'intervenir. Tu te lèves ainsi donc, laissant ton livre pour enfant dans un coin et prenant dans tes mains la Bible qui ne te quittait jamais. Faire bonne impression. Tu vas à leur rencontre quand tu remarques leurs regards se poser sur toi. Ils cessent de chuchoter. Vladimir t'observe avec effroi, presque insulté par ton intrusion. Il te montre du doigt alors que ton père te fait signe de ne plus avancer, bloquant l'espace qu'il y avait entre toi et son frère par son bras.

« C'est donc pour cela que tu t'isoles ici ? Pour laisser ta fille se dévergonder ! »

Sa voix est agressive, regard accusateur alors qu'il te dévisage de ses yeux perçants. Il te regarde comme une traînée, tu es cette vile tentatrice. Et pour cause. Ton habillement laisse à désirer au sein de ta communauté. Mais loin de toute civilisation, à la campagne, dehors durant une après-midi de printemps. Il fait chaud. Et les corps se dévoilent. Tu ne veux pas paraître grossière, ni insultante. Avec innocence, sans te rendre compte de l'image que tu peux renvoyer, tu as choisi de porter une robe blanche, légère, mais surtout très courte. Elle t'arrive à mi-cuisse et tes épaules sont dénudées, bretelles tombant sur tes bras. Ta gorge voluptueuse se soulève délicatement à chacune de tes respirations. Tout ton corps est un appel à l'amour! Au viol pour Vladimir ! Jeune fille en fleur, tu deviens une femme, dévoilant des courbes trop longtemps cachées. Trop de chair dévoilée. Blasphème ! Honte ! Le courroux de ton oncle se fait sentir, aussi tranchante qu'une lame. Il devient fou. T'insultes. Ton père t'ordonne alors de rentrer à l'intérieur. Ta présence est perturbante. Tu déranges. Tu t'exécutes, confuse, mais paumée. Tu as l'impression d'avoir commis un crime. Tu n'as rien fait de mal. Tu étais seule. Tu n'as rien demandé. C'est lui qui est venu te perturber, c'est lui le coupable. Tu te terrorises d'une telle pensée. Tu montes dans ta chambre rapidement, ferme la porte à clef, tire les rideaux. Tu te déshabilles, enlevant cette robe enflammant les cœurs pour t'habiller d'une autre, plus longue, plus stricte, de la couleur de l'ébène. On ne voyait plus ta gorge voluptueuse, plus tes bras fins, plus tes jambes élancées. Une chape de plomb. Tu attaches tes cheveux en chignon strict. Tu te transformes en cette fille pieuse qui ne doit attirer en aucun cas les regards. Tu as pêché tout à l'heure. Certes, mais dans les yeux de ton oncle, pas les tiens. Tu n'as rien fait de mal et c'était ce qui énervait Vladimir. Il avait trouvé l'éducation de son frère trop laxiste, trop gentille, trop tendre. Il l'avait prévenu que s'il continuait ainsi, tu deviendrais ces viles tentatrices, ces filles de joies, ces traînées que sont les femmes d'aujourd'hui. Il voulait t'éduquer, t'inculquer les préceptes religieux à sa façon. Sans succès. Ton père ne lui avait jamais confié ta garde. Tu étais pieuse, croyante et pratiquante, mais tu étais une croyante moderne, libre et bien dans sa peau.


Les nuages viennent obscurcir les rayons du soleil, plongeant la maison dans une pénombre troublante. Ta chambre était calme, quelque peu sinistre par l'obscurité qui règne. Tu te tiens debout devant ta fenêtre, soulevant ton rideau pour observer la scène dans le jardin. Tu vois Vladimir toujours en colère, hurlant sur ton père alors que ce dernier tente de le raisonner. Tu sens ce sentiment néfaste qu'est la colère, prendre possession de ton cœur avec avidité. Tu ne supporte guère qu'il parle ainsi à ton père. Tu ne l'aimes pas. A cet instant, tu le détestes ! La pluie commence à tomber, le ciel gronde tout comme ton cœur. La pluie tombe en trombe, tu écoutes les milliers de gouttelettes qui percutent la transparence de la fenêtre. Ton regard est fixé, quelque peu absent. Ton esprit est absent et vagabonde d'un endroit à l'autre, sans que tu puisses maîtriser tes pensées. Tu sens que ça monte... c'est inconnu... Ça bouillonne, ça veut sortir. Ça parcours chaque parcelle de ton corps, comme un manque, une drogue, un appel incessant. Tu es dans cette position depuis plus d'une heure. Tu tripotes de tes doigts ton pendentif en croix. Tu n'as pas bougé, émit aucun son. La poignet de la porte s'affole. Ton père tente de rentrer. Tu sors de tes pensées. Il te demande de descendre pour souper.

« J'arrive... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Ven 29 Mai - 19:32



BO UM!
Sous mon armure, je me fissure...



Il y a quatre mois...



« Eden?! Eden réveille-toi! »

Tels sont les premiers mots que tu entends l'hors de ton réveil. Tu as du mal à ouvrir les yeux, la lumière blanche des néons t'aveugles. Tu respires mal, tu suffoques presque. Ta gorge est sèche, ta bouche pâteuse, tes lèvres gercées. Une barre invisible au-dessus de tes yeux te compresse le crâne comme un étau. Tu as des cernes violettes autour des yeux. Tu as du mal à bouger,  du mal à refaire surface. Tes muscles sont raides. Tu sens ta peau tirer, se craqueler à chacun de tes mouvements. Ce n'est pas normal. Les yeux grands ouverts, tu vois ton père à ton chevet, parler avec le médecin. Il pousse un souffle de soulagement en te voyant parmi les leur. Il a les yeux embués, se cache. Pleurer est une faiblesse. Il se retient alors que l'homme en blouse blanche s'approche doucement de mon lit. Je suis dans un hôpital... je n'ai aucune idée de ma venue à ces lieux.

« Pourquoi suis-je à l'hôpital?! J'ai mal à la gorge... »

Ta voix est rauque et tu as du mal à articuler, à déglutir. Cela te brûle la gorge. Tu tousses soudainement, inlassablement. Tu craches de la bile noires. Tu t'inquiètes. L'angoisse monte.

« Vous êtes resté inconsciente durant une semaine. Vous étiez plongé dans un coma artificiel, le temps que l'on vous examine. Vous avez eu de la chance mademoiselle, vous auriez pu y rester. Heureusement, votre père est intervenu à temps. »

Le médecin... Il est distant, mais pas froid. Ferme, mais professionnel. Sans oublier ce sourire forcé qu'il donne à tous ses patients pour les rassurer. Tu te demandes ce qu'il peut bien te raconter. Tu ne comprends rien. Sauvée de quoi? Tes souvenirs restent vagues. Tu as du mal à te remémorer ce qui s'est passé. Juste une odeur de brûlée. Un sentiment de peur. Une ombre au fond de ta chambre. Puis le néant absolu. Tu écoutes d'un œil distrait ce que le médecin dit à ton père. Tes souvenirs vont revenir dans peu de temps. Ce n'est pas pour autant que cela te rassure. Tu angoisses à l'idée de ne pas connaître l'origine de ta venue ici, même si tu avais des doutes. Tu regardes tes bras. Ils étaient tâchés de cendres, de suie. Tu reconnais cet aspect noirâtre et cette odeur âcre. Elles te ramènent en arrière. Tu fermes les yeux, dans un soupir. C'est alors qu'un autre homme entre dans la pièce. Le médecin étant partie depuis longtemps. Il te sort de ta torpeur cadavérique. Tu ouvres les yeux difficilement...Vladimir. Tu pousses un léger gémissement. Tu ne veux pas le voir. Il te fait peur. Tu le vois qui ferment la porte, les rideaux. Ton père ne dit rien, tête baissée, abattu par la vie. Il as rendu les armes. Tu l'appelles, presque plaintive. Pourquoi il ne dit rien? Tu observes alors attentivement chaque mouvement de cet oncle qui ne t'inspire pas confiance. Il s'approche de toi, sortant un pendentif en croix, faite en argent, quelque peu humidifiée.

« Te souviens-tu de cette nuit? »

Tu hoches la tête en signe de négation, le regard inquiet. Tu l'observes. Il détourne son regard de toi pour le poser sur ton père. Un léger sourire se dessine lentement sur ses lèvres gercées. Il tend alors ses bras pour passer ses mains derrière ta nuque. Ne pouvant pas bouger, tu te laisses faire. Terminant ce qu'il fait, il te caresse les cheveux doucement. C'est malsain. La moindre caresse était malsaine de sa part. Il se remet debout, tire sur son par-dessus noir, remet son chapeau, prend sa sacoche et t'adresses une dernière fois la parole avant de sortir de la pièce, satisfait. Comme s'il est satisfait de ce dénouement.

« Ton pendentif... il a été miraculeusement sauvé des flammes... je sais à que point tu y tiens... »

Ce pendentif... il était tombé de ta main quand on te transporta à l'hôpital. Il n'avait fait que le ramasser. Mais encore une fois, il dissimulait une vérité par un mensonge. Tu fermes de nouveau les yeux, respire un bon coup. Tu te sens mal. Ta tête tourne. Tes yeux te brûlent. Ta gorge pique. Tu repars lentement dans les bras de Morphée.




Aujourd'hui...


Le processus est enclenché. Il est trop tard. Cette nuit a été le déclencheur de ce qu'on t'a toujours caché. De ce qu'on a pu soupçonner. Car, personne ne sait vraiment si tu en es une ou pas. Ils doutent, sans jamais avoir de preuves accablantes. Ce qui a empêché Vladimir d'agir. Sans preuve, pas d'agissement. Et pourtant... la sorcellerie coule bien dans tes veines. Cette chambre que tu as ravagée par tes soins... toutes ces manifestations douteuses et inquiétantes que tu nies effrontément. Tu te doutes sans jamais l'imaginer, ni même l'accepter. La folie te guette. Tu la sens. Cette ombre. Cette menace. Cette noirceur. Elle t'emprisonne, te happe, t'étouffe. Tu n'es qu'un monstre. Tu es possédée. Tu hurles. Ton esprit chaotique se fissure. Tu n'es plus que l'ombre du Malin... Que la descente aux enfers commence...
Revenir en haut Aller en bas
Leonóra Keresztély
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 169
√ Date d'inscription : 23/04/2015

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Ven 29 Mai - 19:37

Citation :
Tu possèdes le don [à venir ^^]

Razz Sympa le don *PAN*

J'ai un peu lu votre discussion dans la section invités et j'ai graaand hâte de voir ce que tu nous prépares parce que les idées déjà exposées promettent de swinguer grave puis cette réservation de posts Laughing
(ET CET AVATAR aezlfuhqnz)

J'ai des idées de liens qui me viennent éventuellement, je construis tout ça et je reviendrai te hanter une fois ta fiche achevée (ou avant, je sais pas)

Bienvenue et bon courage pour ta fiche pirat clown

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Ven 29 Mai - 19:39

Anna, mais quelle est belle. Like a Star @ heaven
Bienvenue sur PS , j'ai lu la section questions également et ai hate de lire ton histoire aussi. Bon courage pour la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Ven 29 Mai - 20:53

Il swag mon don, je sais Laughing
J'aime beaucoup écrire aussi, je m'étale pale
Owi un lien Smile Smile Viens mon enfant jocolor xD
Et oui, Anna Sleep J'hésite avec Victoria mais on verra ^^

En tout cas, merci à vous deux, vous êtes canons pirat
Et je n'ai pas du tout la pression Laughing
J'espère que mon histoire plaira Sleep
Revenir en haut Aller en bas
Elvira Szabó
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 1180
√ Date d'inscription : 05/04/2015

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Ven 29 Mai - 22:21

Leonóra Keresztély a écrit:
Citation :
Tu possèdes le don [à venir ^^]

Razz Sympa le don *PAN*
Euh j'approuve Crying or Very sad bounce Laughing

En tout cas, bienvenue sur PS!! J'ai vraiment hâte de lire toute ta fiche

_________________

I'm radioactive
I'm waking up to ash and dust, I wipe my brow and I sweat my rust. I'm breathing in the chemicals. I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalypse. I'm waking up, I feel it in my bones enough to make my systems blow. Welcome to the new age, to the new age...
Revenir en haut Aller en bas
Mircea Brâncuși
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 1108
√ Date d'inscription : 21/03/2015

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Sam 30 Mai - 2:35

Te voila enfin Razz
Le prénom est superbe, surtout que tu joues avec la référence (j'aime quand le pseudo à une influence sur le personnage), vile serpent, Eve tentatrice Smile. J'ai hâte de lire la suite, de voir comment elle se débrouille avec la magie. Bienvenue

Si tu as des questions, n'hésite pas Sleep
Revenir en haut Aller en bas
Andrija Adamić
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 389
√ Date d'inscription : 15/05/2015

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Sam 30 Mai - 4:07

Bienvenue I love you

_________________
+we slow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Sam 30 Mai - 5:09

bienvenue clown
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Sam 30 Mai - 8:50

une sorcière qui vient d'une famille ultra croyante ? ça promet ça silent bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche ! Sleep
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Sam 30 Mai - 9:55

YAAAAAAAAA SmileSmile
Pleins de messages Smile


ELVIRA

J'avoue Laughing
Mais ça arrive, ça arrive ^^ Le temps de bien trouver le don qui collera à la perfection à mon personnage ♥️

Merciii!  farao


MIRCEA

I'm here babe jocolor Arrow

Oui, j'adore jouer sur les références, les liens et le prénom Eden était une évidence! clown
Tout m'inspire, tout est lié, vous verrez cela dans ma fiche silent
J'espère en tout cas ne pas vous décevoir Sleep

No soucy pour les questions, je n'hésiterai pas à venir te voir bom
Mercii!


ANDRIJA & MIHALY

Merci à vous deux! No ♥️


SHANINA

Et tu n'as pas encore tout vu  What a Face
Merci ma belle  clown


Merci encore à tout le monde, hâte de terminer ma fiche!
J'ai pas DU TOUT la pression Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Sam 30 Mai - 11:22

Anna a des yeux vraiment sublimes... Sleep
Bienvenue parmi nous ! Hâte d'en savoir plus sur ton "don"
Revenir en haut Aller en bas
Joel Zsivoczky
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 146
√ Date d'inscription : 09/05/2015

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Sam 30 Mai - 15:55

bienvenue I love you

_________________
under the lights we went

come, husk your limbs to my floor, bones sucking stones, her coming storm, under the lights you went, chemical ashes head down, heart on a diamond thread, fennel and lashes wet down. young star, hanuted lynx, i want your bones inside my bones
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Sam 30 Mai - 16:36

Anna Smile
J'ai hâte d'en apprendre davantage sur ta demoiselle.
Sur ce, bienvenue et bonne rédaction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Sam 30 Mai - 17:36

MILA

Elle a de ses yeux, oui Like a Star @ heaven
Merci ma belle Sleep


JOEL

Merci jeune homme Razz


NORA

J'ai bien avancé ma fiche, je pense poster une partie ce soir ou alors demain Smile
Gracias clown
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Dim 31 Mai - 13:20

Bienvenue Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Dim 31 Mai - 23:11

Merciiii Smile

Sur ce, j'ai terminé ma fiche!
Je vais vite poster dans le topic adéquat!

♥️
Revenir en haut Aller en bas
Mircea Brâncuși
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 1108
√ Date d'inscription : 21/03/2015

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Lun 1 Juin - 3:27



bravo tu es validée

Ton personnage est superbe  Smile La gamine qui se fait hanter par un vampire et qui en plus de ça ne comprend pas qu'elle est une sorcière, la pauvre  Laughing. Et comment ça elle se faufile sournoisement à l'opéra ? Mircea accepte de l'emmener  Razz

Pour débuter ta vie dans le forum, il ne faut pas oublier de remplir correctement ton profil. C'est très important de venir voir le bottin si votre avatar s'y trouve, le staff n'est pas parfait. Il faut en profiter pour jeter un coup d'oeil au reste des demandes et pense à lire correctement les annexes parce que nos bêtes ne sont pas comme dans les films et différent de ce qu'on voit en ce moment à la télévision.

Maintenant que tu as fait toutes ces étapes ennuyeuses, nous t'invitons à te créer ta fiche de lien et à la compléter le plus vite possible. Il y a une fiche de lien à votre disposition, pour suivre les couleurs du forum et pour vos fiche tentez de ne pas déformer le forum avec vos fiche, c'est un maximum de 430px. Juste un petit rappel pour les posts rp, si vous mettez des cadre et tout, veuillez à ce que cela ne dépasse pas 430px en largeur, pour ne pas déformer le forum. merci. Une fiche a été construit pour vous ici : fiche pour les posts rp . Et surtout. Have fun.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Lun 1 Juin - 8:55

Yaaaa merciii! Ça fait plaisir pirat
Oui, j'ai aimé l'idée du vampire qui hante ses songes depuis son enfance! Ce sera chouette à faire évoluer en rp ^^

Oooh trop aimable Razz
Elle accepte cependant jocolor

Merci encore!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! Mar 2 Juin - 13:27

amagad, ce perso de fifou Smile
anna-la-sublime + pouvoir de ouf + métier + roumaine tongue
Je viendrai t'embêter pour un p'tit lien Evil or Very Mad
Bienvenue No
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
poisoned soul

MessageSujet: Re: (EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas !

Revenir en haut Aller en bas

(EDEN) ☾ La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» elle est belle la montagne
» Expo "les Baumettes se font la Belle"
» BC Ma Belle Grenouille
» Une belle leçon de civilisation
» Ma belle grenouille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POISONED SOUL :: Fiches-