Il ne faut pas oublier de laisser un petit commentaire sur prd et bazzart.
Merci de privilégier les inscriptions masculines.

Partagez|

Promenons nous dans les bois | Silas (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Promenons nous dans les bois | Silas (Terminé) Ven 29 Mai - 17:13



Promenons nous dans les bois
ft. Silas

L'heure bleu. Moment calme ou les animaux nocturnes retournent se coucher et celle ou les autres sortent de leurs petits terriers. Le silence règne comme un lion sur la savane et n'importe quel être humain trouverait ce moment beau et apaisant, pourtant le jeune chasseur reste aux aguets. Depuis des heures, il traque sa proie qui pour le moment restait plutôt calme, sauf peut-être pour quelques lapins ou deux. Les Serbans ne tuaient pas sans raison et faisaient la plupart du temps de la simple prévention dans les rues de budapest,observant le comportement des créatures afin de définir s'ils étaient dangereux ou pas.

Pour sa propre sécurité, il restait en retrait, à l'écart pour que l'animal ne puisse l'entendre. Certains savaient se contrôler sous leur forme animal, mais la plupart en étaient incapables et pouvaient rapidement déraper même s'ils ne le souhaitaient pas. Léopold n'aimait pas chasser en forêt, pour la simple et bonne raison que la majorité des créatures qui traînaient dans le coin se nourrissaient uniquement d'animaux sauvages et surtout parce qu'il avait peur de tomber sur Mihaela avec une pauvre biche dans la gueule. Cette vérité, il avait encore du mal à l'accepter. Avant cet accident, les créatures représentaient avant tout des monstres peu fréquentables et dangereux pour l'humanité et pourtant, il avait dû admettre que certaines pouvaient être parfaitement agréable et sympathique. Finalement, tout le monde cachait sa propre monstruosité.

Alors silencieusement, il suivait la créature dans les sous-bois. Zigzaguant entre les chênes et les bouleaux à petit pas de chat. Tout se passait bien dans le meilleur des mondes, quand soudain, sous son pied comme dans un vieux cartoon, un bout de bois craqua d'un bruit sourd qui résonna dans le silence de la forêt. Les oreilles de l'animal se dressèrent en arrière, alerté il revient sur ses pas à la poursuite du chasseur qui se cachait comme il pouvait derrière un gros tronc. Léopold savait parfaitement qu'il était repéré et que cela ne servait à rien de courir. L'espérance de vie d'un homme courant devant un loup était aussi basse qu'un poulet dans un KFC.

Il fallait agir vite pour ne pas finir dans la gueule du loup. Léopold, d'un naturel courageux si ce n'est suicidaire s'élança en direction de la créature, la surprenant légèrement, comme il avait l'habitude de le dire, la meilleure défense c'est l'attaque. Dans sa main, il tenait un petit couteau en argent. Le chasseur ne voulait pas spécialement tuer la créature qui semblait plus effrayée qu'autre chose, mais il était obligé de se défendre face à ces crocs. Sous la puissance de l'animal, Léopold tomba dos au sol et sentait le souffle du loup sur son visage, mais d'un geste rapide, il lui enfonça sa lame dans le flanc droit évitant ainsi de toucher les organes vitaux.

La douleur forçait souvent les loups à reprendre leur apparence humaine qui entre nous était bien moins dangereuse. Léopold ne savait pas vraiment s'il voulait tuer la créature ou pas, mais quand les poils laissèrent place à une peau beige, il reconnut rapidement un visage qu'il ne connaissait que trop bien. Quelle ironie. Comme si sa meilleure amie n'avait pas suffis, il fallait que celui de sa soeur le soit aussi. Un joyeux bordel qui étrangement l'agaçait fortement. Il ne savait pas quoi dire face à cette découverte et il ne pouvait définitivement pas le tuer, du moins pas pour le moment. Son esprit se brouilla, il se demandait si sa soeur était au courant, comme il l'était pour Miha. S'il le lui cachait. S'il lui avait déjà fait du mal. Et comme seule réponse, le plus jeune retourna l'autre homme et lui colla une bonne droite dans le visage avant de s'arrêter.

— Espèce de ...

Les mots refusent de sortir et il se relève, laissant l'autre au sol qui devait encore souffrir de sa plaie au niveau des hanches. Rien de trop méchant. Léopold était encore sous le choc de la découverte et était bien content de ne pas être en chasse avec Izabella.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois | Silas (Terminé) Sam 30 Mai - 19:43



pendant que le loup n'y est pas
ft. léopold

la bête rode, cherche une proie. ses yeux scrutent les bois, son odorat détecte son repas : pauvres lapins, pauvre biche, le prédateur est de sortie. être d'habitude, il a sa routine, son lieu de chasse. ses pas sont discrets, ses pattes foulent le sol avec une certaine agilité. les oreilles du loup sont dressées, attentives. il traque sa proie, mais il se sait traqué : il se sent observé. l'animal ignore si la présence est dangereuse ou inoffensive, il reste sur ses gardes.

la chasse est fructueuse pour le canidé : sa patte puissante immobilise l'animal, ses crocs acérés se sont refermés sur le lapin, mettant fin à ses jours sans plus de manières  – le cycle de la vie dans sa plus grande simplicité. sa gueule arrache la chair crue, l'animal se nourrit. il se concentre uniquement sur cela, oubliant son observateur, ne se souciant plus que de son festin de roi.  le loup passe sa langue sur ses babines, le sang du gibier gouttant de sa gueule.
il va pouvoir se remettre en route, jusqu'à la fin de la nuit.

un craquement – pas à cause de ses pas.

l'animal se fige, ses oreilles se dressent, ses muscles se tendent, il est prêt à bondir. il se retourne, revient sur ses pas, là d'où vient le bruit. il renifle l'odeur – humain. non. proie. il gronde, laisse apercevoir les canines tranchantes, armes meurtrières. il se veut effrayant, veut faire fuir l'homme. il se tient sur ces gardes, étudie le comportement de cette proie –  devant cet opposant peut-être au dessus de ses capacités. mais le loup est sans peur, animé par la faim à cet instant.
l'homme s'élance, le prends par surprise – le loup réagit trop tard, ouvre sa gueule qu'il referme dans le vide avec un claquement sonore, mais cela est suffisant pour faire chuter le chasseur. il grogne,  tombe sur ses pattes, s’arc-boute au-dessus de l'homme.
là, il est en position de force : il peut, s'il le veut, arracher sa gorge d'un coup de croc, faire de lui son festin, il ne resterait rien de lui – cela serait si facile. il s'imagine déjà la sensation de la chair contre sa mâchoire, le sang, le goût de la viande. mais le loup hésite, haletant, comme une dernière part d'humanité derrière les yeux clairs de l'animal.

cette hésitation est suffisante pour l'homme qui lui enfonce la lame dans le flan. l'animal laisse échapper un gémissement plaintif, recule sous la douleur. l'animal blessé s'éloigne, et laisse place à l'humain, silas.

silas est perdu, déboussolé. la transformation est brutale, imprévue et non-contrôlée, la douleur le ramène douloureusement à la réalité. il pose sa main sur la blessure, relève les yeux vers le chasseur – ses yeux clairs s'arrondissent alors qu'il réalise avec horreur qui est devant lui. « léopold ?! » c'est encore confus dans son esprit, mais voir le frère de sa meilleure amie lui fait l'effet d'une douche glacée. « qu'est-ce que... » le coup de poing l'interromps et achève de le sortir de sa confusion. silas serre le poing, mourant d'envie de lui retourner le coup – alors qu'il est en tort. il tente de lancer son poing pour rappliquer, mais lorsqu'il tire sur ses muscles, la douleur est déchirante : silas laisse échapper un juron, et abandonne. il s'appuie plutôt sur l'arbre pour se relever, tenant sa blessure d'une main. heureusement qu'il guérit plus vite : mais bordel, qu'est-ce que les larmes en argent pouvaient faire un mal de chien – l'expression est si bien choisie. « écoute, je peux t'expliquer. » grogne silas, haletant. ses yeux cherchent le regard de léopold. il ne sait pas exactement ce qu'il doit expliquer – comment il est devenu un loup, qu'est-ce qu'il fait ici, ou pire, ils vont parler d'izabella. silas se mords la lèvre, nerveusement. on peut pas imaginer pire situation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois | Silas (Terminé) Dim 31 Mai - 8:30



Promenons nous dans les bois
ft. Silas

L'animal, qui n'était plus un animal semblait autant sous le choc que le chasseur. Un état qui pour le chasseur ne tarda pas à se mêler à une légère colère. Il refusait que sa soeur est-elle aussi pour meilleur ami un loup, il savait comment c'était dur et il refusait qu'elle vive la même chose que lui, si ce n'était pas déjà le cas. Léopold connaissait assez bien sa soeur pour savoir qu'elle lui en aurait parlé, puis il se souvint que lui n'avait rien dit et avait gardé ses petits secrets. Le chasseur se tenait désormais debout, pas très loin de Silas qui semblait plutôt mal en point, même s'il ne tarderait pas à guérir. Au pied de son arbre, le plus vieux prétendait pouvoir expliquer la situation, mais que pouvait-il expliquer ? C'était un loup, comme l'était Mihaela.

— Ta gueule ! Tu n'avais pas le droit, pas toi, pas toi aussi...

Le jeune homme ne savait plus quoi faire de son corps. Il naviguait entre colère et tristesse, un sentiment d'injustice dans la gorge, comme si sa famille était enclin à une sorte de malédiction. Pourquoi n'avait-il pas le droit d'avoir une adolescence parfaitement normale, avec des amis tout à fait normaux et surtout totalement humains ? Léopold tenait trop à sa soeur pour la voir souffrir et il n'imaginait pas le désastre que cela aurait été si cette nuit, c'était elle qui était en charge de la forêt.

— Est-ce qu'elle le sait ?

Léopold et Silas se connaissaient depuis très longtemps, sans pour autant être très proches, mais jamais il n'aurait imaginé se retrouver dans une telle situation avec lui. Le plus âgé n'avait définitivement rien d'un monstre, pour dire, même Big Notorious osait l'attaquer. Dans un élan de colère, Léopold pointa son fusil en direction de l'animal. Bien sûr, il ne comptait absolument pas lui tirer dessus, quoi que cela pourrait régler bien plus vite l'histoire.

— Parle ! Dis quelque chose !

Quelques minutes plus tôt, il lui demandait de se taire. Une contradiction qui montrait le flou dans lequel se trouvait le chasseur, qui aurait préféré ne jamais découvrir la chose. Entre Silas, son cousin et Miha, Léopold avait le don de démasquer les petits secrets de tout le monde. Le jeune homme inspira un grand coup, histoire de se calmer un petit, jugeant qu'il était parfaitement inutile de s'énerver à ce point.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois | Silas (Terminé) Dim 31 Mai - 9:09



pendant que le loup n'y est pas
ft. léopold

la colère de léopold est légitime : il est si proche de sa sœur, évidemment qu'il réagit entre colère, surprise, tristesse et tout ces sentiments, même contradictoires. mais pourtant, silas serre la mâchoire, le loup en lui encore trop présent. il gronde, - tu n'avais pas le droit, lui dis léo, comme si silas avait choisi ! il ignore l'injonction de se taire, trop révolté pour ça. la colère l'aveugle, le rends sourd. « si t'es au courant pour miha, tu devrais savoir que c'est pas vraiment notre choix ! » crache-t-il en se redressant, lâchant la blessure qui commence à se résorber. il serre les poings. léopold sait pour mihaela, il devrait savoir que ce n'est pas de gaieté de cœur que silas se transforme en bête. l'angoisse fait battre son cœur à tout rompre.  

léo pointe son fusil sur lui – et étrangement, silas reste calme, bien qu'il ai un léger mouvement de réflexe. il doute qu'il tire. malgré tout, malgré sa nouvelle identité, silas est encore le meilleur ami de sa sœur, et il n'est pas un monstre, une bête assoiffée de sang, ni un tueur. il ne peut pas l'abattre comme ça, et devoir se charger d'expliquer à iza qu'il.... - - silas s'interdit de penser à la réaction d'izabella si elle apprenait qu'il était – un loup et – mort à cause d'un chasseur.

il ravale sa salive. non, il n'a rien dis à izabella, prétendant attendre le bon moment. comme s'il y en avait un, de bon moment pour annoncer ça. « non. non je lui ai rien dis ! » silas inspire en même temps que léo, pour se calmer aussi, retrouver toute son humanité. il ferme les yeux, remets de l'ordre dans ses pensées, dans ce fichu capharnaüm sous sa masse capillaire bouclée – chasse les pensées animales qu'il relègue au fond de son esprit.  « non, reprends-t-il, je ne lui ai encore riens dis. je voulais. je savais pas comment. il marque une pause et fronce les sourcils c'est arrivé y'a pas longtemps – ma morsure. c'est pour ça que j'ai rien dis. » c'est une piètre explication, le jeune homme le sait, mais c'est la stricte vérité. elle ne va pas convaincre léopold, c'est sur, mais silas est sincère. « ne lui dis rien. s'il te plait ?  » il ignore encore comment il va annoncer cela à izabella – mais il veut être celui qui le fera, par soucis d’honnêteté. ça serait dur, mais elle serait encore plus en colère envers lui si c'était léo qui lui disait. il soupire. quelle merde, il pense.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois | Silas (Terminé) Dim 31 Mai - 18:09



Promenons nous dans les bois
ft. Silas

Choisir. On entend souvent les gens dire qu'on a toujours le choix, que nous sommes les seuls maîtres de nos vies, pourtant il évident maintenant pour Léopold que certaines choses s'imposent d'elles-mêmes. Mihaela n'avait jamais demandé à se faire mordre et du peu qu'il connaissait Silas, cela devait en être de même. Pourtant, il n'arrivait pas à se calmer, à se dire que c'était un accident comme un autre, une fois c'était une chose, deux fois ça ressemblait à de l'acharnement. Comme si toute cette ville était contaminée, comme si leur combat était réduit à néant, comme s'ils avaient déjà perdu.

Le fusil était toujours pointé en direction du loup, ou du moins ce qui en restait, une méthode comme une autre pour le faire parler. Ce dernier semblait assez bien connaître le chasseur pour savoir que ce dernier ne tirerait pas sur la gâchette et pourtant, il ne devrait pas en être si sûr. Rien de plus imprévisible qu'un chasseur, sauf peut-être un loup. Léopold repensait à leurs après-midis ensemble à rire dans le salon de la maison, les chamailleries avec sa sœur qui amusaient bien les deux autres, les deux loups. Si jamais leurs parents venaient à apprendre la nouvelle, ils pouvaient être sûr de déclencher la troisième guerre mondiale et finiraient peut-être même exilé à l'autre bout du monde.

Izabella ne lui avait pas menti. Un détail qui le rassurait passablement, tellement qui baissa son arme afin d'écouter les belles paroles de Silas. Objectivement, le lycan avait de très bonnes excuses pour avoir gardé le silence, mais Léopold bien ironiquement, était le mieux placé pour savoir que garder un tel secret trop longtemps ne pouvait causer que plus de mal. De plus, il refusait que sa soeur passe ses journées avec quelqu'un qu'elle pense parfaitement inoffensif. A moitié soulager et encore totalement perdu, le jeune chasseur décida de s'asseoir à même le sol, adossé contre un tronc d'arbre.

— Tu aurais dû le dire directement, on aurait pu attraper celui qui t'a fait ça. Il va falloir que tu lui dises, tu le sais ça ? Sinon je devrais le faire et tu ne veux vraiment pas que ça arrive.

Léopold préférerait certainement que ce dernier disparaisse à jamais de la civilisation, mais il n'avait pas assez de culot pour demander une telle chose, alors qu'il ne pourrait se passer de Mihaela. Contre toute attente, le plus jeune commença à rire, un rire à moitié nerveux et à moitié honnête. Il fallait dire que la situation était bien plus que cocasse.

— Sérieusement, tu pourrais pas t'habiller un peu.

Il lui lança sa casquette, parce que Léopold restait avant tout un sale gosse. La nouvelle, il n'était pas prêt de l'accepter et nul doute qu'il ait du mal à le voir traîner avec sa soeur, mais pour elle, il devra faire un effort. Enfin, tout cela à condition qu'il le lui dise, sans quoi, il s'occupera personnellement de son cas. On ne rigole pas avec la famille chez les Serban.

— Tu sais qui c'est le connard qui t'a fait ça ?

C'était le chasseur en lui qui parlait, bien plus que le jeune homme. L'agrandissement des meutes n'arrangeaient en rien les chasseurs, surtout que tous ne chassaient pas de petits lapins. Soudain, une question sauta à l'esprit du jeune homme. Silas avait-il déjà tué ? Poser la question n'aurait aucun intérêt, pour la simple et bonne raison que tous loup possédant un cerveau s'empressera de cacher la chose à un chasseur. Un seul faux pas et silas finissait avec une balle entre les deux yeux, un non-dit qui semblait plus qu'évident.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois | Silas (Terminé) Dim 31 Mai - 20:30



pendant que le loup n'y est pas
ft. léopold

silas reste sur ses gardes – léopold n'a peut-être pas l'intention de le tuer, mais le canon reste dirigé entre ses deux yeux, et le doigt du jeune homme sur la gachette. il suffirait d'un rien pour transformer cet échange en massacre. et silas tiens particulièrement à rester en vie encore un moment – il avait échapper à la mort avec sa morsure, il ne tient pas à mourir de la main de quelqu'un qu'il connaît depuis si longtemps.
il ne peut pas s'empêcher de lâcher un soupir soulagé quand lépold choisi de baisser son arme – il se sent déjà plus à l'aise sans cette arme de mort pointé face à son visage. il s'adosse au tronc de l'arbre derrière lui, oublie la douleur lancinante de la blessure qui commence le processus de cicatrisation. et bon sang, que c'est douloureux. « attraper celui qui t'as fais ça » silas ne relève pas, mais il faut avouer que la vision du chasseur est assez manichéenne. les loups sont les méchants, les chasseurs les gentils, et les pauvres humains des victimes. certes, silas n'avait pas demandé cette morsure – mais il apprécie d'être un lycan, malgré quelques inconvénients. il n'en veut pas à juli de l'avoir mordu, non. « je sais, je sais. » assure silas. il relève les yeux vers léopold. « mais qu'est-ce que vous auriez fait, si je vous l'avait dis plutôt ? je serais quand-même un loup, ça ne changerai rien, au final. » ou peut-être qu'ils auraient dû se débarrasser de lui aussitôt, avant qu'il ne devienne une menace potentielle, un tueur. un frisson lui parcours l'échine, pas à cause de la température, mais à cause de la pensée.

lépold rit. silas fronça les sourcils, un peu surpris par ce changement de ton qui arrive comme un cheveu sur de la soupe. le jeune homme baisse les yeux – constatant sa nudité, qui n'est pas surprenante suite à sa transformation, mais à laquelle il n'a prêté aucune attention jusqu'à maintenant – et attrape la casquette de léo pour se couvrir. il marmonne un vague « tss... merci.  », pas aussi gêné qu'il aurait pu l'être. ils sont deux mecs, après tout ; la situation n'est pas agréable et particulièrement étrange, mais cela aurait pû être pire. il aurait pû se retrouver nu devant iza, par exemple – ce qui aurait été aussi perturbant que de se retrouver nu devant sa sœur.

« le connard qui m'a fait ça... » répète silas. la connasse, corrige-t-il mentalement, même si à ses yeux, juli n'est pas une connasse. alors quoi, doit-il balancer la blondinette pour sauver sa réputation aux yeux de léopold et izabella ? il fait un peu partie de la meute de la jeune femme, même s'il ne s'y sent pas encore vraiment comme partie intégrante. il ne peut pas prendre le risque de mettre en danger l'une des siens. la pensée le surprends. les « siens ». « non. je le connais pas. » il ment, avec une facilité qui l'étonne. « j'ai essayé de le chercher mais... pas de piste. » haussement d'épaules pour aller avec son pâle semblant d'explication. il ne cherche pas à convaincre léopold. « c'était obligé, le coup de couteau dans le ventre ? » remarque silas en baissant les yeux sur la blessure. après tout, il est aussi innocent qu'un agneau. du moins – il pense. il n'a pas encore vraiment de souvenir de ses transformations, peut-être a-t-il déjà tué autre chose que des animaux. peut-être était-il a deux doigts de s'attaquer à léopold avant que celui-ci ne se défende. « izabella va m'en vouloir après ça. » simple constatation, qui le heurte de plein fouet comme un train lancé à grande-vitesse. collision. silas réalise l'étendue des dégâts, lui qui prends tout si légèrement, on vient durement le rappeler à l'ordre..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois | Silas (Terminé) Dim 14 Juin - 18:56



Promenons nous dans les bois
ft. Silas


La plupart du temps, Léopold se contentait de choisir la simplicité afin de s'alléger l'esprit, mais dans une telle situation, il n'y parvenait pas le moins du monde. Sa tête était sur le point d'explorer, son cerveau surchauffait et ses sens étaient définitivement dans le mal. Pour faire simple, Léopold n'avait plus vraiment le contrôle et se contentait d'agir de manière totalement impulsive. La réponse de Silas était parfaitement claire et logique, tout comme celle de Mihaela à l'époque. Les chances qu'un des Serban lui colle une balle entre les deux yeux étaient effectivement élevées à commencer par leur chère Izabella qui n'était pas particulièrement réputé pour sa clémence.

La casquette traversa les quelques mètres qui les séparaient l'un de l'autre. Le plus âgé le remercia, d'un merci plein de retenu. Il fallait dire que cela ressemblait bien plus à une moquerie qu'un coup de main. Sans parler du sourire presque hilare du jeune chasseur adossé contre son arbre. Le garçon avait hâte de raconter sa blague à Mihaela, il savait déjà qu'elle la trouverait très amusante, à moins que la confrérie des loups vous empêche de rire des minorités.

— Mais de rien, toujours là pour rendre service.

Bien que Léopold rigolait et faisait le malin, il n'en restait pas moins menaçant et rien qu'à son regard, on pouvait comprendre qu'il rêvait de lui foutre une balle dans la tête, histoire de clore ce chapitre un peu plus rapidement. Seulement, bien que le plus jeune de la famille puisse paraître un peu mauvais genre, il n'était pas purement violent et sanglant et n'était pas contre un petit arrangement plutôt qu'un bain de sang. Surtout, si cela concernait un proche. Ce dernier semblait conciliant et accepta la petite conversation. Cependant, même s'il ne semblait pas le faire à mal, Léopold pressentait que le lycan ne lui disait pas tout au sujet de sa morsure et dieu savait à quel point le jeune homme détestait qu'on lui mente. Contre toutes attentes, le garçon laissa couler, pourtant, il était infiniment septique face au plus vieux et ne lui faisait pas vraiment confiance.

— Ce n'est pas ma faute si tu ne sais pas faire la différence entre un homme et un lapin.

Le chasseur ne s’excusa absolument pas pour la blessure et ne la regrettait pas le moins du monde, pour dire vrai, la voire se cicatriser à chaque minute qui passait l’agaçait fortement, mais il se réconfortait en se disant que le lycan devait bien plus souffrir mentalement que physiquement. Une hypothèse qui semblait se confirmer aux vues de la question que venait de lui poser l’autre. Izabella . Le sujet de base.

— Oui et je pense qu’elle voudra même te tuer, tu n’as plus qu’à croiser les doigts pour qu’elle soit aussi sympa que moi.

Le ton était un peu moqueur, mais peut-être pas si loin de la vérité. Silas devait parfaitement être au courant pour lui et Mihaela, raison pour laquelle Léopold ne lui cachait absolument pas ce détail. Au même moment le chasseur se releva pour se diriger vers le loup qui n’avait rien de grand ou de méchant dans son vêtement d’Adam. Face à face. Proximité plus que menaçante.

— Écoute-moi bien. Je sais que tu ne me caches des choses et je n’ai pas vraiment envie de te faire  confiance, mais je  dois au moins faire ça pour Izabella, mais je te préviens, un seul faux pas et tu es mort.

La menace était parfaitement claire et le plus vieux devait s’attendre à voir trainer le chasseur dans son dos en permanence, surtout quand il trainerait avec sa sœur. Une condition qui sera loin d’être agréable, surtout quand on connaît la lourdeur dont est capable le jeune Serban.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois | Silas (Terminé) Lun 22 Juin - 8:41



pendant que le loup n'y est pas
ft. léopold

silas lâche un soupir soulagé, ravi que léopold n'insiste pas plus: il ne se voit pas balancer juli, surtout à des chasseurs. il se retrouverait avec toute la meute aux fesses après ça, et ses chances de survie serait passablement réduites.

il lève les yeux au ciel, le chasseur sous-entendant qu'il ne sait pas faire la différence entre lapin et humain. il a bien envie de faire une remarque insolente, gronder un peu comme un loup – ça ne va pas aider son cas, au contraire. léo le verrait comme une bête sauvage, un danger potentiel. « oh, je te rassure, je savais très bien que c'était toi, je voulais juste t'effrayer un peu. » il finit par dire, un petit sourire amusé sur le visage qui disparaît bien vite. le regard de léo lui fait bien comprendre que l'heure n'est pas à o plaisanter. il grimace, baisse les yeux.

la possibilité qu'izabella le tue est loin de le réjouir. silas fronce les sourcils. « j'espère, ouais. le coup de couteau en moins, par contre » il a du mal à imaginer la situation avec izabella. ça sera probablement douloureux, pas physiquement, ce qui serait au final plus simple à gérer. silas soupire.
il reprend un semblant de sérieux alors qu'il toise léopold – il n'a pas l'air si menaçant que ça, mais son regard planté droit dans celui du chasseur, les sourcils froncés témoigne néanmoins de sa détermination. ce n'est pas une discussion légère, quoi que silas puisse dire, et il le sait bien. la menace de léopold est on ne peut plus clair, limpide. et le loup ne tient pas vraiment à vérifier s'il est capable de la mettre à exécution. « au moins, t'y vas pas par quatre chemins. » marmonne-t-il. « j'te demande pas de me faire confiance, de toute façon. mais t'auras pas besoin de me tuer. » j'espère. « j'te jure, j'vais m'en occuper. » il allait devoir être prudent, devoir réfléchir, calculer ses faits et gestes pour que ça ne lui retombe pas dessus.

le lycan rompt le contact visuel avec léopold, passe ses mains sur son visage, prends une inspiration. il a trop de chose en tête, il ne tient pas en place. il a envie d'être à des millions de kilomètres d'ici. « t'as pas d'autres choses à faire, genre, tuer des vampires, des trucs comme ça ? » grogne silas. « mais moi, j'ai d'autres choses à faire.  » c'est faux. il n'a pas d'autres endroits où il doit être, sinon ici. a moins que... silas songe à une alternative – il ne se voit pas rester dans les bois en attendant que le jour se lève. « alors à moins que tu veuilles continuer de m'observer... » large sourire, alors qu'il commence à s'éloigner. léopold n'a aucune raison de le retenir - du moins, silas n'en voit pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
poisoned soul

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois | Silas (Terminé)

Revenir en haut Aller en bas

Promenons nous dans les bois | Silas (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)
» Promenons-nous dans les bois
» (red) promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas.
» "Walden ou la vie dans les bois", Thoreau
» Hasardons-nous dans les bois.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POISONED SOUL :: RP-