Il ne faut pas oublier de laisser un petit commentaire sur prd et bazzart.
Merci de privilégier les inscriptions masculines.

Partagez|

apo | she's sick and she's wrong (09/06)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 6:11


FROM @reyesrph / CELEBRITE @Jessica de Gouw ICI

verrecchia, apollonia
this is what we do, baby, we nightmare you.

nom ; verrecchia, seul vestige laissé par sa famille de mathématiciens et de physiciens déchus. ~ prénom ; apollonia - le même depuis sa naissance. ~ âge ; mordue à trente ans, elle a ensuite foulé la Terre pendant quatre siècles ; cela nous amène donc à 430 années d’existence. ~ origines ; italiennes, et même napolitaines plus précisément. ~ race ; vampire. ~ clan ; nemes. ~ pouvoirs ; en sus de ses dons liés à sa nature, Apollonia est capable de se fondre dans les ombres. C'est ce pouvoir qui lui a été transmis à la morsure, le même que celui de son créateur. ~ métier ; passée par plusieurs métiers durant ses quatre décennies, Apollonia n’avait aucun travail avant d’être mordue. Elle est ensuite devenue danseuse pour des cabarets et des lieux de distractions nocturnes ; elle a également travaillé dans plusieurs casinos et a appris les secrets des jeux d’argents et des paris, ce qui lui a permis depuis une dizaine d’années d’être à la tête d’un des casinos de la ville les plus célèbres. ~ orientation sexuelle ; bisexuelle ; si l’homme n’est qu’un moyen, la femme est un but. ~ statut matrimonial ; elle a été mariée deux fois, et ce dans l’unique but de pouvoir profiter des relations et des finances de ses défunts époux. Elle n’en a pas de réel regret et est donc aussi veuve que célibataire. ~ caractère ; incroyablement rancunière ; castratrice, elle refuse d’être dépendante à un point effrayant et estime qu’elle a bien passé assez de temps enchaînée durant sa vie ; très maternelle avec qui obtiendra d’elle de l’intérêt et de l’affection, elle peut s’avérer presque étouffante si elle a décidé de vous protéger ; curieuse, elle raffole des nouvelles expériences ; acharnée, bornée et persévérante, elle n’abandonne jamais tant qu’elle n’a pas eu ce qu’elle voulait ; revancharde et compétitrice dans l’âme, elle déteste perdre ; patiente, parce qu’il ne faut jamais confondre vitesse et précipitation ; confiante en elle et séductrice, elle sait maîtriser ce qu’elle cherche à dégager ; épicurienne ; a un petit talent pour les affaires.


Elle a appris l’usage de plusieurs langues durant sa vie, mais c’est sans aucun doute l’italien et le hongrois qu’elle maîtrise le mieux. ~ Elle méprise cordialement la race lycanthrope, qu’elle assimile au mieux à des chiens de chasse ou des animaux de compagnie. Elle ne leur trouve qu’un intérêt tout à fait secondaire. Pour ce qui est de ses confrères nocturnes, Apollonia n’éprouve pas de réelle camaraderie envers eux – tant qu’ils ne l’ennuient pas, elle n’a aucune raison de s’y attaquer. ~ Souffrant depuis son enfance de mérinthophobie, Apollonia ne supporte toujours pas d’être attachée, enchaînée ou retenue. ~ A cause de son vécu, elle se méfie énormément des médecins, des chirurgiens et surtout de la communauté scientifique. Même la vue d’une seringue la rend plus tendue. ~ Elle répugne à se nourrir d’autre chose que de sang humain ; le nectar des animaux n’a pour elle aucune saveur et il serait bien idiot de s’en abreuver. ~ Humaine, Apollonia est née insensible à la douleur. Ce don était pour elle un cadeau empoisonné et elle l’a perdu lors de sa mort et de sa transformation. ~ Elle a pratiqué pendant très longtemps les arts du spectacle et plus particulièrement la danse et l’acrobatie. ~ C’est surtout son dos, ses bras et son ventre qui sont couverts de cicatrices, souvenirs ineffaçables des expériences qu’elle a subi. Pour ces raisons évidentes, Apollonia a toujours refusé de maltraiter davantage son corps et n’est ni tatouée, ni percée. ~ Elle a été diagnostiquée comme psychologiquement instable, potentiellement dangereuse pour la société. Mais ça, c’était il y a une centaine d’années … ~ En raison des quinze années qu’elle a passé en tant que cobaye humain, Apollonia a une expérience plutôt profonde et maîtrisée des finesses de la torture physique. ~ S’il y a bien un concept qui lui échappe totalement, c’est celui de « famille ». C’est certainement ce qui explique entre autres sa fascination pour le lien entre les enfants et les parents.


ton pseudo : miha. ~ âge : 23 toujours. ~ pays : france. ~ fréquence de connexion : à peu près tous les jours, toujours :3. ~ comment t'es arrivé ici? : c’est Lufluf. ~ un commentaire? : re-coucouuuuu 8D.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 6:15



story of my life
you know what they say about me, that girl is a problem.


« Why fit in when you were born to stand out ? » (Dr. Seuss)

Le médecin de famille était déjà là depuis le début de l’après-midi dans le manoir familial de Naples. Apollonia avait beau fixer ses ongles pour se concentrer sur autre chose, elle ne parvenait pas à occulter totalement la pensée que cet homme au visage austère avait pris bien plus de temps qu’il ne fallait pour ausculter une petite fille qui ne souffrait de rien de grave. C’était la troisième fois que l’incident se produisait ; à chaque fois, une chute en apparence sans gravité ou une faiblesse du corps. Cette fois-ci sa mère avait décidé d’intervenir et avait fait mander l’homme de science. Lui saurait, avait-elle justifié à son mari.

Apollonia était assise sur le rebord de la fenêtre. Elle avait la boule au ventre et elle savait son angoisse partagée. Mais si la seule et unique enfant de la famille Verrecchia craignait le diagnostic, aucun des trois membres présents n’aurait pu s’attendre à ce que le médecin déclara, en privé, aux deux conjoints après avoir congédié la petite fille dans un boudoir annexe – boudoir d’où, si l’on collait son oreille au bon endroit du mur de pierre, laissait tout entendre de ce qui se passait de l’autre côté. « Apollonia souffre d’un trouble qu’il m’a rarement été donné d’observer. Elle ne ressent pas la douleur. Votre fille est insensible à n’importe quel stimulus provoquant normalement la souffrance. » Silence dans la pièce, rompu par la voix grave et tendue du père. « Comment est-ce possible ? » Un soupir. « Nous ne saurions l’expliquer. Bien sûr nous pouvons espérer que les choses changent avec le temps … Mais souvent ces afflictions sont définitives et risquent même de lui coûter la vie, et la littérature ne nous sera d’aucun secours. Vous savez, ne pas éprouver la douleur n’est pas un don, contrairement à ce qu’on peut croire, c’est un risque majeur. Votre enfant ne saura jamais se prévenir du danger car l’alarme qui survient normalement après une blessure ou un choc n’est pas là. Elle ne pleurera pas, elle ne criera pas. Mais son corps, lui, reste exposé. Il n’est pas invincible, mais … Considérez-le comme muet. »

Elle n’aurait jamais mal, son corps en était tout bonnement incapable. Elle aurait pu s’enfoncer une dizaine de clous rouillés dans sa chair sans jamais verser la moindre larme. La promesse était belle sur le papier. Pourtant, Apollonia était intérieurement terrifiée : elle savait en son for intérieur que ce n’était que le début d’une longue enfance parsemée de précautions inutiles et de craintes permanentes.

« There are wounds that never show on the body that are deeper and more hurtful than anything that bleeds. » (L. K. Hamilton)

La lourde porte de chêne se referme sur elle et son corps projeté sur le lit de métal est aussitôt agressé par les sangles de cuir froid qui se resserrent progressivement sur ses chevilles, ses poignets et sa taille. Elle a beau se débattre, rien n’y change. Le pire n’est pas de sentir une boule de peur enfler dans ses entrailles jusqu’à en faire trembler ses membres, non ; le pire, c’est de voir le visage de sa mère au-dessus d’elle, qui la regarde sans sourciller alors qu’elle gémit. « Mère ! »

On l’a traînée ici et maintenant qu’elle regarde autour d’elle frénétiquement, elle comprend qu’elle n’est plus dans sa chambre, cette cage dorée où elle a vécu pendant les quatorze premières années de sa vie hors du monde réel. La cellule est froide, épurée, aveugle. Si jusqu’ici ils avaient été tendres et bienveillants avec elle, ces derniers mois avaient été le mauvais présage d’un changement radical de traitement envers elle. Un traitement dont elle ignorait encore la partie cachée – seule la surface visible de l’iceberg lui avait été jusque là présentée.

« Père ! Mère !! » Dans sa voix, la terreur pure et simple. « Mère … Mère je vous en prie, ne le laissez pas faire … » souffla t-elle tout bas, le regard enfiévré, brillant.
« Apollonia, mon enfant. Calmez-vous. » Elle se veut rassurante, maternelle, mais tout sonne faux. « C’est pour votre bien. » Elle n’y croit pas une seule seconde et manque presque de rire froidement.
« Mon bien ? » répète t-elle, incrédule. « Je ne veux pas de ça, je ne veux pas être un animal de foire, je ne veux pas, je – » Elle se coupe, s’agite à nouveau et sent les liens lui résister sans aucun problème. Elle est coincée, piégée. Et elle hait cette sensation. « Pourquoi est-ce que vous m’attachez ? Je suis votre fille ! Je n’ai pas besoin d’être détenue de cette façon ! » Ils auraient pu l’utiliser encore de longues années comme ils le faisaient depuis qu’ils étaient au fait de sa « particularité ». Ils auraient pu continuer à lui faire des tests d’efforts, à lui faire des piqûres régulièrement, à l’analyser. Même si on ne faisait pas ça à son enfant. Sans l’entraver. Pas comme ça.
« Il le faudra bien si vous n’acceptez pas votre traitement ! » Comme elle l’avait prévu, son père est là. Il arrive dans la pièce, bras croisés.

« Votre père et moi pensons que votre maladie ne peut être guérie. C’est un fait. » C’était sans appel. Si celle qui l’a mise au monde prend la parole, ce n’est pas bon signe et c’est une décision commune qui ne subira aucun obstacle. « En revanche, elle peut être étudiée, et à terme, mener à de grandes avancées. Vous n’êtes pas sans ignorer que vous êtes spéciale. Nous ne voulons pas perdre cette chance. Nous voulons vous préserver. » C’était donc ça, le but de cet enfermement forcé, de cet emprisonnement qui la privait de vivre comme n’importe quelle jeune fille de son âge ? Au nom de la cause scientifique, au nom de leurs métiers, ils étaient prêts à la sacrifier sur l’autel de la gloire ? Elle voulut répliquer mais quand sa mère porta une main à sa joue pour la caresser, Apollonia dégagea son visage, furieuse. Le regard de sa génitrice s’assombrit un instant, jaugeant sa détenue de fille comme si elle l’avait mordue. « Et puis qui sait, peut-être trouverons-nous même des solutions à d’autres … symptômes, dont vous semblez souffrir. » Cette pente glissante sur laquelle s’était aventurée sa mère, Apollonia la perçut rien qu’au son de sa voix. Elle était devenue plus distante, plus miséricordieuse. Pleine d’une pitié écœurante qui la rendait méconnaissable à ses yeux. Elle ne cherchait pas seulement à se servir de sa fille, non, elle voulait aussi cacher ses réels desseins en prétendant la guérir … Mais de quoi, au juste ?
Elle cherche quelque chose dans sa poche, en ressort un objet qui étincelle à sa vue. La finesse d’une aiguille. « Ne faites pas ça. Mère. » Elle n’a pas mal, mais elle la sent, cette pointe de métal qui s’enfonce lentement dans sa chair, inexorable. « Vous ne comprenez pas, vous n’avez pas besoin de – Revenez ! REVENEZ ! » A nouveau elle hurle, elle crie. L’aiguille disparaît, la sensation s’atténue, douce, légère, euphorisante presque. Et elle sombre.

Les somnifères administrés la calmeraient le temps qu’il faut. Jusqu’à l’acceptation, au moins, de sa situation et de la suite des événements.

« I was dead until you found me, though I breathed. I was sightless, though I could see. And then you came...and I was awakened. » (J.R. Ward)

La liberté lui donnait le vertige.

Dans l’air nocturne de Naples, Apollonia courait à en perdre haleine. Ses jambes peinaient à maintenir le rythme tant elle avait peu eu l’occasion de les faire fonctionner depuis trop longtemps. Elle avait presque trente ans et elle découvrait enfin ce que c’était que de sortir la nuit, de s’échapper, de vivre. Elle avait déjoué leur attention – elle ne savait même pas comment elle y était arrivée, mais c’était fait. Elle n’était plus enfermée, elle n’était plus torturée, elle n’était plus un objet de science et de curiosité que l’on s’amusait à scarifier, et elle comptait bien en profiter pour s’enfuir. De la ville au moins, de l’Italie peut-être. Plus rien ne pouvait l’arrêter après l’enfer qu’elle avait vécu.

C’était sa première sortie, sa vraie première soirée. Contrairement à tous ces habitués qui hantaient les venelles napolitaines et s’enivraient, elle observait, dévorait du regard chaque détail qui lui était inconnu, et elle dénotait clairement. Elle s’était drapée à la hâte de sorte à couvrir ses blessures et ses cicatrices encore largement visibles – témoins de son anormalité.

Cela avait attiré l’attention, inévitablement, de certains individus. Parmi eux, cet homme aux traits fins et exotiques. Il avait dit s’appeler Lufen ; il lui avait même avoué être immortel, tout comme elle s’était sentie irrépressiblement poussée par l’envie de se livrer entièrement à lui. Folie ou intuition, elle n’avait épargné aucun détail sordide de son histoire. L’issue de cette rencontre, qui pour Apollonia n’était guère fortuite mais prédestinée, lui parut alors toute tracée.
« Je veux que vous me transformiez, Lufen. » La solution à son problème. Une éternité pour tout recommencer, pour partir loin et pour vivre enfin. Pour se venger, aussi, de ce qu’on lui avait infligé. A cet instant, quelque chose avait changé entre les deux inconnus éphémèrement rapprochés.
« Je refuse. » Son ton péremptoire la fit se redresser, prête à combattre son désaccord.
« Pourquoi ? Vous avez un don ! Vous pourriez me sauver ! Vous n’avez pas idée … Vous ne savez pas ce que c’est, ce que j’endure. Je préférerais mourir et devenir comme vous plutôt que de rester comme je suis. Je … » Dans sa gorge, les mots moururent avant qu’elle ne déglutisse péniblement et murmure à voix basse, quasiment sanglotante. Si elle avait pu, elle se serait mise à genoux et aurait jeté aux pieds de cet étranger les vestiges affaiblis ruinés de sa dignité. Elle l’aurait pu l’implorer, littéralement. « Je vous en supplie. Transformez-moi. Si vous ne le faites pas je … Je mettrai fin à mes jours. » Les mots avaient été dits, le défi était lancé. Dans son regard, étincelait le désespoir fou de celle qui n’a plus rien à perdre. La croyait-il capable ? Il la connaissait si peu, au fond. Elle pouvait mentir.
« Sottises. » Un mot, et il avait soufflé la lueur d’espoir.

Le reste se déroula vite, très vite, trop vite. Elle s’était reculée de lui, suffisamment pour avoir le temps de sortir le coutelas qu’elle avait sur elle et le planter dans sa poitrine sans prévenir. Elle appuie, appuie jusqu’à chercher une douleur qui ne vient pas, qui ne viendra plus jamais. Effusion carmine, choc dans le cœur, mais aucune douleur. Elle s’effondra au sol, ses genoux s’entrechoquent contre la pierre, le souffle se perd, s’évapore, s’étiole. Elle voit trouble. Il hurle son nom dans la nuit.
« Je vous l’avais dit … Que je le fer- je le ferai. » Il la tient, à ses côtés, désemparé, mis devant le fait accompli, forcé de la regarder expirer pour la dernière fois ou obligé de l’immortaliser contre son gré. « Je vais mourir dans tous les cas, alors … » Un murmure alors qu’elle voit l’image de son visage s’étrécir dans une obscurité progressive.

Alors il la mordit.

« Do not seek revenge and call it justice. » (C. Clare)

Apollonia marchait à travers champs, un sourire désabusé plaqué sur ses lèvres, sa main effaçant les derniers sillons de sang qui avaient strié son menton et ses commissures. Quelle stupide idée que de se nourrir de lapins et de gibiers. Etaient-ils donc tombés si bas dans la chaine alimentaire pour se contenter des restes de la nature, quand celle-ci regorgeait du mets le plus délicat et le plus enrichissant ? S’être séparée de Lufen avait été le meilleur choix qu’elle pouvait faire. Elle n’avait plus besoin de lui, maintenant qu’elle avait eu ce qu’elle voulait. Un an à ses côtés avait rapidement permis de lui faire comprendre qu’elle perdait son temps à s’imposer un régime bien trop misérable pour un vampire.

Le paysage de Naples lui avait manqué tandis qu’elle arrivait aux portes de la ville, avec toujours ce même sourire bienheureux. Rien n’avait changé ou presque et elle pouvait humer la vie palpitante qui y régnait encore de nuit. Ce soir elle n’était pas là pour profiter des plaisirs napolitains, non, elle était revenue pour autre chose. Pour quelqu’un d’autre.

Les hautes herbes avaient poussé dans le jardin familial, tout à coup plus austère et moins accueillant que dans ses souvenirs. La peur saisit son cœur mort : avaient-ils abandonné le manoir ? Son pas se hâta et alors que la lumière filtrait par quelques persiennes encore ouvertes, le soulagement l’apaisa. Ils étaient encore vivants, Dieu merci.

Elle prit une inspiration profonde alors qu’elle se trouvait sur le perron, face à la porte d’entrée. Pousser celle-ci évacua l’angoisse qu’elle éprouvait depuis qu’elle avait pénétré la demeure des Verrecchia, symbole de son ancienne vie, de sa famille d’avant. A l’intérieur, tout était toujours pareil, figé dans un continuum temporel presque effrayant. Les mêmes bougies étaient allumées que le soir où elle s’était enfuie. « Maman ? Papa ? » appela t-elle comme une petite fille, d’une voix forte et à la fois tremblante.
Il ne fallut plus qu’une poignée de secondes pour qu’un serviteur apparaisse et se pétrifie sur place, avant de courir dépêcher le père et la mère. La fille prodigue était de retour, leur annonçait-on sans qu’ils n’en croient un seul mot. Elle était là ! Après avoir fui, après avoir réussi à s’évanouir dans la nature, elle revenait d’elle-même. Incroyable. Sa mère, suivie de son père, avaient descendu tous deux l’escalier de marbre pour se précipiter vers elle, les larmes aux yeux, le cœur battant d’un triomphe soulagé. « … Seigneur, Apollonia ? Apollonia est-ce bien toi ? »
La jeune femme s’avança vers eux, entourant sa mère de ses bras délicats dans une étreinte attentionnée, bien trop attentionnée. « Mais oui maman, c’est moi, ta fille. Je suis rentrée. Pardonne-moi. » souffle t-elle tout bas tandis qu’elle sent le cœur de sa si vieille parente pulser tout contre le sien. Elle hume son parfum une dernière fois – cet écoeurant relent de menthe poivrée – et la seconde d’après, lui arrache violemment la carotide.

Lorsqu’Apollonia quitta la demeure à la fin de la nuit, celle-ci embaumait un délicieux parfum carné et sanglant.

« Follow your inner moonlight; don't hide the madness. » (A. Ginsberg)

L’immortalité avait cet intérêt qu’elle ouvrait le champ des possibles d’une façon quasiment indécente.

En quatre cent ans, Apollonia avait pu rattraper ses pauvres années d’humanité fades et cauchemardesques. Elle avait vécu plus qu’elle n’aurait pu le faire enfermée à Naples, elle avait aimé et elle avait profité jusqu’à la dernière miette de tout ce qu’elle avait pu avoir. Elle avait brûlé sa non-vie par les deux bouts avec une joie enfantine, malsaine, égoïste. Voyageant d’un pays à l’autre, débarrassée de toute attache, refusant d’ailleurs qu’on l’étrique avec un mariage ou une promesse d’amour inconditionnel, elle était itinérante, libre et vagabonde. Elle fit couler de l’encre écarlate sur son chemin, ne se souciant guère plus des philosophies pacifistes de son Créateur. La mort de ses parents n’avait jamais apaisé ses tourments. Si elle pouvait faire souffrir les humains qui lui rappelaient ses géniteurs, elle le faisait. Si elle voulait s’abreuver de ces êtres si fragiles pour son bon plaisir, elle le faisait. Elle n’était plus bornée par aucune règle et elle en jouissait entièrement.

Pourtant après trois longs siècles de déraisons dues, comme elle l’aime à le dire, à sa « jeunesse », l’italienne avait décidé de concrétiser sa vie d’un point de vue matériel. Il ne suffisait plus de voyager et de changer de paysage tous les matins. Peu à peu elle ressentait une envie d’accomplir quelque chose, de se stabiliser. La danse avait été son refuge, son métier et surtout son passe-temps – celui qui lui avait permis de vivre la nuit pendant toutes ces années sans jamais être réellement inquiétée. Le monde du jeu et des plaisirs nocturnes était son domaine et elle avait appris les ficelles des cabarets, des établissements où l’on jouait l’argent comme on pouvait jeter sa vie sur le tapis vert des tables de cartes. Avec le temps, les maisons de paris clandestins et les revues avaient fini par être remplacées par des clubs et des casinos. Temple de la démesure, c’était précisément ce qui avait décidé Apollonia de se lancer dans les affaires. S’entourer du meilleur, du plus luxueux dans un decorum à la hauteur de ce qu’elle voulait proposer aux plus humains comme aux plus surnaturels d’entre eux : l’indécence des sols aux plafonds.

Son périple l’avait menée, à l’époque, jusqu’à Budapest. Quinze ans plus tôt, elle arrivait de nulle part avec sa fortune accumulée lors de deux précédents mariages fructueux financièrement parlant et son goût immodéré pour le risque. Le Golden Cage ouvrait alors ses portes et lançait sa carrière de femme d’affaires dans ce pays où elle parviendrait à se faire connaître à sa manière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 6:27

Oh non, voilà Nianiania. flower Suspect

Re-bienvenue, bon courage pour ta fiche  pirat  silent
Revenir en haut Aller en bas
Mircea Brâncuși
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 1108
√ Date d'inscription : 21/03/2015

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 6:30

Re-bienvenue Razz

Déjà, le prénom est magnifique et puis, c'est une petite italienne, je t'envoie Mircea dans les pattes, il a longtemps vécu là-bas Evil or Very Mad. J'ai hâte de savoir comment elle s'est retrouvée entre les pattes de scientifiques fous  

mérinthophobie - merci, je ne connaissais pas, j'ajoute à ma liste de mots singuliers Sleep
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 6:52

rebienvenue mademoiselle I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 9:44

Maah ♥️ Jessica est tellement sublime pig Elle me fait penser à Bambi Sleep *sbaff*
Une crocs-pointues La vieille trompeuse Mais t'es Italienne, t'es pardonnée What a Face *excusebidon*
Rebienvenue tongue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 12:32

Bienvenue ! Je t'envoie plein d'ondes positives pour que tu finisses ta fiche.! affraid
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 14:11

Téo - Hihihihihi. Ne mens pas, tu as hâte que j'arrive 8D.
Merci petit chat I love you

Mircea - Grazie mille !
(J'avoue, j'ai entendu ce mot en anglais et je l'ai francisé mais je sais pas s'il existe réellement dans notre langue ... ö il doit pas être souvent utilisé x))

Mihaly - Merciiii ! <3

Aurore - Awh c'est si chou. Dommage, Apo n'est pas Bambi ...
Encore merci I love you.

Logan - Merci pour ces bonnes ondes, je prends volontiers ! : D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 14:44

Je ne connaissais pas cette demoiselle mais elle est super belle Sleep
Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 18:00

Re-bienvenue I love you
Bon courage pour ta fiche, en espérant qu'on réussisse à trouver un lien positif un jour
Revenir en haut Aller en bas
Leonóra Keresztély
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 169
√ Date d'inscription : 23/04/2015

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 19:21

Je te cyclops. Beaucoup beaucoup. Et après je te demande en mariage (ou avant, tout dépeeend de la tradition)

J'attends de lire ta fiche dans son intégralité mais a priori je vais venir te pleurer dessus pour un lien avec Ksenia (Ohana means family, tout ça tout ça).
Et Leo aussi

Rebienvenue Razz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Artémis Vadas
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 135
√ Date d'inscription : 13/05/2015

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 19:34

Jessica Smile rebienvenue par ici I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 19:56

Mila - Merciiii ! Smile

Toto - Mais tu sais bien que rien n'est impossible Razz j'y crois, un jour on aura des persos BFF !
Merci encore *-*.

Léo -  Question Ca résume bien l'idée je pense ... Huhu.
Et avec plaisir pour Ksenia et Léo, obviously.

Sarika - Hey merci I love you !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 20:02

en amour devant le pseudo, bienvenue la jolie !
Revenir en haut Aller en bas
Poisoned Soul
fondatrice + the dark i know well
avatar
poisoned soul
√ Messages : 725
√ Date d'inscription : 21/03/2015

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mer 27 Mai - 21:08

Re-bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://poisoned-soul.forum-pro.fr
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Sam 30 Mai - 16:41

Bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mar 2 Juin - 16:42

Merci Nora I love you.

Je sais que le délai de ma fiche se termine demain, est-ce que ce serait possible de rallonger jusqu'à vendredi soir s'il vous plaît ? Je vous en serais éternellement reconnaissante *-* .J'ai eu un début de semaine assez crevant qui m'a pas vraiment laissé le temps de finir correctement l'histoire ...
Revenir en haut Aller en bas
Mircea Brâncuși
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 1108
√ Date d'inscription : 21/03/2015

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Mar 2 Juin - 16:57

Ne t'inquiète pas, cours te réfugier sous ta couette et repose-toi Sleep.
Je t'ajoute une semaine bom
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Dim 7 Juin - 4:46

Tu connais Luf. Il a fui longtemps, puis il a réfléchit, puis il vient te dire (à peu près) bienvenue. (méchante) Evil or Very Mad

Tu déchires tout. Azy. Wesh. (j'ai bon ? santa )

Je sais que ça sera tout parfait pour la suite. Même pas je m'inquiète, tu vois. pirat
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Dim 7 Juin - 12:52

Oh mon Loulou d'amour I love you. C'est trop gentil. Merciiii. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Elvira Szabó
poisoned soul + drink from the cup of life
avatar
poisoned soul
√ Messages : 1180
√ Date d'inscription : 05/04/2015

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Dim 7 Juin - 13:20



bravo tu es validée

"Si l’homme n’est qu’un moyen, la femme est un but." J'adore Laughing Sérieusement, excellente fiche. Son histoire est bien triste... Par contre, il y a un petit détail que tu dois modifier pour que je puisse te valider. Lufen est ton créateur? Dans ce cas, tu dois absolument appartenir à la même famille que lui, les Nemes. Une fois que tu auras apporté ce correctif, je te mettrai avec plaisir dans ton groupe!! pirat

Pour débuter ta vie dans le forum, il ne faut pas oublier de remplir correctement ton profil. C'est très important de venir voir le bottin si ton avatar s'y trouve, le staff n'est pas parfait. Il faut en profiter pour jeter un coup d'oeil au reste des demandes et pense à lire correctement les annexes parce que nos bêtes ne sont pas comme dans les films et différents de ce qu'on voit en ce moment à la télévision.

Maintenant que tu as fait toutes ces étapes ennuyeuses, nous t'invitons à te créer ta fiche de lien et à la compléter le plus vite possible. Il y a une fiche de lien à votre disposition, pour suivre les couleurs du forum et pour vos fiche tentez de ne pas déformer le forum avec vos fiches, c'est un maximum de 430px. Juste un petit rappel pour les posts rp, si vous mettez des cadres et tout, veuillez à ce que cela ne dépasse pas 430px en largeur, pour ne pas déformer le forum. merci. Une fiche a été construite pour vous ici : fiche pour les posts rp . Et surtout. Have fun.

_________________

I'm radioactive
I'm waking up to ash and dust, I wipe my brow and I sweat my rust. I'm breathing in the chemicals. I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalypse. I'm waking up, I feel it in my bones enough to make my systems blow. Welcome to the new age, to the new age...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06) Dim 7 Juin - 13:26

Un millier de merci, je suis contente que la fiche t'ait plu I love you L'édit a été fait : 3.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
poisoned soul

MessageSujet: Re: apo | she's sick and she's wrong (09/06)

Revenir en haut Aller en bas

apo | she's sick and she's wrong (09/06)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» apo | she's sick and she's wrong (09/06)
» Whoops, looks like something went wrong.
» rhéa + am i wrong, for thinking that we could be something for real?
» (F) Rosamund Pike ► A true life after a wrong death
» and what was right is wrong, eyron.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POISONED SOUL :: Fiches-